Hostess: They have enjoyed enormous success – all the stories have enjoyed enormous success. What do you put that down to?
 
Jeremy Brett: I think probably the miracle that Granada achieved was by doing the original stories. Umm, I think it was dreamt up by Michael Cox way back in 1973, our producer, really to put literature straight in regard to Dr. Watson. Because, not the duffer anymore, but the good friend, the gentleman, the medic and the soldier. Not the duffer. And I think by doing the stories and finding that they actually stood up to the test of film.
 
Hostess: But it really is an extraordinary relationship between these two men, isn’t it? They’re very close.
 
Jeremy Brett: Yes, they’re club men. I mean, I think one is a very private creature, isolated. They’re both very lonely people at the beginning of the books and they meet because they can’t afford the rent!
 
Hostess: Do you think it’s also this sort of Superman image that Sherlock Holmes has? I mean, he solves everything.
 
Jeremy Brett: I think – I think he intrigues Watson, by the speed of light of his deduction and logic. And I think that it becomes apparent, I think, especially during this play we’re doing now at Wyndham’s Theatre. (smiles at her)
 
Hostess: Wyndham’s.
 
Jeremy Brett: It’s (laughs) you were at school at a place called Winedham’s.
 
Hostess: Winedham’s, yes.
Jeremy Brett: Uh, Wyndham’s Theatre. It’s because I think we’re exposing the friendship, we’re releasing the friendship through a little bit more. Also, we’re very lucky, Edward and I, because we played the parts for two and a half years together. And, umm, I’m not bored of it at all yet because I haven’t learned how to play him.
 
Hostess: Yes, I was gonna say, I mean, five years you’ve done it on television and three years, Edward. Is there anything different for you, Edward, about doing it now in the theatre?
 
Edward Hardwicke: Well, it’s – I mean the main difference is it’s just a completely different medium. And you are concentrating for two hours on a play whereas with the filming it’s a day-long job and it goes on and on and on. It’s just a very different feeling. And I think it’s an enormously enjoyable experience just doing something different.
 
Hostess: Did you realize the success until you went into the theatre?
Jeremy Brett: No, I tell you what . . . you know, this business we’re in, this profession we’re in, it’s hard enough to survive, let alone have a success. So when one has a success - although it’s not a very palatable word in this country, they’re much more fond of it in the States – I’m enjoying every giddy moment of it!
 
Hostess: Marvelous!
 
Jeremy Brett: I’m loving having people outside the stage door,
I’m loving being with my friend Edward; because we’re best friends
off as well as on. We’re having a ball.
 
Hostess: Great. We look forward to seeing it in Birmingham.
 
Edward Hardwicke: Thank you.
 
Hostess: Edward Hardwicke, Jeremy Brett, thank you for joining us.
 
Jeremy Brett: Thank you.
 
Edward Hardwicke: Thank you.
Daytime Live (1988) : Interview de Jeremy Brett et Edward Hardwicke
Hôtesse : Formidable. Nous avons hâte de voir la pièce à Birmingham.
 
Edward Hardwicke: Merci.
 
Hôtesse : Edward Hardwicke, Jeremy Brett, merci de vous être joints à nous.
 
Jeremy Brett: Merci.
 
Edward Hardwicke: Merci.
 

(*) "La Souricière" (The Mousetrap) est une pièce de théâtre policière d'Agatha Christie. Elle totalise le plus grand nombre de représentations consécutives au monde, depuis sa création à Londres dans le West End en 1952.
Jeremy Brett : Je n’ai jamais pensé qu’il était un héros ! Je ne traverserais pas la rue pour le rencontrer.
 
Hôtesse : Mais il y a aussi cette chose incroyable, vous ne croyez pas qu’Agatha Christie a écrit sur Hercule Poirot, euh, mais personne n’a jamais pensé qu’Hercule Poirot existait réellement. Mais les gens croient vraiment à Holmes et Watson, n’est-ce pas ? Je veux dire, recevez-vous des lettres en tant que vraies personnes ?
 
