VERSION ORIGINALE
JB: No I think it's probably better read, truthfully. I think that partly thanks to Granada, we've gone back to the books. I met a lady the other day called Templer and she's lecturing in Pennsylvania and they're using the films to stimulate the children to get back to reading. The fact that we've done the original stories has been a good way of introducing them to Doyle's writing. No I don't think it's possible to capture all the essences on film, no I don't. That's why it's so fascinating to do.
 
RM: Well, it's wonderful to have a bit of television history, really, here. You must have felt that when you joined actually, knowing you were stepping into what has become a legend, and will be viewed and screened in probably 30 years from now.EH: Well it's very intimidating...I have to say. (laughs)
 
JM: You said on the set he's (points to JB), watching him is wonderful because he's like one of the Victorian actor managers.
 
EH: Well he- (JB laughs and looks at EH expectantly for an explanation)
 
EH: - he's been marvellously...he creates a wonderful atmosphere, which is as they did, but he's got an amazing ability to bring that Edwardian thing onto the screen, which is very difficult to do.
 
RM: I think we've got a faint sniff of why it works so well between the two of you in the role. Thank you both very much indeed.
TRADUCTION FRANÇAISE
JB : Ils ont bien essayé avec une femme dans le rôle du Dr. Watson, Joanna Woodward - je ne l’ai pas vu.
 
RM : Vraiment ?
 
JB : Oui, oui, Joanna Woodward. (3)
 
JF : Extraordinaire. Qui jouait Holmes ?
 
JB : George C. Scott, je crois.
 
EH: Cela fait deux choses profondément inquiétantes que j'ai entendues ce matin. (tous rient)
 
RM : Eh bien, parlons du changement que vous avez connu quand Edward, vous avez pris la relève de David Burke. Étiez-vous inquiet – non pas de son arrivée - mais de votre changement de partenaire  à l’écran ?
 
JB : Oui. Oui, sincèrement. Mais alors ce miracle s'est produit (il fait un geste vers EH), et Edward est une personne très douce et très sensible, et il s’est donc efforcé de ne rien bouleverser ou bousculer, et il a réussi. Ce qui aurait pu être un désastre pour la série s’est révélé être un avantage. Ce fut un grand choc au début, parce que cela faisait environ un an et demi que David et moi étions ensemble, nous entretenions d'excellents rapports, et il a voulu rentrer chez lui car il avait un petit garçon prénommé Tom, qui avait alors deux ans - il est un peu plus âgé maintenant - et il voulait être auprès de lui. En fait, c'était sa femme qui vous a recommandé, n'est-ce pas?
 
EH : Oui, nous avions travaillé ensemble.
 
JB : C’est ça.
 
EH : Et David avait essayé de décider ce qu’il allait faire.
 
RM : Qu'avez-vous ressenti d'être choisi pour le rôle?
 
EH : Eh bien, Jeremy est très généreux  sur le sujet, mais en réalité ça n’aurait pas pu être plus facile pour moi. D’une certaine façon, je pense que vous partez avec un avantage, du fait qu'il y a une représentation précise de ces deux hommes, je veux dire que vous imaginez Watson avec son chapeau melon et peut-être Holmes avec son pardessus sombre, alors dans un sens, je ne crois pas que j’avais l’air si différent une fois endossé tous les vêtements. Tout le monde m’a tellement facilité les choses, Jeremy m'a incroyablement aidé, Michael, notre producteur. Le plus grand compliment qu’on m’ait fait, c’était… je ne sais pas, dans le second épisode que j’ai tourné… on m’a appelé David plusieurs fois, et j’ai pensé tout va bien.
 
RM : Était-ce bien Sir Olivier ? On le cite pour avoir dit que, quand un acteur connu reprend un rôle bien établi - il s'adressait à vous - " n'ayez jamais peur de lui piquer ses meilleures trouvailles, mon garçon ". En avez vous chipé à David ?
 
EH : Oui, tout est là dans un sens, nous sommes tous terriblement chanceux avec ces personnages parce que tout est là, dans les livres. Et oui, vous essayez vraiment… Assez curieusement, c’était quand j’ai repris un rôle dans "Rosencrantz et Guildenstern" de Tom Stoppard (4) où je pense qu’il y a encore cette relation, vous savez, le cerveau et le personnage un peu plus lent. Mais oui, il a bien dit ça, lui piquer.
RM: Well joining us now is Jeremy Brett and as Conan Doyle might have put it, 'his rather stupid friend Edward Hardwicke'. Holmes and Watson in ITV's latest series. You see this is interesting, because you're carrying on the tradition in the Granada series of playing Watson as an intelligent man, and yet we just heard Conan Doyle saying he's a rather stupid man. He didn't write him as a stupid man, did he?
 
