VERSION ORIGINALE
Derek Jamieson: Well more than a 100 actors have played Sherlock Holmes, but the biggest mystery is what makes him so popular after all these years. Here is a man who ranks next to Basil Rathbone as the best Holmes of all. Ladies and Gentlemen it is my pleasure to introduce Jeremy Brett! Lovely to see you, hot foot from the Wyndham’s Theatre where ‘The Secret of Sherlock Holmes’ is appearing.
 
Jeremy Brett: Yes, we’ve done over 300 performances -
 
DJ: - already?
Jamieson Tonight - Interview de Derek Jameson - 4 Juillet 1989
TRADUCTION FRANÇAISE
JB: He was a sort of middle-class boy, I think he was fairly isolated. It’s interesting because when I...it’s been a handicap to me, being at Eton. It’s taken me a long time to convince people -
 
DJ: Oh...
 
JB: - the class rubbish -
 
DJ: I’ve always said when I was an editor, ‘don’t hold it against him because he went to Eton!’ -
 
JB: - thank you -
 
DJ: - it’s not his fault.
 
JB: That’s jolly kind of you (shakes his hand).
 
DJ: It’s true isn‘t it.
 
JB: True, yes, it was handicap.
 
DJ: It is, I suppose every single -
 
JB: - I was known as a toffee-nosed git -
 
DJ: - time you sit down for interviews they say ‘and were you at Eton?’
 
JB: That’s right. I was a toffee-nosed git, and I had a silver spoon in my mouth, you see, so I got my first breaks because I had a little money behind me and all that goes into the business in a very bad way.
 
DJ: You had to outlive that?
 
JB: (Smiles) I had to go through a bit. I had my nose broken on the National Theatre stage, and they suddenly say ‘Oh he’s not just a pretty face’. All sorts of rubbish I had to go through.
 
DJ: Course, you tried Hollywood -
 
JB: - tried Hollywood; failed -
 
DJ: - finished up on the stage playing Dracula.
 
JB: That’s right, I tried to become a movie star but I discovered all the directors were living in Hertfordshire in the Cotswolds, down the road here! (Laughs)
 
DJ: In a sense Sherlock has restored your career to full bloom.
 
JB: Oh I don’t think it’s restored it, I think it’s made it actually. I was doing quite nicely before, but this has made me, as I said before, into a twinkler.
 
DJ: According to what they call the tabloids, you really were on a downer, weren’t you?
 
JB: Yes I was desperately ill.
 
DJ: Was it illness or booze? JB: No it was, my wife died, actually it’s the anniversary of her death today -
 
DJ: Is that right? That’s sad...
 
JB: That didn’t help and then...the workload. And I am playing a demented creature!
 
DJ: Yes.
 
JB: But I have learnt to live with him now - I think.
 
DJ: But your lovely wife, Joan, she died and that caused the breakdown?
 
JB: Yes, just before - didn’t seem much point to it all.
 
DJ: How did you come out of that?
 
JB: Well, I was very angry with The Sun for exposing me, but, now I don’t feel so angry because, funnily enough in this country, people are much more interested in failure than success and I don’t know why that is.
 
DJ: Why, look at me!
JB: (laughs) You’re a twinkler! And they kind of take you to their heart, when they see damaged goods around. And I suppose, I’m quite enjoying that. I love people saying ‘You all right?’ ‘You all right, Jeremy?’ ‘Good to see you around’ and all that.
 
DJ: It’s beautiful, people care.
 
JB: They really do care, yes. They pick me up a lot.
 
DJ: They say that to me. ‘All right Del, all right?’ And they know that I’m a bit vulnerable, you know, about to go over the edge, isn’t that right, audience?
 
JB: (laughs) It’s true.
 
DJ: What form did your illness take?
JB : Non, je suis mon propre déguisement pendant la journée.
 
DJ :  Jeremy, en fait, nous avons un clip de votre remarquable interprétation de Sherlock Holmes. (extrait du Chien des Baskerville)
 
DJ : C’est celui que nous connaissons tous le mieux, Le Chien des Baskerville. Maintenant, corrigez-moi Jeremy, je suis un peu bouché, moi. C'était la série télé ?
 
JB : L’ensemble a été réalisé par Granada, mais celui-ci a été tourné en 35 mm.
 
DJ : Alors, que pensez-vous de Sherlock Holmes ?
 
JB : Pas grand-chose.
 
DJ : C’est vrai ?
 
JB : Pas ma tasse de thé (rires).
 
