JB: (laughs) Well I tell you exactly why, I found it on Clapham Common, which is near where I live. I found it just before Christmas and I thought that must be for me, it's my Christmas present from up there (points upwards), from somewhere.
 
MM: So anybody watching who has lost a ring on Clapham Common -
 
JB: - (laughs) I'm going to lose it again! -
 
MM: - It's now being worn by Sherlock Holmes. There was a time, I know in no sense are you worried about being so linked with Sherlock Holmes, you're actually proud of it.
 
JB: Well I tell you this business is tough, and - I mean my profession. I think I'd better call it my profession - while I can - and I think it's to do with, if you're going to make a success, for God's sake don't be ashamed of it.
 
JB: And this, in his meditative. (Puts it in his mouth) Just like Popeye!
 
MM: It's great !
 
JB: You hold it there, as it gets very hot, by the base.
 
MM: Getting the details right, if you get the detail wrong, absolute mayhem breaks loose, doesn't it.
 
JB: I’m getting around 3000 letters a week and many of them are saying 'listen, you left out this' or 'you left out that'. And it's, that's really exacting.
 
MM: There could be 6000 letters this week saying -
 
JB: - Why am I wearing an earring! -
 
MM: - Sherlock's wearing an earring!
JB: I brought these because I haven't got the one I'm being given because I'm not allowed to see that until lunchtime. I'm told that's very special, because I was robbed when I was doing, I think, 'The Greek Interpreter' and we had some VIPs round and they stole my pipe. I think it was either the young Conservatives or the Royal Ballet - I bet it was the young Conservatives! Anyway, I think I'm getting something like that, which has an amber stem. This is the one, which he smoked - this is all in the books - in 'The Copper Beeches'. That's a lovely pipe, you can gesture with it.
 
MM: Now he used that for relaxing
 
JB: - In his disputatious moods.
 
MM: Yes.
VERSION ORIGINALE
Daytime Live (1988) : Interview Mike Morris
MM: Much play with props, good morning to you Jeremy.
 
JB: Good morning.
 
MM: Now, I suppose with the current health campaign and so on, we should, should we be low key on this title, pipe-smoker of the year?
 
JB: No, I think of it as incense, rather than nicotine. Also it does coat your lungs in very gentle way, and you know, with all these frightening flu's going about, maybe it helps you. I haven't had flu - everyone else has.
 
MM: You think it insulates you?
 
JB: I think so, in a way - pickles you!
 
MM: You mention incense actually, Sherlock, there was a dark side to him. Was it opium Sherlock Holmes actually -?
 
JB: - Cocaine.
 
MM: Cocaine?
 
JB: And opium. Well then it was like snuff.
 
MM: Yes.
 
JB: You know, to a degree. There were opium dens all over London.
 
MM: Now you've got, now I know if you get the details wrong you get slaughtered. (JB picks up his two pipes)
MM: Have you ever come across before, in your own life, a misdeed or a minor villainy where you've found yourself thinking precisely the way Sherlock would?
 
JB: No, I tell you what is so extraordinary, I'm so far away from him and that's why I think, I mean acting is sort of like being a sponge - at least I think it is - you do all you research on the part, you then drain the liquid of yourself out and you draw the liquid of the character in. Now, the only trouble with Sherlock is that he's fairly smarting, stings a bit. Because he's a genius and no one is. He's on a darker side of the moon, he's also compulsive and I find him the hardest part - it's harder than Hamlet, harder than Macbeth - this is the hardest part I've ever played but now having got on top of him, I'm going to enjoy him.
 
MM: Well that's great, good to meet you Jeremy...
MM: There was a time though, wasn't there, Jeremy, when the character, and such a fascinating character - there's so many dark sides - that you, yourself went to the very edge of sanity in playing him.
 
JB: Yes, I don't find him easier still. I have a nodding acquaintance, I've almost met him now - but I really resist him. I saw him on the other side of the street when I started to work on him, and I thought I wouldn't cross the street to meet him. He's very dark - damaged penguin I call him or the black beetle - but we have so many children coming to the play at Wyndham's now and I never thought children would come. I didn't think children ever read it or even thought about Sherlock Holmes, but they're coming and they think of him as some kind of Batman or Superman and I don't understand it. So I'm having to really rethink and I've been so subjected to him - I'm having to really rethink my self now. And I see him less threatening, and I'm not frightened of him anymore, I was - and you're right, I was ill.
 
UW: How much has it invaded your life, because there's such enormous interest - Sherlock Holmes fan clubs and so on. And you must be recognised wherever you go and people want you to be him.
 
JB: To be honest, I love it. They don't really, they actually want Jeremy and that's the great relief. And funnily enough I think that is to do with something that is very beautiful in this country, I think people have compassion, actually. And I think that because I've been ill, people are very aware that I've had a battle and I think...they are kind to me, they really are. People on buses are kind to me, and I'm...I walk among the blessed.
 
UW: Yes, you say that you've been ill, wouldn't that make you want to give up this whole smoking lark?
 