EH: Well I'm glad I didn't see that before we started - (all laugh)
 
RM: Sue him for libel.
 
RM: What do you think?
 
JB: Don't you think he meant, the letters were saying he was stupid, but in actual fact he wasn't stupid, it was just the way they picked him up.
 
RM: I think you're right, yes.
 
JB: Got poor Doyle off the hook.
 
RM: It's true though isn't it that Watson was traditionally played as a bit of a dimwit, and you know, a sidekick. That's gone now. I mean, your predecessor David Burke and now you are carrying on a new tradition as playing him as a bit of a clever-clogs.
 
JB: That was Michael Cox's idea, our producer, who wanted to put literature straight. I think that was why the series was originally thought of.
 
JF: Difficult though, for you to sort of inject, because he is, isn't he, always so subservient to Holmes. Holmes always has the upper hand in every scene
 
EH: Well, I mean Watson writes the stories, the assumption is that he's keeping the record and I mean Holmes is a genius. It's an interesting idea that you have a fictional genius, one of the few writers who has created a fictional genius and I think anybody is going to be stupid or seem to be a bit slow by comparison.
RM: Well lets talk about the change you would have experienced, when Edward you took over from David Burke. Were you worried - not about him coming - but the change in your sparring partner on screen?
 
JB: Yes. Yes, truthfully. But then this miracle occurred (gestures to EH) and, Edward is a very gentle person and very sensitive and so tried very hard not to upset or shake the boat in any way, and succeeded. What could have been a disaster for the series turned into a bonus. It was a great shock at the beginning, because David and I had been together for about a year and a half, we'd built up a great rapport and he wanted to go home because he had a young son called Tom, who was then 2 - he's a bit older now - and wanted to be with him. In actual fact it was his wife who suggested you, wasn't it?
 
EH: Yes, we were working together.
 
JB: That's right.
 
EH: And David had been trying to decide what he was going to do.
 
RM: How did you feel about being cast in the part?
 
EH: Well Jeremy is very generous about it, but it in actual fact it couldn't have been made easier. For one thing I think you start off with an advantage, in that there is a definite visual picture of these two men, I mean you think of Watson with the bowler hat and perhaps Holmes in the dark coat, so in a sense, I don't think I looked all that different once you've got all the clothes on. Everybody made it so easy, Jeremy was incredibly helpful, Michael, our producer - the greatest compliment was, I don't know, the second episode I was in and I was called David several times, and I thought that's all right.
 
RM: Was it Lord Olivier, was it to you? He's quoted as saying when a well-known actor was taking over an established part - it was you, yes - 'never be afraid to pinch his best bits, dear boy'. Have you taken any of David's -?
 
EH:  - well it's all there, in a sense, we're all terribly lucky with these characters because it's there in the books. And yes you do try - curiously enough that was taking over in Tom Stoppard's Rosencrantz and Guildenstern which I think has again, that relationship, you know, the brain box and the slightly slower character. But yes he did say that, pinch it.
 
JF: You come from a very strong acting family, your father Sir Cedric Hardwicke, he actually played Holmes, did he not.
JB: They did try with Dr. Watson as a woman with Joanna Woodward - I haven't seen it.
 
RM: Really?
 
JB: Yes, yes Joanna Woodward.
 
JF: Extraordinary. Who played Holmes?
 
JB: George C. Scott I think.
 
EH: That's two things I've heard this morning which are deeply worrying.
 
(All laugh)
JF : J’ai beaucoup aimé ce que Conan Doyle disait plus tôt dans l’enregistrement, qu’il avait commencé à écrire les histoires de Sherlock Holmes parce que les romans policiers qu’il lisait l'agaçaient, dans le genre d’Agatha Christie je suppose, où soudain il se passe quelque chose et, ah ha! on connait alors la vérité. Il n’y a aucun raisonnement déductif évident, ce qui le fascinait, c’était les déductions…
 
JB : … c’est vrai.
 
JF : Et c’est ce qui vous fascine, n’est-ce pas, et qui vous a toujours fasciné.
 
JB : Je crois que cela a toujours été ce qui m’a fasciné chez lui, le fait qu’il n’ait pas seulement une logique géniale, un sens de l’observation génial, mais aussi une intuition féminine géniale… (il sourit) ce qu’on imaginerait difficilement en voyant Doyle avec cette grosse moustache de bon vieux benêt. Mais je crois qu’il en a aussi doté Holmes. Voyez-vous, ce qui est fascinant, c’est que ce cher homme ait créé ces deux personnes, et c’est pourquoi je pense que ce sont les deux moitiés d’un même tout.
 