DJ : J'allais dire, je ne l'aurais pas pensé... un type bizarre.
 
JB : Assez curieusement, Rita et moi avons travaillé ensemble il y a de nombreuses années, n’est-ce pas chérie - Rita Tushingham - et j’étais alors bien plus heureux, à cette époque. Je jouais alors un cuisinier fou, un cuisinier allemand. Elle jouait l’une des serveuses.
 
DJ : Pas Sherlock Holmes, alors !
 
JB : Non, non… un extraverti ! Holmes est si difficile, parce que c’est une créature tellement isolée. Il est impossible à jouer;
il vaut mieux le lire, en fait.
 
DJ: En effet, et bien sûr il était porté sur l'opium et tout ça.
 
JB : Oui, oui.
 
DJ : Il sniffait un drôle de coup de temps à autre.
 
JB : Oui, de nombreuses fois. Ils ne réalisaient pas à l'époque combien c'était dangereux, je ne pense pas. Nous effleurons le sujet, nous essayons de ne pas trop en faire.
 
DJ : En ce temps là, ils avaient l'habitude d'appeler ça de la belladone, je crois, non ?
 
JB : Vraiment ?
 
DJ : Ils en prenaient contre le mal de tête et ...
 
JB : Eh bien, je pense que c’était… Une fois que vous aviez fini de travailler à Fleet Street, vous descendiez simplement  la ruelle vers votre fumerie d’opium, et vous sniffiez vite un coup. Un peu comme un demi de nos jours. (rires)
 
DJ : Bien sûr, Jeremy, vous êtes allé à Eton. Pensez-vous que Holmes soit issu du dessus du panier ?
 
JB : C’est un genre de garçon de la classe moyenne, je pense qu’il était assez isolé. C’est intéressant, parce que quand je… ça a été un handicap pour moi, d’être allé à Eton.  Il m'a fallu beaucoup de temps pour convaincre les gens ...
JB: That’s all Granada, 2 feature films ‘Hound of the Baskervilles’  and ‘Sign of Four’ and 24 series. I must be mad.
 
DJ: Ladies and Gentlemen it’s a clever actor who monopolises Sherlock Holmes.
 
JB: I don’t know whether it’s clever...
 
DJ: If you’re going to corner the market in anything, then what better.
 
JB: Well I think the thing is lovely...in this country we’re not allowed to use the word ‘star’, are we?
 
DJ: Yes!
 
JB: No, no, I think we’re twinklers, you’re a twinkler and I’m a twinkler. (Laughs) And I’m enjoying being a twinkler.
 
DJ: Smashing. What have you brought in your overnight bag?
 
JB: Um, a banana skin, because I didn’t want to leave it upstairs!
 
DJ: And have you got one of those hats with the flaps...(indicates a deerstalker)
 
JB: No, I’ve got a Comic Relief nose.
 
DJ: Nah, you’re kidding.
 
JB: No, I use myself as my disguise, during the daytime.
 
DJ: Jeremy, we have a clip actually, of your distinguished performance of Sherlock Holmes. (clip from The Hound of the Baskervilles)
 
DJ: That’s the one we all know best, The Hound of the Baskervilles. Now put me right Jeremy, I’m a bit thick, me. That was the television series?
 
JB: The whole thing has been done by Granada, but this was done on 35 mil.
 
DJ: What do you make of Sherlock Holmes then?
 
JB: Not much.
 
DJ: Is that right?
 
JB: Not my cup of tea (laughs).
 
DJ: I was going to say, I wouldn’t have thought so - a strange chap.
 
JB: Funnily enough, Rita and I worked together many years ago, didn’t we darling - Rita Tushingham - and I was much happier then, in those days. I was playing a demented cook, then, a German cook. She was playing one of the waitresses.
 
DJ: Not Sherlock Holmes, then!
 
JB: No, no - an extrovert! Holmes is so difficult because he’s such an isolated creature. He’s impossible to play; he’s better read, actually.
 
DJ: Indeed, and of course he was in to opium and all that.
 
JB: Yes, yes.
JB : Non, non, je crois que nous sommes des twinklers (*), vous êtes un twinkler et je suis un twinkler. (rires) Et ça me plaît  d’être un twinkler.
 
DJ : Formidable. Qu’avez-vous apporté dans votre sac de voyage ?
 
JB : Euh… une peau de banane, parce que je ne voulais pas la laisser traîner là-haut !
 
