ANECDOTESPour cette production au budget confortable d'environ trois milliards de francs, six scénaristes de réputation internationale travaillèrent en collaboration. Onze studiosfurent utilisés au cours du tournage. La bataille de la Bérésina fut tournée dans le Nord de l'Italie, et l'incendie de Moscou en Yougoslavie. King Vidor avait d'abord monté une version de 6 h 20, ramenée à 3 h 30 pour l'exploitation commerciale, puis à 3 h 14 pour des raisons de susceptibilités nationales. Le réalisateur italien Mario Soldati fut chargé du tournage des scènes avec Koutouzov et Napoléon Ier. Il tourna aussi les séquences ayant pour cadre la maison Bolkonski, et quelques plans de la Bérésina. Dans la scène de la partie de chasse, tous les comédiens montaient visiblement des chevaux mécaniques, les gros plans étant formels. Sauf Jeremy, qui cavalier émérite, montait un "vrai" cheval. "Entièrement tourné en Italie, ce film monumental est une admirable condensation de l'œuvre dont il s'inspire fidèlement. Une réalisation intelligente et soignée soutient l'intérêt jusqu'à la fin. Par la qualité de ses images et de sa couleur, l'opulence de ses décors, l'exactitude de la reconstitution historique et le talent des interprètes, ce spectacle sait rendre avec bonheur l'atmosphère d'une grande époque. " (Texte paru en 1956).
Le célèbre cinéaste américain King Vidor, avait remarqué Jeremy Brett grâce à une photo parue dans "The British Spotlight" au moment où il jouait au "Library Theatre". En 1956, il l'engagea dans sa super-production de "War and Peace" adaptatée du roman de Tolstoi. King Vidor trouvait qu'il ressemblait à Audrey Hepburn et serait parfait pour interpréter son frère, Nicholas Rostov. Jeremy raconta dans un magazine en 1967 : "J'en veux encore à tout le monde au sujet de ma physionomie, en grande partie parce que je la soupçonne de m'avoir valu d'obtenir quelques uns de mes premiers rôles. L'exemple le plus frappant est que, peu après avoir fait mon chemin dans le répertoire du Manchester et que quelqu'un ait vu ma photo dans le registre des acteurs, on m'a choisi pour le rôle du frère d'Audrey Hepburn dans le film Guerre et Paix tout simplement parce que je lui ressemblais."
War and Peace: Trailer War and Peace: "Behind the Scenes"War and PeaceGuerre et Paixde King VidorUSA/Italie, Paramount- 1956 -Rôle: Nicholas Rostov
.
War and Peace: Réveil de NicholasLe drame de King Vidor, sorti en 1956, doit beaucoup à l'interprétation du personnage de Natacha par Audrey Hepburn à tel point que pour l'adaptation soviétique réalisée par Bondartchouk, dix ans après, l'actrice qui reprend le rôle, Ludmilla Savelieva, est presque un sosie et joue d'une manière analogue. D'ailleurs très difficile de faire autrement car Léon Tolstoï décrit bien le personnage. Dans son livre, Tolstoï décrit Natasha comme "une jeune fille aux yeux sombres, pleine de vie, avec une large bouche et une poitrine menue". Audrey était parfaite pour ce rôle. Audrey Hepburn fut nominée comme meilleure actrice en 1956 pour le New York Film Critics Circle Award (NYFCC) et pour le British Academy of Film and Television Arts (BAFTA) de la meilleure actrice anglaise en 1957.Jeremy passa six mois de tournage aux studios de Cinecitta à Rome et dans les Alpes italiennes. Il raconta son arrivée : "J'ai été transporté de Manchester à Rome et j'ai vécu dans un monde fantastique pendant six mois. A la fin du film, il était question de m'envoyer à Hollywood pour faire de moi une star." Au printemps 1955, Jeremy fut invité chez le couple Ferrer (Audrey Hepburn était à l'époque mariée à Mel Ferrer) à Albano aux environs de Rome. "Quand je suis arrivé dans leur maison, Mel m'a accueuilli et à son bras droit, sautillait une petite fille sans maquillage d'environ 16 ans -- une exquise, délicate, poupée de porcelaine. J'ai été émerveillé. Je me souviens d'avoir nagé avec eux et de mettre cogné la tête sur le rebord de la piscine tellement j'étais occupé à la regarder. Je me suis presque noyé dans la piscine à cause de sa beauté." Jeremy chérissait Audrey Hepburn. Le film marqua sa première rencontre avec l'actrice qu'il retrouvera dans "My Fair Lady" en 1964.


War and Peace: Retour de Nicholas War and Peace: Le Bal Galerie photos de presse noir et blanc FILM SUIVANT FILM PRECEDENT.
ACCUEIL RETOUR.
 
Chargement des bibliothéques...