AUDIO
Interview par Liane Hansen (Novembre 1991)  National Public Radio
VERSION ORIGINALE
TRADUCTION FRANÇAISE
(générique de la série)  Liane Hansen: This is Weekend Edition, I’m Liane Hansen.  (générique de la série)
 
Liane Hansen: When Granada Television first asked Jeremy Brett to play Sherlock Holmes, the British actor was not particularly enthused.
 
Jeremy Brett: I remember I drove away from the dinner... when I was asked, and I ... I went with my son, David. And he said, ‘Dad, you don’t want to do it, do you?’ and I said ‘No, I don’t, I really don’t want to do it. I think it’s been done. I think it’s been done so many times I just think it’s an old chestnut. I don’t know – I can’t see any point in trying to do it anymore.’
 
Liane Hansen: Jeremy Brett did not think he had the stuff to play Sir Arthur Conan Doyle’s famous detective. At the time he was a romantic lead in Shakespeare and wooed Audrey Hepburn as Freddie in the film My Fair Lady. Besides, Sherlock Holmes had been portrayed by some of the finest actors of the century; William Gillette, Eille Norwood, Arthur Wontner, and, of course, Basil Rathbone. Intimidating competition. But Jeremy Brett eventually changed his mind, and is now doing his sixth series as Holmes. The Casebook of Sherlock Holmes premiered this week on PBS stations across the country as part of the Mystery! series. What prompted the change was Brett’s rereading of the entire canon. The fifty-four short stories and four novels written by Doyle about Sherlock Holmes.
 
Jeremy Brett: And I discovered all sorts of things that I could do if I had had the opportunity to do it. So I said ‘yes!’, with enormous temerity, and a certain amount of fear, and an element of excitement. We approached the scripts. I said, ‘But you’ve asked me to do Sir Arthur Conan Doyle’s Sherlock Holmes ... these aren’t Sherlock Holmes – Doyle’s stories’ . . . I mean, the adapters had gone so far away. And the script editor said, ‘Jeremy, you’re here to act; just get on with it’. And I tipped the table over and my Dover sole landed in his lap.
 
Liane Hansen laughs.
 
Jeremy Brett: And that was the beginning of the tousle. I used to take the whole canon with me to every – the beginning of each film, and fight for Doyle. After about a year and a half I said, ‘Listen, if you don’t start taking care of me I may lose interest’, because it was such a tousle. But than Granada Studios stepped in and were so remarkable and wonderful and gave me two weeks rehearsal instead of the one. So the first week I could fight for Doyle and the second week I could work with my fellow actors. And that’s basically how it’s been ever since.
 
Liane Hansen: One of the things that you seem to do that other actors that have portrayed the role have not, is play up the less than pleasant aspects of his character. Even with Basil Rathbone you had the feeling that there was –
 
Jeremy Brett: Well, Basil Rathbone, first and foremost, is my Sherlock Holmes.
 
Liane Hansen: He is?
 
Jeremy Brett: Yes. Because he was the person I first saw, and I can’t see me of course, so he is my Sherlock Holmes.
 
Liane Hansen: But do you try to do what he does or to avoid what he does in order to make it your own? You do want to make it your own.
 
Jeremy Brett: Well, we are, a few of us in England, we are what we call ‘becomers’. In other words, you become the person you're playing. Rather like Stanislavski. Not - the method, because the method’s slightly different, but you become the creature, the person you’re playing. In other words, if I'm a sponge; you squeeze the liquid of yourself out and draw in the liquid of the creature or the person you're playing. And so I had to try and give birth to him. I made terrible mistakes. I’m so miscast, I’m a romantic-heroic actor. So I was terribly aware that I had to hide an awful lot of me, and in so doing I think I look quite often brusque, or maybe sometimes even slightly rude. In fact Dame Jean Conan Doyle, Doyle’s daughter, who’s a great personal friend of mine, did once say to me, ‘I don’t think my father meant You-Know-Who to be quite so rude’, and I said, ‘I’m terribly sorry, Dame Jean, I’m just trying to hide me’. She did say a lovely thing to me when I did the play, in 1988, which was really to celebrate You-Know-Who’s birthday – he’s a hundred, ha-ha . . . For a man who never existed it’s extraordinary to celebrate a birthday.
 