DJ : Et avez-vous l'un de ces chapeaux à rabats… (il mime une casquette de chasse) ?
 
JB : Non, j’ai un nez du Comic Relief. [organisme caritatif dont le symbole est un nez rouge,porté lors du Red Nose Day]
 
DJ : Non, vous plaisantez !
JB : Ils prennent vraiment soin de vous, oui. Ils me remontent beaucoup le moral.
 
DJ : A moi, ils me disent : "Ça va Del, ça va bien ? " Et ils savent que je suis un peu vulnérable, vous savez, que je suis sur le point de partir à la dérive, n’est-ce pas, dans le public ?
 
JB : (rires) C’est vrai.
 
DJ : Comment s’est manifestée votre maladie ?
 
JB : Je devenais dingue.
 
DJ : Vous étiez complètement sur la touche ?
 
JB : Oh, je devenais dingue ...
 
DJ : ... vous ne saviez plus où vous étiez ? ...
JB: - J'étais en crise d'euphorie, et j'ai été ... isolé ...  pris en charge, je pense que c’est l’expression qui convient.
 
DJ : Vous picoliez par-dessus le marché ?
 
JB : Non, pas beaucoup, juste un petit peu. Ce n’était pas vraiment le problème, c’était le travail.
 
DJ : Parce que quand on regarde Jeremy Brett et qu’on entend qu’il a des problèmes, on pense que c’est la bibine.
 
JB : C’était la charge de travail, et je me suis très isolé. J’ai coupé la ligne de téléphone, je ne répondais pas à mon courrier ... toutes sortes de choses bizarres ... puis-je changer de sujet une minute ...
 
DJ : ... bien sûr !
 
JB : ... Linda Pritchard, la jeune femme que vous avez interviewée au tout début…
 
DJ : ... celle qui court ? …
 
JB : Elle s'est tenue à la porte de ma loge pendant près de six mois. Elle disait : "Je vais courir autour de l'Angleterre pour débarrasser le monde du cancer."
 
DJ : C’est ça.
 
JB : 5000 miles [environ 8050 km] tout autour des Îles Britanniques, eh bien, elle a déjà couru 1700 miles maintenant [environ 2740 km] et je crois que ce soir elle est à Sandwich, au Pays de Galles.
 
DJ : Seigneur.
 
JB : Elle sera à Manchester le 22, et j’espère que Manchester lui fera un très bon accueil.
DJ: He had the odd sniff now and then.
 
JB: Yes, a lot of that. They didn’t realise then how dangerous it was, I don‘t think. We touch on that, we try not to play it up too much.
 
DJ: They used to call it belladonna in those days, I think, didn’t they?
 
JB: Did they really?
 
DJ: Took it for headaches and -
 
JB: Well I think it was, as you finished your job in Fleet Street, you just popped down the alleyway to your opium den and had a quick snifter. Rather like a pint now. (Laughs)
 
DJ: You, of course, went to Eton, Jeremy. Do you think Holmes came from the top draw?
JB : Et ce petit brin de femme fait tout ça, n'est-ce pas superbe ?
 
DJ : Et pour l’anniversaire de la mort de Joan, aussi.
 
JB : Et c’est son anniversaire, l’anniversaire de Linda Pritchard aujourd’hui.
 
DJ : Eh bien, ça a été un plaisir de vous recevoir.
 
JB : Merci.
 
DJ : Passez quand vous voulez pour bavarder en sortant du Wyndham’s…
 
JB : ... merci de tout cœur ...
 
DJ : ... et ça fait plaisir de vous voir en si bonne forme.
 
JB : C'était charmant cette rencontre. (Il se tourne vers Annabel. ) Et vous êtes d’une beauté incroyable (il l’embrasse sur la joue).
 
A : Oh, je suis amoureuse !
 
DJ : Mesdames et Messieurs, Jeremy Brett, un twinkler !
 
JB: (avec un grand sourire) Vous de même !
 


(*) Twinkler : néologisme formé sur le verbe twinkle (scintiller, étinceler, pétiller) que dans ce contexte, on pourrait traduire par 'célébrité'
DJ: Oh ...
 
JB: ... ces foutaises sur les classes sociales ...
 
DJ : Quand j’étais rédacteur en chef, j’ai toujours dit : "Ne lui en voulez pas
d'être allé à Eton ! "…
 
JB : ... merci ...
 
DJ : ... ce n’est pas sa faute ...
 
JB : C’est très chic de votre part (il lui serre la main).
 
