Frederick Lonsdale SUITELorsque On Approval fut jouée en 1927, les critiques parlèrent de "a butterfly of a play". Cela amuse à notre époque. Cette version passa dans Masterpiece Theater en Amérique où Alistair Cook en fitdéclara dans sa présentation : "Jeremy Brett donne une représentation de haut vol dans cette comédie". En effet, c'est l'une de ses grandes performances de l'époque. Son George est resté un gamin. L'esprit pétillant de Lonsdale mélé à l'habileté comique et adroite de Jeremy, rendent le personnage très drôle et divertissant, même quand il devient un vrai petit morveux. Tout en restant touchant. Quand Helen gentiment lui apporte son lunch, George la renvoie précipitamment chercher ce qu'elle a oublié : "Pain ?" puis "Beurr e?" puis, etc... et il critique son gâteau de riz préparé avec amour... Quand Maria désire mettre des disques, George déclare sèchement : "Je hais les gramophones !". Quand elle n'aime pas qu'on fume le cigare dans sa maison, il tire des bouffées avec désinvolture. Après qu'Helen ait mis à jour ses défauts, George, blessé, fait (temporairement) une introspection. Il cause un choc aux autres, quand il offre de faire la vaisselle, affublé d'un tablier à dentelles de soubrette.
La pièce On Approval fut diffusée à l'origine le 21 juin 1982 sur la chaîne anglaise BBC1, dans le cadre de l'émission à succès 'Play of the Month' (1965-83). PBS l'a retransmise en 1983 pour le public américain. 'On Approval, écrite en 1927 par Frederick Lonsdale (1881-1954) est une brillante et charmante comédie de salon, à quatre personnages. C'est l'une des plus comiques pièces du théâtre britannique. Le titre fait référence à la coutume de l'époque de tester "sous condition" ou "à titre d'essai" un appareil ménager à domicile pendant un mois. A la fin de cette période, soit vous l'achetiez s'il répondait à vos attentes, soit vous le rendiez. Dans le contexte de la pièce, deux couples d'élégants célibataires passent un mois ensemble pour décider avant de s'engager définitivement, si le mariage correspond au bonheur qu'ils imaginent. Cela implique que Maria assimile un mari ni plus ni moins, à une pièce de mobilier ou un appareil domestique, dont le seul but est sa propre convenance. Cette expérimentation - en tout honneur - fut jugée très intrigante pour l'époque. "Tout le monde le fait maintenant. Personne ne le faisait alors."
Penelope Keith ... Maria WislackJeremy Brett ... George, Duke of Bristol Lindsay Duncan ... Helen HaleBenjamin Whitrow ... Richard Halton
Le critique de télévision du New York Times, John J. O'Connor fit la remarque : "Mr. Brett est un tout petit peu trop âgé pour le rôle du duc, qui est supposé être un 'enfant teigneux', mais il apporte un talent et une confiance en soi au personnage qui sont, en fin de compte, désarmants." Il rajouta que "Mr Brett et les autres acteurs conservaient le rythme comique qu'il fallait quand ils effectuaient leurs entrées et sorties soigneusement réglées." Penelope Keith campe une Maria arrogante à se tordre de rire. En dehors de la scène, elle et Jeremy étaient très amis. Elle prit la parole lors de la cérémonie en sa mémoire, partageant les souvenirs de leurs parties de bridge et des soirées de Noël animées où Jeremy envoyait ses invités chercher frénétiquement les cadeaux qu'il avait cachés autour de sa maison." Jeremy révéla son "truc" pour faire rire en 1991 : "Quand vous interprétez une comédie légère, vous gardez secret un sourire intérieur, et vous y mettez des fioritures."
FILM SUIVANT Frederick Lonsdale - Playwright Plays FILM PRECEDENT Jeremy Brett-On Approval 3/2scenes CLIP 3 : "Séquence Charleston"Play of the Month : On Approval- 21 June 1982 (Saison 15, Episode 2) - BBC- 13 Mars 1983 - Masterpiece Theatre, PBSRôle: George, Duke of Bristol
Les critiques montrèrent un enthousiasme général à l'égard de la production. Voici quelques uns de leurs élogieux commentaires : ¤ "On Approval - Un délicieux exercice de style." ¤ "C'est une perle de comédie !" ¤ "C'est une pièce dans laquelle le brillant dialogue de Lonsdale, interprété avec virtuosité par quatre grands acteurs, dont le rythme et la diction sont parfaits, déferle sur les spectateurs en un flot de remarques sournoises, déclenchant un réel amusement."¤ "La fin est surprenante, inattendue et comique. L'humour dans cette comédie de salon montre le contraste entre Maria et George, superficiels et égocentriques, et leurs partenaires, gentils et raffinés." ¤ "Le quadrille est toujours si léger et plutôt prévisible mais il est interprété avec virtuosité." - TV New York ,1983.Que se passe t-il après la fin de la pièce ? Dans d'autres versions, Richard épouse Helen et George se marie avec Maria (film anglais de 1944). Ici, cette version, laisse au téléspectateur le soin d'imaginer le destin des couples. Helen aime toujours George... Mais George et Maria, malgré leurs chamailleries permanentes, sont faits l'un pour l'autre. Ne dit-on pas ? Qui se ressemble, s'assemble !
Page Web consacrée à On Approval CLIP 2 : "Helen" CLIP 4 : "Malaise" On Approval - SEVEN CLIP 1 : "Sérénade au piano"Maria Wislack, riche veuve trop gâtée, s'interroge. Richard qui la demande en mariage est-il l'homme qui lui convient ? Secrètement amoureux d'elle depuis 18 ans, Richard en est persuadé. Mais, déçue par son premier mariage, Maria ne veut pas commettre d'erreur. Elle a alors l'idée de "faire un essai" avant de se décider. Au terme d'un mois de cohabitation dans sa maison de campagne en Ecosse, ils se marieront... ou pas. Maria présente son plan à leurs amis communs, l'aristocratique George et sa jeune compagne de 22 ans Helen Hale. Enthousiastes, tous décident de former un quatuor. La ravissante et fortunée Helen est amoureuse de George. Helen plait à George, mais le noble et complètement désargenté douzième duc de Bristol, la considère comme un éventuel moyen de s'en sortir financièrement. Maria, considéré George comme une brute, car il fait constamment des allusions désagréables sur son âge. George devient à son tour, la cible des affronts cinglants de Maria. A l'évidence, ces deux là se détestent. La villégiature tourne vite au désastre. Tous les quatre se retrouvent pris au piège dans la propriété écossaise, après la désertion des serviteurs. Helen et Richard en sont réduits à faire office de laquais. Chacun découvre alors la véritable nature de l'autre. Helen réalise que George est resté un enfant gâté, égoïste et vaniteux. Elle lui déclare qu'il n'en veut qu'à son argent et refuse de se marier, puis le pique au vif en lui suggérant d'épouser Maria. Richard, n'est plus du tout sûr de vouloir épouser cette dernière, égocentrique et dominatrice. Bien que déçus par leurs partenaires, Richard et Helen espèrent encore sauver la situation. Ils mettent au point un stratagème pour forcer Maria et George à se racheter et s'éclipsent au moment où une tempête de neige s'abat sur la maison. Maria et George se retrouvent seuls. Maria raconte alors que son dernier mari et elle, avaient été bloqués une fois par la neige pendant trois semaines... Impassible, George répond "qu'elle n'a pas à prendre la peine de fermer la porte de sa chambre cette nuit, car seule la neige voudrait rentrer..."
.
ACCUEIL RETOUR
 
Chargement des bibliothéques...