Liane Hansen laughs.
 
Jeremy Brett: And, umm, she did come to the play and she did write me a sweet letter in which she said, ‘You are the Holmes of my childhood’. And that, for me, is the ultimate accolade.
 
(An excerpt from The Creeping Man)
 
Liane Hansen: He is described as an emotionally cold character, but I think one of the hallmarks of your performance is that you bring a passion to the role. It’s not an overt passion, but it’s a passion that comes, for example, when you gloat or You-Know-Who gloats when he’s defeated an opponent or a temper that flares when people are not listening to you or don’t understand what it is that you’re saying. There’s this passion underneath this brusqueness and this rudeness which is what I think makes him real, which is why your portrayal has been so –
 
Jeremy Brett: Well, I – What I had to do, I mean, we’re talking about – I was talking about becoming. What I mean by that is an inner life. Watson describes You-Know-Who as a mind without a heart; that’s hard to play - hard to become. So what I did was to invent an inner life. I mean, I know what his nanny looked like, for example; she was covered in starch. She probably scrubbed him, but never kissed him. I don't think he probably saw his mother until he was about eight. Maybe caught a touch of the fragrance of her scent and the rustle of her dress. I guess collage days were fairly complicated because he was quite isolated. He probably saw a girl – across the quadrangle – and fell in love, but she never looked at him . . . so he closed that door. And he became a brilliant fencer, of course, as we know, and a master at boxing . . . brilliant athlete . . . and many more little ti-tiny little details which I have to kind of make up to fill this kind of well of . . . that Doyle so brilliantly left out, because he built this extraordinary edifice, and you – of you’re going to try – I mean you – Cour-course, it’s much better read, and that’s the truth; Doyle’s works are better read. If you’re going to be rash enough to try and bring him into life by the visual arts . . . he’s even better on a radio! I’d rather listen to him, than see him. Seeing is limiting, you know.
 
Liane Hansen: You do develop a body language for him, though, I mean whenever he thinks he makes a pyramid with his fingers and he puts them up in front of his face and h-he has eccentric rather gestures of the hand.
 
Jeremy Brett: It’s all Doyle.
 
Liane Hansen: It’s all Doyle.
 
Jeremy Brett: All Doyle. You see, I couldn’t believe it; it’s all there. He says - there’s one moment which really threw me . . . it says, he says, ‘Holmes wriggles in his seat and roars with laughter’ . . . You see, I’d never even thought of Holmes laughing.
 
Liane Hansen: Hmm.
 
Jeremy Brett: So I had to go on an extraordinary journey of discovery and it’s all there! In Doyle. And what is so extraordinary to me is that no one’s done Doyle before, and I find that bewildering!
 
(An excerpt from The Creeping Man)
 
Liane Hansen: In the course of producing these series and acting in these series, was it difficult for you to change Watsons midstream?
 
Jeremy Brett: Well, it was devastating. My darling David Burke came to me and said, ‘I – please, I must go home, my son, Tom, is two and I must be with him growing up.’ And I said, ‘Of course! I absolutely understand.’ And, emm, so he went back to Anna, his sweet wife, and little Tom. And I stood and waved goodbye at the station in Manchester, which is where the studios are located in England, and thought, ‘Now what do I do? I’ve lost a Watson. My bestest friend.’ And, emm, I mean me, one of my best friends; David Burke. And, uh, it was Anna, his wife, who said, ‘There’s a man with a cast of mind rather like yours David.’ And Edward arrived, of course who I’d worked with at the National Theatre. He’s Sir Cedric Hardwicke’s son, by the bye.
 