Edward Hardwicke: Eh bien, pas exactement comme des personnes réelles, mais je suis certain qu'ils - les personnages -
existent vraiment pour beaucoup de gens. Et je pense que c'est en partie parce que Conan Doyle, un peu comme - c'est
une autre affaire en quelque sorte - mais Ian Fleming l'a fait avec James Bond. Les détails donnés et leur précision sur la réalité
des lieux et des choses qui sont mentionnés dans les histoires, font d'une certaine manière... donnent une formidable impression de réalité, une formidable impression du Londres victorien et edwardien.
 
Hôtesse : (rires) Prenez-vous plaisir à être engagés dans tout cela ? C’est-à-dire, comme je l’ai dit, cinq ans à la télévision et maintenant à l’affiche dans le West End ?
 
Jeremy Brett : Je dois l'avouer, je m'y complais maintenant. Je dois... Je n’aimais pas ça, j’ai été très mal pendant un moment et je trouvais que jouer était une énorme tension. C’est un homme très sombre, secret, et vous devez vraiment vous vider de vous-même, parce que je suis bien trop exubérant pour le rôle. Vous devez être absolument exsangue, et je trouvais ça épuisant. Mais maintenant, nous sommes au théâtre avec ce merveilleux "pink success", comme je l’appelle, euh, un résultat extraordinaire. Et nous partons en tournée autour du monde, nous jouons jusqu’à septembre prochain à… au Wyndham’s, et ensuite, nous allons la montrer très progressivement dans le monde entier. Je pense que nous la produirons à Birmingham, j’espère. Et, euh, ensuite je crois à Manchester et puis aux Etats-Unis. Alors à présent, c'est un bon moment, oui, un moment agréable.
Hostess: (laughs) Are you enjoying being caught up in this? I mean, as I said, five years on television and now starring in West End?
 
Jeremy Brett: I have to confess; I’m basking in it now. I must – I didn’t enjoy it, I was very poorly for a while and I found it was an enormous strain to play. He’s a very dark, private man, and you have to really drain yourself out, because I’m much too ebullient for the part. You have to be very bloodless, and I found that a great strain. But now we’re in the theatre with this wonderful pink success, as I call it, umm, amazing response. And we’re taking it around the world, we’re playing till next September in - at Wyndham’s, and then we’re taking it very slowly around the world. I think we’re bringing it to Birmingham, I’m hoping. And, emm, and then I think Manchester and then the States. So it’s a lovely – yes, good time now.
 
Hostess: But anybody going to see it is not to expect a real whodunit.
 
Jeremy Brett: It’s all the deduction, it’s all the clues, but the case happens as the play ends. What you get is their relationship and you learn, during the course of the play, much more about them. There’s a lot of deduction, a lot of sleuthing, and then in the second half Jeremy Paul, our brilliant writer, has given us a coup d'état which is the secret. And it’s a part of Holmes’ life which has not been revealed. And it’s a very exciting, dramatic moment and I’m very happy that Ted’s on stage with me to get me off every night.
 
Hostess: Edward, your Dr. Watson in this is far more of a rounded, whole creature. Jeremy mentioned before that he’s very often played as a bit of a buffoon, a bit of a bumbler.
Jeremy Brett: I never thought he was heroic at all! I wouldn’t cross the road to meet him.
 
Hostess: But there’s also this amazing thing, don’t you think, that Agatha Christie wrote about Hercule Poirot, umm, but nobody ever thought that Hercule Poirot was real. But they do believe in Holmes and Watson, don’t they? I mean, do you get letters to you as real people?
 