RM : Oui, oui.
 
JF : Ce cher homme a créé avec Holmes un personnage qui a un côté extrêmement sombre.
 
JB : Oui, en pensant à Stonyhurst (1) alors je crois pouvoir alors comprendre ce qui aurait pu lui donner froid dans le dos. Pas vraiment un endroit très chaleureux.
 
RM : Il avait l’air d’un bon vieux affable, en parlant, mais il a écrit d’une manière très sensible sur la qualité de l'amitié, que vous interprétez tous les deux maintenant à la télévision. Ce lien formidable qui relie deux hommes de l’époque victorienne.
 
JB : C’était une amitié du temps où elle était tolérée et respectable.
 
EH : La grande époque du club, et je pense qu'ils sont deux personnages de club. Je veux dire que ce genre d’amitié masculine n'existe plus maintenant.
 
JF: Oui, mais comme vous-même l'avez remarqué, j'ai lu que la relation entre Holmes et Watson est depuis à l'origine de beaucoup d'autres rapports dans les séries des détectives de fiction, notamment à la télé, vous avez cité des exemples comme Starsky et Hutch.
JF: I loved what Conan Doyle was saying earlier in the tape, that he started writing Sherlock Holmes stories because he got irritated with the detective stories he was reading, I suppose the Agatha Christie type thing where there is a sudden happening and ah ha, we therefore know the truth. There is no clear deductive process, what fascinated him was the deductions.
 
JB: - that's right.
 
JF: And that's what fascinates you, isn't it, and always has done.
 
JB: I think that it's always been the thing that has fascinated me about him, the fact that he not only has brilliant logic, brilliant observation but he also has a brilliant feminine intuition...(smiles) which looking at Doyle with that big whoop-whoop moustache you'd hardly imagine he would have. But I think he endowed Holmes with that as well. You see, what is fascinating is that dear gentle man created these two people and therefore I do think they are two halves of the same pod.
 
RM: Yes, yes.
 
JF: That dear gentle man created a character in Holmes who has an extremely dark side to him.
 
JB: Yes, I think looking at Stonyhurst then I think I can understand where the chill might have come up his spine. Not a great warm place.
 
RM: He seemed an affable old buffer, talking there, but he wrote about a quality of friendship in a very sensitive way, which you both now interpret in a television production. This great bond borne between two Victorian men.
 
JB: It was friendship when friendship was allowed and respectable.
 
EH: The great era of the club and I think they are both clubbable characters. I mean that's gone now, that sort of male friendship.
 
JF: Yes, but as you yourself noted, I read that the relationship between Holmes and Watson is the basis for a lot of other relationships in fictional detective work ever since, particularly on the telly, you quoted things like Starsky and Hutch.
 
EH: True. Yes well I think, Jeremy once said all these programmes have a book-end; they have a scene at the beginning and a scene at the end, and to some extent they are the modern version of Holmes and Watson.
 
JB: They work as a double act to a large degree. It's like John Thaw and Kevin. We all have to relate off somebody and maybe this was one of the originals - friendships - but it's been taken forward because it's a very good format.
 
JF: It's interesting that it always works with two men, as well, isn't it, certainly in the detective field. I suspect what you're talking about, the era of the Victorian gentleman's club and everything, that it was sort of acceptable to show that kind of soft spot or emotion for each other in the tight world of the detective format.
RM : Nous voilà à présent rejoints par Jeremy Brett et, comme Conan Doyle aurait pu le formuler, "son ami plutôt stupide Edward Harwicke". Holmes et Watson dans la nouvelle série d’ITV. Vous voyez, c’est intéressant, parce que dans la série de Granada vous poursuivez la tradition de jouer Watson comme un homme intelligent, et cependant à l'instant, nous venons d’entendre Conan Doyle dire que c’est un homme plutôt stupide. Il ne l’a pas décrit dans ses livres comme un idiot, si ?
 
EH : Eh bien, je suis content de ne pas avoir vu ça avant que nous commencions ! (tous rient)
 
RM : Attaquez-le pour diffamation !
 
RM : (à Jeremy) Qu’en pensez-vous ?
 
JB : Ne croyez-vous pas qu’il voulait dire que les mots exprimaient qu'il était stupide, alors qu’en réalité, il ne l’était pas, que c’était simplement la manière dont ils le présentaient ?
 
RM : Je pense que vous avez raison, oui.
 
JB : J’ai tiré d'affaire ce pauvre Doyle.
 
