LIEN INTERNETUn jeune Anglais plein de vie et d’esprit, Jeremy Brett, est l’une des nouvelles personnalités les plus brillantes d’Hollywood. Son talent caractéristique et sa beauté éclatante lui valurent le rôle de Freddy dans "My Fair Lady", et récemment le rôle principal de la pièce de Broadway "The Deputy".
Né dans le Warwickshire, en Angleterre, il y a trente et un ans, Jeremy s’intéresse au théâtre depuis toujours. " Quand mes trois frères aînés devinrent respectivement professeur, peintre et architecte, je ne pense pas que mes parents savaient comment j'allais tourner ! ", dit-il en souriant.
A l’âge de seize ans, il s’attaqua sérieusement au théâtre, en suivant des cours à la célèbre London Central School of Speech and Drama. Peu de temps après l'avoir quittée, Jeremy fut invité à rejoindre l’Old Vic Company.
" Faire partie de l’Old Vic était tout simplement merveilleux ", s’exclame-t-il. " J'y ai adoré chaque instant ! " Son travail à l’Old Vic l'amena aux Etats-Unis, mais " j’ai alors été submergé par l’Amérique ", dit-il. " Cette vitalité prodigieuse, ce tourbillon d'activité, c’était tout simplement trop pour moi. "
A présent, cependant, Jeremy s’y sent plus à l’aise. " Je suis plus âgé maintenant, et je trouve l'Amérique passionnante. Et les Américaines ! Elles sont si merveilleusement bien soignées... elles sont vraiment belles. Je les trouve terriblement séduisantes ! " Et vous savez, il le pense sincèrement !
Pendant qu’il travaillait à l’Old Vic, Jeremy et quarante autres acteurs auditionnèrent pour le rôle de Freddy Eynsford-Hill, le jeune homme qui tombe fou amoureux d’Eliza Doolittle dans "My Fair Lady". Jeremy fut enchanté quand il obtint le rôle. " Jouer face à Audrey Hepburn fut un plaisir. Nous avions déjà tourné dans un film ensemble - en Angleterre. C’était "Guerre et Paix", je jouais le frère cadet d’Audrey, Nicholas. "
Mais Jeremy, qui pense qu’Audrey a " quelque chose de magique ", n’eut pas l’occasion de jouer une seule scène d’amour avec elle. " Une fois pourtant, je l’ai presque embrassée ", dit-il en riant. " Nos visages étaient seulement à quelques millimètres l’un de l’autre, mais une grille blanche nous séparait. " Jeremy soupire exagérément en ajoutant : " Audrey est vraiment un amour. Il y a quelque chose de merveilleux en elle qu’aucun homme ne peut expliquer, mais que tout homme peut ressentir . "
Jeremy, dont les yeux verts suffiraient à faire fondre le cœur de n’importe quelle femme, trouve qu’il a peu de temps pour les rendez-vous galants. Il est si occupé à faire des films et du théâtre que parfois il est sur la brêche des semaines durant. " On ne m’a jamais vraiment demandé d'aller à un rendez-vous pour faire de la publicité " dit-il. " Mais si c’était le cas, vous pouvez être sûr qu’il faudrait que je connaisse la fille et qu’elle me plaise, ou je m’y refuserais. "
Son intégrité et son honnêteté dans ses rapports avec les autres caractérisent le désir passionné de Jeremy de réussir selon ses mérites. Il refuse de jouer dans n'importe quelle pièce ou film auxquels il ne croit pas.
En réalité, avant d’incarner Freddy, on lui offrit plusieurs autres rôles dans des films hollywoodiens, mais il pensait simplement que ce n'était pas le bon moment. Jeremy aime relever le défi de jouer des rôles variés. Il préfèrerait de loin un rôle qui promet d'être stimulant, moins bien payé, à un autre plus rémunérateur, qui ne correspond pas à ses exigences artistiques.
Bien qu’étant un homme d’une énergie formidable, Jeremy reconnaît être paresseux. " Je suppose que ma seule manière d’accomplir les choses est d’en faire des tonnes ! ", dit-il en riant. " Quand je vais à fond de train, j'ai l'impression d'être bien meilleur."