Liane Hansen: But for you playing with, umm, Edward Hardwicke; did you have to develop a new relationship or did he just – was he able to then take on the cloak of Watson enough so that Sherlock –
 
Jeremy Brett: Well, Edward’s a very, very remarkable man. One – probably the nicest – one of the nicest people I’ve ever met in my life. And . . . he wanted to fit in. So he watched the previous thirteen films . . . Decided to try and look a little like David Burke, as much as he could, bless him. So he put on a rug, I mean a toupee, and, umm - and put lifts in his heels. And the first film we shot together was The Abbey Grange. And we were running across a field, (chuckles) and he (laughs as he continues) he, course he – these heels were too high so he was slipping and sliding. And I said, ‘Oh, Edward, take them out! I’ll bend my knees for the rest of the film!’
 
Liane Hansen laughs.
 
Jeremy Brett: So that’s how we adapted and healed it in.
 
Liane Hansen: Oh . . . You had a personal tragedy, between seasons; your wife died.
 
Jeremy Brett: Joanie.
 
Liane Hansen: Joanie. If I’m not mis-
 
Jeremy Brett: Yes, well, Joanie, umm . . . Well, the reason I did Aren’t We All? was to be with her. (stutters) I knew at the end of The Final Problem in ’84 that she had cancer, and the lights really went out in my life. And, umm . . . I didn’t want to do it anymore. I didn’t see any point, and . . . We were going to do all the treatment in England and then we decided to do it in Boston because sh-she works for W-W – worked for WGBH. You know she created Mystery!.Liane Hansen: I didn’t know that!Jeremy Brett: Yes! She created Classic Theatre. And, umm, anyway . . . I lost her on July the 4th 1985. And I went back to England when the play finished, it didn’t finish until the 23rd, I don’t know how I did those performances . . . and, umm, said goodbye to the children. And I was contracted to start again on September the 3rd of that year. And they said, ‘Well, Jeremy, it may help if you get back on the bike.’ Is that an expression you use? In other words, if you get back on the bike –Liane Hansen: Back on the horse.Jeremy Brett: Yeah, that’s right.Liane Hansen: Same phrase.Jeremy Brett: And, umm, I did the next five films with the most appalling ill grace I’m afraid. I mean, I just didn’t want to do them. And then I had a b-b – what is now known, umm, because the TV Guide published it over here – I had, emm, an almighty breakdown. And when I came through that, thanks entirely to my darling son, David, who was a valiant friend to me through that . . . umm, I got back on the bike again! (chuckles) And I - I remember saying, ‘If I can get to Manchester, I’ll be all right.’ And then I made The Sign of Four and I began to feel better and then I began to feel better with Holmes, and I wasn’t quite so cr- – I’ve said him – I wasn’t quite so cross with him. Umm, ‘cause I blamed him a little.Liane Hansen: You blamed him?
 
Jeremy Brett: Well, he – I was working, you see, so far away from Joan, and it had taken up s-so much of our last w-what we – I discovered to be our last few years. And, emm, I begin – You know, time is the great healer. And, uh, and now . . . Actually, Caleb, my eldest, umm, my legacy from Joan, says that I’m looking much better than he’s seen me in years. I saw at – three weeks ago in California. So, slowly, slowly, slowly. You never get over a loss like that. You get used to it but you never get over it. Liane Hansen: You’ve done thirty-four hours of Doyle stories?
 
Jeremy Brett: I’ve done thirty-four films. I can’t remember, there’s two . . . there’s three two-hour films, I’ve just finished, three weeks ago, a two-hour film, and two others; The Sign of Four and the Study in S– not the Study in Scarlet – Hound of the Baskervilles. And the rest are one-hour films. Liane Hansen: Mm-hmm. How many stories are there left? I mean –Jeremy Brett: Well, I’m going to complete the canon. Thanks to Peter Speiner and Granada Studios. Liane Hansen: Completing the canon! And then, what? I mean, then you will be able to leave him behind.
 