RB : C’est pourtant vrai n'est ce pas, que Watson était traditionnellement interprété comme une espèce d’imbécile, et vous savez, un subalterne. C’est fini, maintenant. Je veux dire que votre prédécesseur David Burke, et vous-même à présent, respectez une nouvelle tradition, en le jouant comme un petit malin.
 
JB : C'était l'idée de Michael Cox, notre producteur, qui voulait remettre les livres à l'honneur. Je pense que c'est la raison pour laquelle la série a été initialement conçue.
 
JF: Difficile cependant, pour vous de dynamiser le personnage de la sorte, parce qu'il est, n’est-ce pas, toujours si soumis à Holmes. Holmes a toujours le dessus dans chaque scène.
 
EH: Eh bien, pour moi, Watson écrit les histoires, il est censé conserver les dossiers et pour moi, Holmes est un génie. C'est une idée intéressante qu'un personnage de fiction soit un génie, c'est l'un des rares écrivains qui a créé un génie de fiction, et je crois qu’à côté de lui, n’importe qui aura l’air stupide ou semblera un peu lent.
RM : Quand vous décrivez Holmes comme le mouron insaisissable, plus vous vous en rapprochez, plus il s’éloigne, cela signifie t-il qu’il n’y a pas de définition définitive de Sherlock Holmes ?
 
JB : Non, je pense qu'en vérité, c’est probablement mieux de le lire. Je crois qu’en partie grâce à Granada, nous sommes retournés aux livres. L’autre jour, j’ai rencontré une dame du nom de Templer, elle enseigne en Pennsylvanie, et ils utilisent les films pour encourager les enfants à se replonger dans la lecture. Le fait que nous ayons tourné les histoires originales a été un bon moyen de les initier à l’œuvre de Doyle. Non, je ne pense pas qu’il soit possible d'en rendre toute l’essence dans un film, non vraiment pas. C’est pour cela que c’est si fascinant à faire.
 
RM : Eh bien, c’est merveilleux d'avoir réellement ici, un peu de l'histoire de la télévision. Vous devez l'avoir ressenti, quand vous vous êtes véritablement engagés, sachant que vous entriez dans ce qui est devenu une légende, qui sera encore vue et diffusée dans probablement trente ans.JF : Et vous avez interprété Watson, une fois, il y a longtemps.
 
JB : Oui, ce fut utile.
 
JF : Oui, pour avoir un aperçu du personnage ?
 
JB : Oui, ce fut très positif, vu les circonstances, ce fut une très bonne chose de l'avoir fait.
 
RM : Quand vous décrivez Holmes comme le mouron insaisissable, plus vous vous en rapprochez, plus il s’éloigne, cela signifie t-il qu’il n’y a pas de définition définitive de Sherlock Holmes ?
 
JB : Non, je pense qu'en vérité, c’est probablement mieux de le lire. Je crois qu’en partie grâce à Granada, nous sommes retournés aux livres. L’autre jour, j’ai rencontré une dame du nom de Templer, elle enseigne en Pennsylvanie, et ils utilisent les films pour encourager les enfants à se replonger dans la lecture. Le fait que nous ayons tourné les histoires originales a été un bon moyen de les initier à l’œuvre de Doyle. Non, je ne pense pas qu’il soit possible d'en rendre toute l’essence dans un film, non vraiment pas. C’est pour cela que c’est si fascinant à faire.
 
RM : Eh bien, c’est merveilleux d'avoir réellement ici, un peu de l'histoire de la télévision. Vous devez l'avoir ressenti, quand vous vous êtes véritablement engagés, sachant que vous entriez dans ce qui est devenu une légende, qui sera encore vue et diffusée dans probablement trente ans.
EH : C’est vrai. Oui, eh bien, je pense que, comme  Jeremy l'a dit une fois, tous ces programmes sont pris en sandwich, ils ont une scène au début et une scène à la fin, et dans une certaine mesure, c’est la version moderne de Holmes et Watson.
 
JB : Ils travaillent en duo dans une large mesure. C’est comme John Thaw et Kevin (2). Nous avons tous besoin d’être lié à quelqu’un, et peut-être, était-elle l'une des premières - amitiés - mais elle a été développée car c’est une excellente configuration.
 
JF : C’est intéressant de voir que ça marche toujours avec deux hommes, et particulièrement aussi bien,  n’est-ce pas, dans les histoires de détectives. Je suppose qu’à l’époque des clubs de gentlemen victoriens dont vous parlez, et tout ça, c'était plutôt admis de montrer cette sorte d'attirance ou d'émotion réciproque dans le monde fermé des histoires de détectives.
EH : Eh bien, je dois dire que c’est très intimidant. (rires)
 
JM : Vous avez dit sur le plateau (elle désigne JB) ... il est merveilleux à regarder, parce qu’il évoque un directeur de théâtre de l'époque victorienne.
 
