FILM SUIVANT JB- The Secret of Seagull Island, clip#2 JB-The Secret of Seagull Island clip#1 J.B. - I feel you - DM Version of Seagull Island SUITEThe Secret of Seagull IslandLes Disparues de l'Ile Maudite- 18 Juillet / 15 Août 1981 - ITC EntertainmentRôle: David Malcom
Une jeune américaine Barbara Carey se rend en Italie pour rendre visite à sa sœur aveugle Mary Ann, qui étudie la musique à l'Académie de Rome. A son arrivée, elle apprend que sa sœur a disparue et qu'elle serait peut être la victime d'un maniaque, qui tue et mutile de jeunes femmes non-voyantes. Avec l'aide de Martin Foster de l'Ambassade Britannique, Barbara remonte la piste de sa sœur en simulant sa propre cécité. Elle fait la connaissance d'un mystérieux britannique David Malcom. Homme d'affaires richissime, il possède l'île privée de Gabbiano, entre la Sardaigne et la Corse. David y vit isolé avec sa compagne Carol, depuis qu'il a perdu sa seconde femme et son fils dans un accident de plongée. Invitée sur l'île, Barbara tente courageusement d'en savoir plus. Mal à l'aise, elle se heurte à l'hostilité de Carol et échappe de justesse à un étrange accident. David est contraint de lui dévoiler la vérité. Son fils n'est pas mort. Défiguré dans l'accident, il vit reclus refusant tout contact. David tente de l'aider en lui présentant des jeunes femmes incapables de voir son visage. Mais est ce la vérité ? Barbara doit encore trouver des réponses. Où est Mary Ann ? Le fils de David Malcom est-il bel et bien le meurtrier ?
A l'origine cette co-production anglo-italienne, tournée en anglais, a été produite pour le câble et présentée comme une dramatique en cinq parties d'une heure chacune. Elle a été condensée à 103 minutes pour la version vidéo sous le titre "The Secret of Seagull Island". Après la diffusion à la télévision britannique, le film a également été diffusé en Italie à partir du 1er Avril 1982, sous le titre de "L'Isola del Gabbiano". Pour le titre français on trouve : "Les Tigres sont lâchés" ou "Les disparues de l'île maudite". Les scènes sous-marines et de plongée sont magnifiquement filmées par un expert en ce domaine, le metteur en scène, Nestore Ungaro (mais de nombreuses scènes ont dû être coupées pour la version télévisée). L'histoire elle-même est plûtôt racontée comme un drame que comme un thriller sans scènes choquantes, permettent d'être vue par un large public.
Prunella Ransome ... Barbara Carey Jeremy Brett ... David Malcolm Nicky Henson ... Martin Foster Pamela Salem ... Carol Gabriele Tinti ... Enzo Lombardi Fabrizio Jovine ... Inspector Casati Sherry Buchanan ... Mary Ann Saunders
The Secret of Seagull Island FILM PRECEDENTLe film est plutôt bon et l'intrigue maintient habilement le suspens, malgré quelques longueurs par le fait de son format d'origine considérablement plus long. La version de Seagull Island sortie en salles, a dû être largement amputée, ce qui est préjudiciable à une structure narrative cohérente. De nombreuses scènes de plongée et de vues sous-marines ont ainsi été sacrifiées. Avec son budget élevé, le film offre presque un aspect "documentaire". On visite, on voyage beaucoup, à Rome, en Sardaigne et on est charmé par les spectacles marins. Dès le début, on pourrait s'attendre à voir un thriller, puisque le film commence par un séisme sous-marin qui provoque la mort d'un couple de plongeurs. Mais on est loin du film d'horreur. Aucune scène n'est franchement effrayante, il s'agit plutôt d'une tension mystérieuse qui va crescendo jusqu'à la fin où se concentrent les moment les plus dramatiques et horrifiques.Seagull Island s'inscrit tout à fait dans le style du "giallo". Le giallo est un genre de film principalement italien, à la frontière entre le cinéma policier, l'horreur, le fantastique et l'érotisme, qui a connu son heure de gloire dans les années 1960 à 1980. Ce genre à part entière est caractérisé par des scènes de meurtres, un jeu de caméra très stylisé et une musique singulière. Dans l'ensemble, Seagull Island est bizarre, étrange, se laissant voir avec interêt. Les scènes sous-marines sont efficaces et ravissent les amateurs puisqu'elles composent une grande part du film. On peut reprocher un style parfois un peu incohérent et un synopsis qui mériterait plus de densité et de rigueur.Jeremy Brett, comme toujours, excelle dans ce rôle à plusieurs façettes et donne une excellente prestation de cet homme inquiétant, mystérieux et tourmenté. Son rôle lui permet d'exprimer tous ses talents d'interprétation offrant un caractère complexe qui se révèle peu à peu. Il a un petit air de Norman Bates dans "Psychose". La fin est franchement surprenante ! Enfin dans ce film, apparait Jeremy Brett ... en bikini ! Les brettiennes fantasment devant sa suberbe plastique constellée de goutelettes d'eau... Ah! les fameuses scènes aquatiques !
.
ACCUEIL RETOUR
 
Chargement des bibliothéques...