SUITE FILM SUIVANT"Number 10" est une mini-série dramatique britannique diffusée du 13 février au 27 mars 1983. Chacun des sept épisodes d'une heure met en avant un événement de la vie publique ou privée d'un premier ministre occupant du 10 Downing Street entre les années 1780 et 1920. "Number 10" s'inspire plus de la vérité historique qu'elle ne la respecte. La série s'attache ainsi à William Pitt the Younger (Jeremy Brett), le Duc de Wellington (Arthur Wellesley), Benjamin Disraeli (Richard Pasco), William Ewart Gladstone (Denis Quilley), David Lloyd-George (John Stride), Herbert Henry Asquith (David Langton) et James Ramsay MacDonald (Ian Richardson). L'épisode de Jeremy intitulé "Bloodline" a magnifiquement clôturé la série. William Pitt le Jeune (1759-1806) fut un grand homme d'État, Premier Ministre Tory de 1783 à 1801, puis de nouveau à partir de 1804 jusqu'à sa mort. De santé fragile, il était le deuxième fils de William Pitt l'Ancien, qui avait occupé la même fonction avant lui. Par contre la romance avec Eleanor Eden et la "malédiction" familiale ne servent que l'intrigue.
FILM PRECEDENTL'histoire traite de l'unique épisode sentimental connu de la vie de William Pitt, la cour qu'il aurait faite à Eleanor Eden, la fille d'un de ses collègues. Comme tout ce qui touche à la vie sentimentale et sexuelle de Pitt (ou l'absence d'icelle) il règne un certain flou artistique. Pitt a mis fin à cette relation avant même qu'il n'arrive quoi que ce soit de concret, arguant dans une lettre au père d'Eleanor des "difficultés insurmontables". Il existe pas mal d'hypothèses, la plus probable étant les dettes énormes de Pitt, ajoutées au fait qu'il était marié à son travail. On a supposé qu'il ne supportait pas celle qui aurait été sa future belle-mère, incapable de garder quoi que ce soit pour elle, ce qui aurait pu être gênant pour un gendre qui a bien des secrets d'état à protéger. Ou encore on a évoqué l'idée que c'était un homosexuel refoulé. Un mélange d'un peu tout cela n'est pas non plus à exclure."Bloodline" avance l'hypothèse plus audacieuse et invérifiable que ce qui a retenu Pitt, était la peur de sombrer dans la folie comme son père, et qu'il aurait promis à celui-ci mourant, de ne jamais se marier ni d'avoir d'enfants pour ne pas perpétuer l'hérédité familiale. On notera que le grand frère John, qui tient de sa mère, n'a visiblement pas souffert de cette fatalité, mais il est mort sans enfants, rien ne mentionne leur sœur, qui a eu des enfants dont une fille Hester, vraisemblablement perturbée.



Ce dernier épisode met à l'honneur William Pitt le Jeune, joué par Jeremy, et raconte un épisode sentimental dans sa vie. Une première partie située en 1773 s'interesse à la jeunesse de William Pitt. Enfant très précoce mais à la santé délicate, il est dressé par son père William Pitt l'Ancien pour suivre sur ses traces et destiné comme lui à être Premier Ministre. Mais on ressent déjà les prémisses d'une instabilité mentale. Ainsi, la mère du petit Pitt lui confie que du côté de la famille de son père, il y a certes du génie mais aussi de la folie... On entre dans le vif du sujet après un saut dans le temps. Nous sommes en 1797, Pitt a désormais 38 ans (mais en parait facilement vingt de plus avec ses cheveux blancs). Il est Premier Ministre depuis environ 14 ans (il a occupé cette fonction à peine âgé de vingt-quatre ans). William Pitt est un brillant homme d'État qui consacre sa vie à son travail et son pays, dans un total sacrifice de soi-même. Mais quand L'austère Mr Pitt est présenté à la jeune Miss Eden et tombe tout de suite sous le charme de la charmante enfant qui arrive à le dérider, ce qui n'est pas un mince exploit.il revoit Eleanore Eden devenue une belle jeune fille de 20 ans, il tombe amoureux de celle qui l'aime depuis toujours. Eleanor lui apporte jeunesse et joie de vivre. Son amour pur et dévoué procure à Pitt un bonheur et un réconfort bienvenus. Car l'homme d'Etat doit faire face à une crise nationale, défendre son pays contre un Napoléon menaçant. Il est aussi personnellement terriblement endetté. Son frère le duc de Chatham et ses conseillers, estiment que cette liaison n'est pas "appropriée", que la jeune personne n'est encore qu'une enfant. William fait la risée du peuple et des caricaturistes. Son frère l'avertit, il doit, soit mettre un terme à sa relation, soit épouser Miss Eden. Malgré son amour profond, William sait que cette union est impossible. Il a fait le serment à son père sur son lit de mort de ne jamais se marier ni d'avoir d'enfant. Victime d'une terrible hérédité, William souffre d'intermèdes de folie, qu'il parvient à contrôler avec de généreuses quantités de Porto. Ses crises ne l'ont jamais empêché de gouverner, mais il doit à tout prix éviter de perpétuer la "malédiction" des Pitt. Le prix est élevé. Il ne peut en faire part à Eleanor qui serait prête à se sacrifier pour lui. Au lieu de suivre les élans de son cœur, il s'incline et, désespéré, chasse celle qu'il aime.
CLIP : Aveux et désespoirJeremy Brett ... William Pitt Caroline Langrishe ... Eleanor Eden Keith Barron ... Second Earl of Chatham David Ryall ... Charles Fox William Simons ... Parslow Alfred Burke ... First Earl of Chatham Ann Castle ... Lady Auckland Charles Stapley ... Lord Auckland Elaine Wells ... Lady Chatham
Number 10 : Bloodline- 27 Mars 1983 (Saison 1 , Episode 7) Yorkshire TelevisionRôle : Premier Ministre William Pitt the Younger
William Pitt Voir 4 clips.
ACCUEIL RETOUR
 
Chargement des bibliothéques...