EH : Eh bien il…
 
(JB rit et regarde EH dans l’attente d'une explication)
 
EH: … il a été merveilleusement…  il crée une atmosphère formidable, comme ils le faisaient, mais il a une capacité incroyable à transmettre ce quelque chose d’Edouardien à l’écran, ce qui est très difficile à faire.
 
RM : Je pense que nous avons une petite idée du pourquoi le courant passe si bien entre vous à l'écran. Merci très sincèrement à tous les deux.
Interview de Jeremy Brett et Edward Hardwicke (1991)
RM: Yes, absolutely.
 
EH: Inevitably.
 
RM: This is the third time we've spoken to you, Jeremy, how many years is it now since you've been playing Holmes?
 
JB: I was asked in '82 and started into '83.
 
RM: Yes, yes, 8 or 9 years. Has it been, Judy was saying earlier, a kind of journey of discovery for you? Do you know see him differently than you did 4 years ago and from that point -
 
JB: - Yes, I see him as the elusive pimpernel still, just in front of me. I can't catch him. I think it's why I him so fascinating to play 'cause I can't reach him. It is the most fascinating part I've ever played.
JF : Vous venez d’une grande famille d’acteurs, votre père Sir Cedric Hardwicke, a d’ailleurs joué Holmes, n’est-ce pas ?
 
EH : Oui, je l’ignorais jusqu’à ce que nous tournions à Liverpool,  quelqu’un est venu sur le plateau, une sorte de mordu de Holmes - et il y en a beaucoup dans les environs - il a apporté cette cassette en disant " Avez-vous entendu ceci ? " C’était une émission de radio des années 40, vers 1945, dans laquelle il faisait Le Ruban Moucheté. Je crois que c'était bien l'unique hors-série - Je n’en avais aucune idée.
 
JF : Et vous avez interprété Watson, une fois, il y a longtemps.
 
JB : Oui, ce fut utile.
 
JF : Oui, pour avoir un aperçu du personnage ?
 
JB : Oui, ce fut très positif, vu les circonstances, ce fut une très bonne chose de l'avoir fait.
(1) Internat indépendant jésuite, situé près du village de Clitheroe dans le Lancashire, où Conan Doyle étudia dans sa jeunesse.
 
(2) Référence à la série "Inspecteur Morse" avec John Thaw et Kevin Whately.
 
(3) Femme de Paul Newman. Le film They Might Be Giants, raconte l’histoire d’un millionnaire, Justin Playfair, qui sombre dans la folie après la mort de sa femme, et se prend pour Sherlock Holmes. J. Woodward joue le rôle de la psychiatre Mildred Watson.
 
(4) "Rosencrantz et Guildenstern Sont Morts" est un film britannique réalisé par Tom Stoppard, sorti en 1990 et adapté de la pièce éponyme.
EH: Yes I didn't know this until we were filming in Liverpool and somebody came on the set who was a sort of Holmes buff - and there are a lot of them around - and produced this tape and said 'have you heard this?' It was a radio broadcast, which he did in the forties, about '45, doing 'The Speckled Band'. I think it was only the one off thing - I had no idea.
 
JF: And you played Watson once, a long time ago.
 
JB: Yes that was handy.
 
JF: Yes, as an insight into the character?
 
JB: Yes, it was very handy, in the circumstances, it was a very good thing that I did.
 
RM: When you describe Holmes as the elusive pimpernel, the closer you get the further he moves away, does that indicate that there isn't a final definition to Sherlock Holmes?
RM : Oui, tout à fait.
 
EH : Inévitablement.
 
RM : C’est la troisième fois que nous avons un entretien, Jeremy, cela fait combien d'années maintenant que vous jouez Holmes?
 
JB : On me l’a demandé en 1982, et j’ai commencé en 1983.
 
RM : Oui, oui, 8 ou 9 ans. Y a-t-il eu pour vous, comme le disait plus tôt Judy, une sorte de voyage de découverte ? Le voyez-vous à présent différemment qu’il y a quatre ans, et à partir de là…
 
JB : … Oui, je le vois toujours comme le mouron insaisissable, juste en face de moi. Je ne peux pas l’attraper. Je pense que c’est pour ça que je le trouve si fascinant à jouer, parce que je ne peux pas l’atteindre. C’est le rôle le plus fascinant que j’aie jamais joué.
ACCUEIL
RETOUR