JB: No, no, no-
 
UW: - You're not one of these health fiends?
 
JB: It’s getting back on the bicycle and in 1986 when I was ill I got back on the bicycle in '87 and that was to get myself through it. Now we have the play, which is an enormous success, and we've got six more films to make, the series starts again in April, which I'm thrilled about. No, no, no lets just get on and enjoy it.
JB : Non, je vais vous dire ce qui est si extraordinaire, je suis tellement éloigné de lui, et c’est pour ça que je pense… Je veux dire qu'être acteur c’est un peu comme être une éponge - du moins je le vois ainsi - vous faites toutes vos recherches sur le rôle, puis vous vous videz de votre propre liquide et vous vous imprégnez de celui du personnage. Or, le seul problème avec Sherlock, c’est qu'il vous consume passablement, ça fait un peu mal. Parce que lui est un génie, et personne d'autre. Il est du côté sombre de la lune, il est aussi compulsif et je trouve que c’est le rôle le plus dur - plus dur qu'Hamlet, plus dur que Macbeth - c'est le rôle le plus difficile que j’aie jamais joué, mais maintenant que j’ai pris le dessus, je commence à y prendre beaucoup de plaisir !
 
MM : Eh bien c’est super, ça fait plaisir de vous voir, Jeremy…
 



(*)  "Pipe Smoker of the Year" récompense remise jusqu’en 2003 par le British Pipesmokers' Council.
(**) Les "Jeunes Conservateurs" étaient une subdivision du Parti Conservateur, créée en 1906, et qui perdura jusqu’en 1998, par opposition au Parti Travailliste britannique.
(Extrait d'une scène de l'épisode Les Hêtres Rouges)
 
MM: Bien joué avec les acessoires ! Bonjour, Jeremy.
 
JB : Bonjour.
 
MM : Alors, je suppose qu’avec l'actuelle campagne pour la santé, et tout le reste, nous devrions... ne devrait-on pas rester discret sur ce titre de "Fumeur de Pipe de l’Année" (*) ?
 
JB : Non, je le considère comme de l’encens plutôt que de la nicotine. De plus, ça vous enduit les poumons avec beaucoup de douceur, et vous savez, avec toutes ces terribles grippes qui circulent, peut-être que ça vous rend service. Je n’ai pas eu la grippe - tous les autres l’ont attrapée.
 
MM : Vous pensez que ça vous protège ?
 
JB : Je pense que oui, d’une certaine manière - ça vous conserve !
 
MM : Vous mentionnez l’encens, en fait, Sherlock a un côté obscur. C'était de l’opium que prenait Sherlock Holmes ?
JB : De la cocaïne.
 
MM : De la cocaïne ?
 
JB : Et de l’opium. Mais bon, c’était comme priser du tabac.
 
MM : Oui.
 
JB : Vous savez, dans une certaine mesure. Il y avait des fumeries d’opium dans tout  Londres.
 
MM : Maintenant attention, je sais que si vous vous trompez dans les détails, vous allez vous faire massacrer.
 
JB : (Jeremy prend ses deux pipes) J’ai apporté celles-ci, car je n’ai pas celle qu’on m'a donnée, je n’ai pas le droit d’y toucher avant l’heure du déjeuner. On m’a dit que c’était exceptionnel, parce qu’on me l’a volée quand je tournais, je crois L’Interprète Grec. Il y avait des VIP dans les environs, et ils m’ont volé ma pipe. Je pense que c’était soit les Young Conservatives (**), soit le Royal Ballet — je parie pour les Young Conservatives. De toute façon, je crois que je vais m’en tenir à celle-là, qui a un tuyau d'ambre. C’est celle-là qu’il fumait —tout est dans les livres— dans Les Hêtres-Rouges. C’est une belle pipe qui permet de faire des gestes.
 
MM : Et donc celle-là, il l’utilisait pour se détendre, ou…
 
JB : ...Quand il était d’humeur à raisonner.
 
MM : Oui.
TRADUCTION FRANÇAISE
JB : (riant) Eh bien je vais vous dire exactement pourquoi, je l’ai trouvé à Clapham Common, à côté de chez moi. Je l’ai trouvé juste avant Noël et j’ai pensé  "ça doit être pour moi, c’est mon cadeau de Noël de là-haut (pointant en l’air), de quelque part".
 
MM : Donc si un téléspectateur a perdu un anneau à Clapham Common…
 
JB : (rires) Je vais à nouveau le perdre !
 
MM : Il est actuellement en la possession de Sherlock Holmes. Il fut un temps… Je sais que maintenant cela ne vous inquiète plus du tout d’être si étroitement lié à Sherlock Holmes, vous en êtes réellement fier.
MM : Et donc celle-là, il l’utilisait pour se détendre, ou…
 
JB : ...Quand il était d’humeur à raisonner.
 
MM : Oui.
 
JB : Et celle-ci, pour méditer. (Il la met dans sa bouche.) Exactement comme Popeye !
 