" Je ne suis pas quelqu’un de très physique ", dit-il avec espièglerie. " Je pensais que faire des haltères me ferait un bien fou, mais j’ai laissé tomber quand mon cou a commencé à devenir plus gros que ma tête. En revanche la nourriture, j’adore ça ! Et je trouve les hamburgers américains absolument délectables. Je pourrais tout simplement en dévorer à longueur de journée. "
Jeremy a un point de vue réaliste sur le succès. " Je veux m’épanouir à ma façon ", dit-il. " La renommée, c’est super, mais je veux qu'elle vienne naturellement - si elle doit venir - du fruit de mon travail quotidien. Si j’ai les qualités requises, les choses se feront en leur temps. Sinon, bon… " Il haussa les épaules avec éloquence. " Il faut toujours garder les pieds sur terre… "
Jeremy Brett est un excellent acteur et un homme stimulant. Ses centres d’intérêt vont des voyages à l’agriculture, en passant par la réalisation de ses propres films. Il déborde d’ambition et son sens de l’humour est exceptionnel. Ne le perdez pas de vue, il va faire son chemin!
A vital and witty young Englishman, Jeremy Brett, is one of Hollywood's brightest new personalities. His distinctive talent and dashing good looks won him the role of Freddy in "My Fair Lady", and the recent lead in the Broadway play, "The Deputy".
Born in Warwickshire, England, 31 years ago, Jeremy has been interested in the theatre all his life. 'When my three older brothers became a teacher, a painter, and an architect, I don't think my parents knew how I'd turn out!' he says with a smile.
At the age of sixteen, he tackled the theatre seriously, attending the famous London Central School of Speech and Drama. Soon after he left there, Jeremy was invited to join the Old Vic company.
'Being in the Old Vic was simply marvelous,' he exclaims. 'I adored every single moment of it!' His work with the Old Vic brought him to the United States, but, 'I was overwhelmed with America then," he says. 'The enormous vitality--the hustle and bustle were just too much for me.'
Now, however, Jeremy feels more comfortable here. 'I'm older now, and find America very exciting. And the American women! They're so wonderfully-groomed--they're beautiful, really. I find them terribly attractive!' And you know he means it!
While he was working at the Old Vic, Jeremy and 40 others were tested for the part of Freddy Eynsford-Hill, the young man who becomes smitten with Eliza Doolittle in "My Fair Lady". Jeremy was delighted when he got the part. 'Playing opposite Audrey Hepburn was a joy,' he says. 'We had done a movie together before--in England. It was "War and Peace", and I played Audrey's younger brother Nicholas.'
But Jeremy, who thinks Audrey has 'a special magic about her,' didn't get the opportunity to play even one love scene with her. 'Once I almost kissed her, though,' he says with a laugh. 'Our faces were only a quarter of an inch apart, but there was a white fence between us.' Jeremy sighs extravagantly when he says, 'Audrey really is a darling. There's something wonderful about her that no man can explain, but every man can feel!'
Jeremy, whose green eyes would be enough to melt any woman's heart, finds that he has little time to date. He's been so busy making films and being in plays that sometimes he's on the go for weeks at a time. 'I haven't really been asked to go on dates just for publicity,' he says. 'But if I were asked, you can be sure I'd have to know and like the girl or I wouldn't do it.'
Personal integrity and honesty in his dealings with others characterize Jeremy's passionate desire to succeed on his own merits. He refuses to be in any play or movie in which he doesn't believe.
In fact, before he played Freddy, he was offered several other roles in Hollywood films, but he just didn't think the time was right. Jeremy loves the challenge of playing varied roles. He'd much rather take a role he feels will be stimulating for less money than take one for more money which doesn't meet his artistic standards.
Even though he's a man with tremendous energy, Jeremy admits to being lazy. 'I guess the only way I get things done is to do a lot of them!' he laughs. 'When I'm going at break-neck speed, I seem to get much more accomplished.'
'I'm not a very physical person, really,' he says impishly. 'I used to think it would do me a great deal of good to lift weights, but I gave it up when my neck started getting bigger than my head. 'But food; I adore it! And I find American hamburgers absolutely delightful. I could simply eat my way through the day on them.'
Jeremy has a realistic attitude about success. 'I want to fulfill myself in my way,' he says. 'Fame is great, but I want it to flow naturally, if at all, from my day-to-day work. If I have what is required, it will out, in time. If not, well...' He shrugged eloquently. 'One must be a consummate realist at all times...'
Jeremy Brett is a fine actor and a stimulating man. His interests range from traveling to farming to directing his own movies. His ambition is boundless, and his sense of humour exceptional. Watch for him, he's going places!"
RETOUR Rencontre avec Jeremy Brett" - TV & Movie Album, No. 8, 1964 TRADUCTION FRANCAISE "Meet Jeremy Brett" - TV & Movie Album, No. 8, 1964

 
Chargement des bibliothéques...