DJ : C’est vrai, n’est-ce pas ?
 
JB : C'est vrai, oui, c’était un handicap.
JB: - we finish in September and then we do a national tour.
 
DJ: You’ve got the aquiline features, Jeremy!
 
JB: I think that’s happened since I started playing him -
 
DJ: - your nose -
 
JB: - (sighs) I know
 
DJ: Your schnozz, has it grown longer?
 
JB: It’s grown longer. (laughs)
 
DJ: And of course you did the film ‘The Hound of the Baskervilles’ -
 
JB: - we’ve done 26 films.
 
DJ: And the Granada series, that’s -
JB: I went potty.
 
DJ: Were you out of the game altogether?
 
JB: Oh I went potty -
 
DJ: - didn’t know where you were -
 
JB: - I went very high, and I was...removed...ascertained, is I think, the word.
 
DJ: You had booze on top of that?
 
JB: No, not much, just a little. That wasn’t really it, it was work.
 
DJ: ‘Cause when we look at Jeremy Brett and we hear that he’s having problems you think it’s the booze.
 
JB: It was the workload and I got very isolated. I cut the phone off and wouldn’t answer my mail - all sorts of strange things - can I change the subject a minute -
 
DJ: - of course!
 
JB: - Linda Pritchard who is the girl you interviewed right at the very beginning -
 
DJ: - the runner? -
 
JB:  - she’s been standing outside my stage door for about six months. She said ‘I’m going to run around England to get rid of cancer around the world'.
 
DJ: That’s right.
 
JB: 5000 miles, all around the British Isles, well she’s done 1700 miles now, she is, I think tonight in Sandwich, in Wales.
 
DJ: Good Lord.
 
JB: She’ll be in Manchester on the 22nd - and I hope Manchester will give her a lovely welcome.
 
DJ: Annabel, don’t sit there! That was your lady, Linda Pritchard, you interviewed her. (Speaking to woman on settee next to JB)
 
A: That’s right, she’s running like mad all over the -
 
JB: - she’s just started, and she’s done 1700 out of 5000.
 
DJ: That’s great.
 
JB: So if anyone would like to support her in her quest to get rid of cancer, the address is (proceeds to recite address)
 
DJ: Hanwell, W7?
 
JB: And the little girl’s doing it, isn’t it superb?
 
DJ: And on the anniversary of Joan’s death, too.
 
JB: And it’s her birthday, Linda Pritchard’s birthday, today.
 
DJ: Well it’s been lovely having you.
 
JB: Thank you.
DJ : Annabel, ne reste pas planter là ! C’était “ta” dame, Linda Pritchard, tu l’as interviewée (il s’adresse à la jeune femme assise sur le canapé à côté de JB).
 
A : C’est ça, elle court comme une folle tout autour de ...
 
JB : … elle commence à peine, elle en a parcouru 1700 sur 5000 [environ 2740 sur 8050 km].
 
DJ : C’est génial.
 
JB : Alors, si quelqu’un souhaite la soutenir dans sa quête pour se débarrasser du cancer, l’adresse est - (il récite l’adresse).
 
DJ: Hanwell, W7?
Derek Jameson : Eh bien, plus d'une centaine d'acteurs ont joué Sherlock Holmes, mais le plus grand mystère, c'est ce qui le rend si populaire après tant d'années. Voici un homme qui se classe à côté de Basil Rathbone comme le meilleur de tous les Holmes. Mesdames et Messieurs, j'ai le plaisir de vous présenter Jeremy Brett ! Ravi de vous voir, arrivé en toute hâte du Wyndham's Theatre, où  se donne "Le Secret de Sherlock Holmes."
 
Jeremy Brett : Oui, nous avons dépassé les trois cents représentations…
 
DJ : ... déjà ?
 
JB : ... nous terminons en Septembre, et ensuite nous faisons une tournée nationale.
 
DJ : Vous avez les traits aquilins, Jeremy ! (il désigne les cernes de l’acteur)
 
JB : Je crois que c’est arrivé depuis que j’ai commencé à l’interpréter ...
 
DJ : ... votre nez ...
 
JB : ... (en soupirant) je sais.
 
DJ : Votre nase, ... s’est-il allongé ?
 
JB : Il s’est allongé. (rires)
 
DJ : Et bien sûr, vous avez tourné Le Chien des Baskerville…
 
JB : ... nous avons tourné vingt-six films.
 
DJ : Et la série de Granada, c’est ...
 
