.
Ecrite par Anthony Lesser avec des paroles de David Dearlove et Joy Whitby, "Meet Me by Moonlight" fut perçue davantage comme "une pièce de théâtre avec de la musique" qu'une comédie musicale. Qualifiée par le British Musical Theatre, de comédie victorienne sentimentale, elle a le charme suranné de la musique des années 1880 et "des délicieuses chansons de cette époque". Et nota "Jeremy Brett a tout l'attrait du jeune romantique." Après sa tournée avec la compagnie du Old Vic, Jeremy retrouva la scène anglaise et chanta le rôle de Roderick aux côtés de Stephanie Voss (Mary Ellen) qu'il retrouva plus tard dans Johnny the priest. Cette production du Aldwych Theatre de Londres se donna ensuite brièvement au Arts Theatre à Cambridge.
Meet Me by MoonlightComédie musicale de Anthony Lesser- 1er Août 1957 -Aldwych Theatre, LondresRôle: Roderick Dashe
PIECE SUIVANTE PIECE PRECEDENTEEn général, Jeremy reçut d'excellentes critiques, et lui même apprécia son rôle de Roderick. Mais la pièce ne connut pas un réel succès. A cette époque, la mode étaient aux "pièces sociales" comme celle d'Osborne "Look Back in Anger", avec des rôles modernes et populaires, des personnages typés, rebelles et généralement en colère. La beauté classique de Jeremy ne correspondait pas à l'air du temps Cela commençait à lui peser. Avec son allure distinguée et aristocratique, son physique ténébreux et romantique, il se sentait catalogué et désespérait de ne pouvoir changer de registre : "I am afraid I am as English as an oak tree..."
La comédie prend place dans une ville de province en 1884. Les protagonistes sont un père victorien pompeux, ses trois filles et sa soeur entremetteuse. De nombreux prétendants se succèdent pour demander la main de la fille ainée, Mary Ellen. Mais celle-ci les éconduit les uns après les autres, car elle est secrètement amoureuse du beau et séduisant Roderick.Le Cambridge Daily News décrit Roderick comme : "Un jeune homme, joué avec beaucoup d'aisance et d'elegance par Jeremy Brett, qui est si Byronien et romantique, qu'il escalade de nuit, le mur du jardin, haut de dix pieds, pour offrir à l'objet de ses désirs fous, une rose du jardin de son père, tandis que toute la maison est endormie. "
.
RETOUR ACCUEIL.
 
Chargement des bibliothéques...