MM : C’est génial !
 
JB : N’est-ce pas ? Il faut la tenir par là, parce qu’elle chauffe beaucoup, par la base.
 
MM : Nous parlions des détails exacts, de ne pas se tromper, parce que si ça vous arrive, ça fait un sacré grabuge, n’est-ce pas ?
 
JB : Je reçois environ trois mille lettres par semaine, et beaucoup disent "regardez, vous avez oublié ceci" ou "vous avez oublié cela". Et c’est très…, ça exige beaucoup de rigueur.
 
MM : Ce pourrait être six mille lettres cette semaine, demandant…
 
JB : …Pourquoi je porte un anneau dans l’oreille !
 
MM : Sherlock a un anneau dans l’oreille !
JB : Et celle-ci, pour méditer. (Il la met dans sa bouche.) Exactement comme Popeye !
 
MM : C’est génial !
 
JB : N’est-ce pas ? Il faut la tenir par là, parce qu’elle chauffe beaucoup,
 
JB : (Jeremy prend ses deux pipes) J’ai apporté celles-ci, car je n’ai pas celle qu’on m'a donnée, je n’ai pas le droit d’y toucher avant l’heure du déjeuner. On m’a dit que c’était exceptionnel, parce qu’on me l’a volée quand je tournais, je crois L’Interprète Grec. Il y avait des VIP dans les environs, et ils m’ont volé ma pipe. Je pense que c’était soit les Young Conservatives (**), soit le Royal Ballet — je parie pour les Young Conservatives. De toute façon, je crois que je vais m’en tenir à celle-là, qui a un tuyau d'ambre. C’est celle-là qu’il fumait —tout est dans les livres— dans Les Hêtres-Rouges. C’est une belle pipe qui permet de faire des gestes.
UW : Oui, vous dites que vous avez été malade, ça ne vous donne pas envie de laisser tomber tout cette histoire de tabac ?
 
JB : Non, non, non…
 
UW : … Vous n’êtes pas un de ces maniaques de la santé ?
 
JB : Il faut se remettre en selle et en 1986 quand j’étais malade, je m’y suis remis en 87 et c’était pour m'en sortir. Maintenant, il y a la pièce, qui est un énorme succès, et nous allons la monter aux Etats-Unis, nous allons la monter en Chine, au Japon, en Australie, et… il y a six autres films à faire, la série recommence en avril, j'en suis très heureux. Non, non, non, continuons et profitons-en !
 
MM : Vous êtes vous déjà retrouvé, dans votre propre vie, face à une faute ou une bassesse ? Où vous êtes vous surpris à penser exactement comme Sherlock Holmes ?
JB : Eh bien, vous savez, ce milieu est rude - je veux dire ma profession. Je pense que je ferais mieux d’appeler ça ma profession, tant que je le peux, et je pense qu’il faut faire avec... Si vous avez du succès, par pitié, n’en ayez pas honte !
 
MM : Il y a pourtant bien eu une époque, n’est-ce pas Jeremy, où ce personnage, un personnage si fascinant - avec tant d'aspects obscurs - que vous, vous-même, avez mis en danger votre équilibre mental en l’incarnant.
 
JB : Oui, et je n’arrive pas encore à mieux le cerner. Je le connais vaguement, maintenant, je l’ai presque rencontré à présent - mais je lui résiste vraiment. Quand j’ai commencé à travailler sur lui, je le voyais de l’autre côté de la rue, et je pensais que je ne traverserais pas pour le rencontrer. Il est très sombre, je le surnomme le "pingouin blessé" ou le "scarabée noir" - mais il y a tant d’enfants qui viennent voir la pièce au Wyndham’s Theatre maintenant, alors que je n’aurais jamais cru que des enfants viendraient. Je ne pensais même pas que les enfants liraient ou même penseraient à Sherlock Holmes, mais ils viennent et l'imaginent comme une sorte de Batman ou de Superman, et je ne me l’explique pas. Alors, je dois vraiment y repenser, il m'a tellement assujetti - je me remets vraiment en question maintenant. Et je le trouve moins menaçant, je n’ai plus peur de lui, comme avant... et vous avez raison, j’étais malade.
 
UW : Jusqu’où cela a-t-il envahit votre vie ? Parce que ça suscite un interêt tellement énorme, les fans-clubs de Sherlock Holmes et tout le reste… Et vous devez reconnaître que, où que vous alliez, les gens veulent que vous soyez lui.
 
JB : Pour être honnête, j’adore ça. Ce n’est pas exactement ça, en réalité, ils veulent Jeremy et c’est un grand soulagement. Et assez curieusement, je pense que ça a un lien avec quelque chose de très beau dans ce pays. Je pense qu’en fait, les gens ont de la compassion. Et je pense parce que j’ai été malade, les gens sont bien conscients que je me suis battu et je pense… ils sont très gentils avec moi, vraiment. Les gens dans le bus sont gentils avec moi, et je suis… Je marche parmi les bienheureux.
ACCUEIL
RETOUR