JB : Tout ça, c’est Granada, deux longs-métrages, Le Chien des Baskerville et Le Signe des Quatre, et vingt-quatre épisodes. Je dois être fou.
 
DJ : Mesdames et Messieurs, c'est un acteur intelligent qui monopolise Sherlock Holmes.
 
JB : Je ne sais pas si c'est intelligent ...
 
DJ : Si vous vous apprêtez à accaparer le marché dans n'importe quel domaine, alors quoi de mieux ?
 
JB : Eh bien, je pense que c’est une bonne  chose … dans ce pays,  nous n'avons pas le droit d'utiliser le mot "star", n’est-ce pas ?
 
DJ : Si !
DJ: Anytime you want to come in and have a chat from the Wyndham’s -
 
JB: - bless your heart -
 
DJ: - and it’s good to see you doing so well.
 
JB: Lovely to meet you. (Turns to Annabel) And you’re incredibly beautiful (kisses her on cheek)
 
A: Oh, I’m in love !
 
DJ: Ladies and Gentlemen, Jeremy Brett, a twinkler !
 
JB: (grins) And you !
DJ : Oui, je suppose que chaque ...
 
JB : ... les gens me prenaient pour un petit con snobinard.
 
DJ: - le temps de vous asseoir pour des interviews et ils demandent "et étiez-vous à Eton ? "
 
JB : C’est vrai. J’étais un petit con snobinard, né avec une cuillère en argent dans la bouche, vous voyez, ainsi j'ai connu mes premières brouilles parce que j'avais un peu d'argent derrière moi, et tout cela passe très mal dans le métier.
 
DJ : Vous avez dû survivre à ça ?
 
JB : (il sourit) J’ai dû surmonter ça en quelque sorte. J’ai eu le nez cassé sur la scène du National Theatre, et tout d’un coup, les gens ont dit : "Oh, il n’est pas seulement mignon ! " J’ai dû supporter toutes sortes d'âneries.
 
DJ : Bien sûr, vous avez tenté Hollywood ...
 
JB : ... tenté Hollywood ; échoué ...
 
DJ : ... et fini dans le rôle de Dracula sur les planches.
 
JB : C’est vrai, j’ai essayé de devenir une star de cinéma, mais j’ai découvert que tous les réalisateurs habitaient dans le Hertfordshire, dans les Cotswolds, à deux pas d'ici ! juste par là-bas ! ici en bas de la rue ! (rires)
 
DJ : En un sens, Sherlock a relancé votre carrière à fond.
 
JB : Oh, je ne crois pas qu'il l'ait relancée, je pense qu'en réalité il l'a faite. Avant, je m'en sortais très bien, mais il a fait de moi, comme je l’ai dit auparavant, un twinkler.
 
DJ : Selon ce qu’on appelle la presse à scandale, vous étiez au trente-sixième dessous, n'est-ce pas ?
 
JB : Oui j’étais très gravement malade.
 
DJ : Vous étiez malade, ou vous picoliez ?
 
JB : Non en fait, ma femme est morte, d’ailleurs c’est l’anniversaire de sa mort aujourd’hui.
 
DJ : C’est vrai ? C’est triste ...
 
JB : Ça ne m’a pas aidé, et puis ... la charge du travail.  Et je joue une créature démente !
 
DJ : Oui.
 
JB : Mais j’ai appris à vivre avec lui maintenant - je crois.
 
DJ : Mais votre adorable femme, Joan, est morte et c’est la cause de votre dépression ?
 
JB : Oui, juste avant - ça ne paraissait pas pouvoir en arriver jusque là.
 
DJ : Comment vous en êtes-vous sorti ?
 
JB : Eh bien, j’étais furieux contre The Sun pour m’avoir exposé, mais maintenant, je suis moins en colère, parce qu’assez curieusement, dans ce pays, les gens s’intéressent beaucoup plus aux défaillances qu’au succès, et je ne sais pas pourquoi.
 
DJ : Pourquoi, regardez-moi !
 
JB : (rires) Vous êtes un twinkler ! Et ils prennent votre cas à cœur en quelque sorte, quand ils voient que ça ne va pas. qu’il y a quelque chose qui cloche. Et j'imagine que j’aime beaucoup ça. J’adore quand les gens disent "Tout va bien ? " , "Ça va, Jeremy ? " , "Ça fait plaisir de vous voir dans le coin" et tout ça.
 
DJ : C’est beau, l’attention des gens.
ACCUEIL
RETOUR