Edward Hardwicke: Well, not exactly as real people, but I certainly think they – the characters – are very real to a lot of people. And I
think it’s partially because Conan Doyle, rather like – it’s a different kettle of fish, in a way – but, Ian Fleming did it with James Bond. His detail, and the precise detail, of actual places and things which are mentioned in the stories, somehow make – give it a terrific sense of reality, a terrific sense of Victorian and Edwardian London.
Jeremy Brett : Bonjour.
 
Hôtesse : Elles ont remporté un énorme succès, toutes les adaptations ont remporté un succès extraordinaire. À quoi l'attribuez-vous ?
 
Jeremy Brett : Je pense que Granada a probablement accompli ce miracle en produisant les histoires originales. Hum... je crois que Michael Cox, notre producteur, rêvait depuis longtemps, dès 1973, de rendre vraiment sa place au Dr. Watson selon l’œuvre littéraire. Parce que... non plus le benêt, mais l'ami fidèle, le gentleman, le médecin et le soldat. Pas l’imbécile. Et, je crois, qu'en faisant les histoires originales et en découvrant qu’elles soutenaient réellement l’épreuve de l’adaptation à l’écran.
 
Hôtesse : Mais il y a vraiment une relation extraordinaire entre ces deux hommes, n’est-ce pas ? Ils sont très proches.
 
Jeremy Brett : Oui, ce sont des hommes de club. C’est-à-dire, je pense que l’un d’eux est une créature très personnelle, isolée. Tous deux sont des êtres très solitaires au début de l'oeuvre, et ils se rencontrent car ils n’ont pas les moyens de payer le loyer !
Hôtesse : Pensez-vous que Sherlock Holmes ait aussi cette sorte d’image de Superman ? C’est-à-dire qu’il résout tout !
 
Jeremy Brett : C'est-à-dire... Je crois qu'il intrigue Watson par l’acuité de ses déductions et de sa logique. Et je pense que ça devient surtout évident pour moi, pendant cette pièce que nous jouons actuellement au Wyndham’s Theatre. (il lui sourit)
TRADUCTION FRANÇAISE
Hostess: Well, there have been many fictional detectives; Hercule Poirot, Maigret, even Clouseau. But none seem to have captures people’s imagination like Sir Conan Doyle’s Sherlock Holmes and partner Dr. Watson. The latest theatrical partnership in these roles is Jeremy Brett and Edward Hardwicke, who have starred successfully on both television and now at the Winedham’s Theatre in –
 
Jeremy Brett: Wyndham’s.
 
Hostess: Wyndham’s Theatre in London. Let’s see them now in action.
 
Hostess: Holmes and Watson: Jeremy Brett and Edward Hardwicke.
 
Jeremy Brett: Hello.
Jeremy Brett: No, not – I must be truthful, I didn’t. I have been working in some sort of isolation in the studio work, filming for five years and when we went into the public marketplace, which is what the theatre is, suddenly to find that there were children out front . . . I wasn’t sure what the audience was, I know we sold to seventy-five countries and were translated into every kind of language under the sun. And I’m thrilled . . . I mean I still can’t believe that. But I am beginning to be aware of the fact that, because of the children, that it appeals to a much wider range of people than I thought. Five-year-olds, six-year-olds, seven-year-olds, are sitting there, glued to the play, and they come around afterwards. And I – I’ve always thought Holmes was a sort of, umm, damaged penguin or kind of black beetle.
 
(Edward Hardwicke and the Hostess start laughing)
Hôtesse : Mais quelqu’un qui va voir la pièce ne doit pas s’attendre à un vrai polar.
 
Jeremy Brett : Toute la déduction est là, tous les indices, mais le cas se présente à la fin de la pièce. C'est leur relation qui est traitée et, pendant la pièce, vous en apprenez bien plus à leur sujet. Il y a beaucoup de déduction, beaucoup de travail de détective, et ensuite dans la seconde moitié de la pièce, Jeremy Paul, notre génial auteur, nous a proposé ce coup de théâtre qui est le secret. Et c’est une partie de la vie de Holmes qui n’a pas été révélée. C’est un moment passionnant, très spectaculaire, et je suis très content que Ted soit avec moi sur scène pour m’aider à m’en sortir tous les soirs.
 
Hôtesse : Edward, votre Dr. Watson est ici une créature bien plus accomplie et entière. Jeremy a déjà mentionné le fait qu’il est souvent joué comme une sorte de bouffon, une sorte de patapouf.
Jeremy Brett : Non, non. Je dois être honnête, non. J'ai travaillé dans une sorte d’état d’isolement en studio, tournant pendant cinq ans, et quand nous sommes allés sur la place publique, ce qu’est le théâtre, pour soudain découvrir qu’il y avait des enfants devant… je ne savais pas trop qui était le public, je sais que nous avons vendu à soixante-quinze pays et été traduits dans toute sorte de langues qui existent sous le soleil. Et je suis fou de joie…
 
Pour ma part, je ne peux toujours pas le croire. Mais je commence à prendre conscience du fait que, à cause des enfants, cela attire un public bien plus large que j'imaginais. Des enfants de cinq, six, sept ans sont assis là, scotchés à la pièce, et ils viennent nous voir après. Et je… j’ai toujours pensé que Holmes était une sorte de  "pingouin blessé" ou une espèce de "scarabée noir".
 
(Edward Hardwicke et l’hôtesse commencent à rire)
Jeremy Brett : Je me rappelle quand Al… quand Sir Alistair Cooke m’a dit, il y a de nombreuses années, vers 1981, avant que nous ayons commencé, il a dit que les trois personnes les plus importantes de ces cent dernières années sont Churchill, Hitler et Sherlock Holmes.
 
(Edward Hardwicke rit)
 
Jeremy Brett : Bon, c’était sensé m’encourager - J’étais terrifié ! "Eh bien, c’est vraiment réussi maintenant"  Je veux dire qu'à l'origine je n’ai pas voulu jouer ce rôle car je pensais échouer ! Parce que tellement de gens l’avaient déjà joué avant. Mais penser que l'une de ces trois personnes n'a jamais existé, est incroyable ! Nous… je veux dire, le courrier des admirateurs que nous recevons, est adressé à Edward et Jeremy, mais nous recevons … ils reçoivent à Baker Street, au 221b Baker Street, à la National Abbey Bank, des lettres pour Sherlock Holmes, lui demandant de résoudre des énigmes. Et ils répondent en disant "Mr. Holmes a pris sa retraite et vit dans le Kent où il s'occupe d’apiculture".
VERSION ORIGINALE
Edward Hardwicke: Oui, je pense que cela remonte aux vieux films que j’adore, et je crois qu'ils ont une valeur parce que c’était la guerre et je pense qu’il y a eu une tentative pour utiliser les histoires comme une sorte de propagande, pour encourager les Américains à nous rejoindre dans la Seconde Guerre Mondiale, dans une moindre mesure. Mais, euh, nous… les temps ont changé et je pense qu'il faut partir du principe que c'est un médecin, ce qui est un métier difficile pour quiconque. Je pense aussi qu'être docteur, dans une certaine mesure, c'est être détective, et je crois que c'est en partie ce qui l'attire chez Holmes. Mais, euh... jouer la pièce est très différent, car Jeremy Paul lui a donnée une direction légèrement différente, ce qui la rend très, très intéressante.
 
Hôtesse : Envisagez-vous de devenir une autre "Souricière" (*) ? Une institution dans le West End de Londres.
 
Jeremy Brett : Non, je vais vous dire quelque chose… vous savez, ce business dans lequel nous sommes, cette profession que nous exerçons, c’est déjà assez difficile de survivre, encore moins d’avoir du succès. Alors, quand on a du succès - même si ce mot n'est pas très acceptable dans ce pays, aux Etats-Unis, ils l'estiment tellement plus - j'apprécie chaque instant fabuleux !
 
Hôtesse : Merveilleux !
 
Jeremy Brett : J’adore recevoir des gens dans ma loge, j’adore être avec mon ami Edward, parce que nous sommes les meilleurs amis aussi bien dans la vie que sur scène. On s’amuse comme des fous.
Hôtesse : Ainsi les détectives de fiction sont nombreux : Hercule Poirot, Maigret, même Clouseau. Mais aucun ne semble avoir autant enflammé l’imagination du public que Sherlock Holmes de Sir Conan Doyle, et son partenaire le Dr. Watson. Le dernier duo au théâtre est celui de Jeremy Brett et Edward Hardwicke, qui ont interprété les deux personnages avec succès, à la fois à la télévision et à présent au Winedham’s Theatre…
 
Jeremy Brett : … Whyndham’s.
 
Hôtesse : Wyndham’s Theatre à Londres. Maintenant, regardons-les à l’œuvre. (extrait de L’Aventure de Wisteria Lodge)
 
Hôtesse : Holmes et Watson: Jeremy Brett et Edward Hardwicke.
Hôtesse : Wyndham’s.
 
Jeremy Brett : C’est (il rit) parce que vous étiez à l’école à un endroit appellé Winedham’s.
 
Hôtesse : Winedham’s, c’est ça.
 
Jeremy Brett : Hum, Wyndham’s Theatre. Je pense que c’est parce que nous révélons cette amitié, nous la développons un peu plus. Et puis, nous avons beaucoup de chance, Edward et moi, car nous jouons ces rôles ensemble depuis deux ans et demi. Et, heu, je n'en suis pas encore du tout lassé, parce que je ne sais toujours pas comment le jouer.
Edward Hardwicke: Yes, I think that dates from the early films which I love and I think they had a validity then because it was the war and I think there was an attempt to use the stories in some way as propaganda to encourage the Americans to join us in the second World War, in a minor way. But, umm, we – times have changed and I think one has to start from the premise that he’s a doctor and that’s a difficult job for anybody. Also, I think being a doctor, to some extent, is being a detective and I think that’s part of the appeal that he has for Holmes. Umm, but . . . doing the play is very different because Jeremy Paul’s taken a slightly different direction with it and that makes it very, very interesting.
 
Hostess: Do you see yourself becoming another Mousetrap? An establishment in the West End of London.
Jeremy Brett: I remember when Al... when Sir Alistair Cooke said to me, many years ago, about 1981, before we started, he said that the three most memorable people in the last hundred years are Churchill, Hitler and Sherlock Holmes.
 
(Edward Hardwicke laughs)
 
Jeremy Brett: Now this was meant to encourage me – I was terrified! “Well, that’s really done it now.” I mean, I didn’t want to play the part in the first place because I thought I would fail! ‘Cause there had been so many people playing it before. But to think that one of those three people never existed at all is extraordinary! We, I mean, the fan-mail we get is to Edward and Jeremy but we get – they get at Baker Street, 221b Baker Street, the National Abbey Bank, letters to Sherlock Holmes asking him to solve cases. And they write back and say, “Mr. Holmes is retired and living in Kent beekeeping.”
Hôtesse : Oui, j’allais dire, c'est-à-dire vous l’incarnez à la télévision depuis cinq ans, et vous Edward, trois ans. Qu'y a-t-il de différent pour vous Edward, de jouer maintenant au théâtre ?
 
Edward Hardwicke : Eh bien, c’est… Pour moi, la principale différence est que la technique est complètement différente. Vous êtes concentrés sur une pièce pendant deux heures, alors qu'un tournage c'est un jour de travail qui se prolonge encore, encore et encore. C’est simplement un sentiment très différent. Et je crois que c'est une expérience extrèmement agréable de faire simplement quelque chose d'autre.
 
Hôtesse : Aviez-vous pris conscience du succès avant d’aller au théâtre ?
ACCUEIL
RETOUR