Jeremy Brett: Well, I don’t mind, now, I mean . . . Uh, there was a time when people would say, ‘How do you enjoy playing Holmes?’ and I would say, ‘I wouldn’t cross the street to meet him’. I then discovered that, of course, I meant that he wouldn’t cross the street to meet me. Then when I was doing the play, which taught me a very great deal because I was in touch with people, ‘cause filming is quite isolated, and I realized how many children were seeing him and how - what a hero he was, to them. I thought, ‘Oh, my, didn’t know that’, so I thought, ‘My goodness, I have that joy’, umm, of doing it for children. And I think I know why the children love him and that’s because Sir Arthur Conan Doyle endowed Holmes with all the sensibilities of a child – up to the age of eight. Then, at the age of eight, of course you’re told not to look out of the window, umm, get on with your Latin syntax, and they begin to diminish those extra senses. Holmes has them. Liane Hansen: Do you think you’ve learned anything about the powers of observation that he had that you need for your own art to become these, uh, characters that you play?
 
Jeremy Brett: No.
 
Liane Hansen: No.
 
Jeremy Brett: No. Somebody asked me the other day - do I dream about him. And, mercifully, no.
 
Liane Hansen: Don’t want to take your work home with you.
 
Jeremy Brett: No. Isn’t that a miracle? No. My dreams are – I still have my little dog in my dreams; Mr. Binks. My companion. I call him my hound of heaven, actually.
 
Liane Hansen: Aw.
 
Jeremy Brett: He died 16 years ago. So, anyone comes too close, like You-Know-Who – woof! Woof! (laughs) - No, he never comes in. Mercifully. And, heavens to Betsy, the day’s enough!
 
Liane Hansen: Jeremy Brett. The Casebook of Sherlock Holmes can be seen for the next five weeks on the PBS series, Mystery!.
(générique de la série de Granada) Liane Hansen: Vous écoutez Weekend Edition, je suis Liane Hansen. (générique de la série de Granada)
 
Liane Hansen: Quand Granada Television proposa pour la première fois à Jeremy Brett d’interpréter Sherlock Holmes, l’acteur britannique n'était pas particulièrement enthousiaste.
 
Jeremy Brett : Je me souviens, je revenais de dîner en voiture... quand on m’a demandé,… et je… j’étais venu avec mon fils David. Et il m’a dit : "Papa, tu ne vas pas le faire, hein ? ", et j’ai dit : "Non, non vraiment pas. Je pense que cela a été fait. Je pense que cela a été traité tant de fois et pour moi ce n'est qu'une plaisanterie rebattue. Je ne sais pas... je ne vois pas l'intérêt d'essayer d'en faire plus. "
 
Liane Hansen: Jeremy Brett ne pensait pas avoir l'étoffe pour jouer le célèbre détective de Sir Arthur Conan Doyle. À l’époque, il jouait les héros romantiques de Shakespeare et faisait la cour à Audrey Hepburn dans le rôle de Freddie, dans le film My Fair Lady. En outre, Sherlock Holmes avait été incarné par certains des plus grands acteurs du siècle, William Gillette, Eille Norwood, Arthur Wontner, et bien sûr, Basil Rathbone. Une concurrence intimidante. Mais Jeremy Brett changea finalement d’avis, et il tourne actuellement sa sixième série dans le rôle de Holmes. "Les Archives de Sherlock Holmes" ont été diffusées pour la première fois cette semaine sur les chaînes de PBS, dans tout le pays, dans le cadre de la série Mystery ! Ce qui a provoqué ce changement, c'est la relecture de l'intégrale du Canon par Brett. Les cinquante-quatre nouvelles et quatre romans écrits par Doyle sur Sherlock Holmes.
 
Jeremy Brett: Et j'ai découvert toutes sortes de choses que je pouvais faire si j'en avais l'occasion. Alors j'ai dit "oui !", avec une témérité extraordinaire, une certaine appréhension et une part d’excitation. Nous avons abordé les sénarios. J'ai dit: "Mais vous m'avez demandé d’interpréter le Sherlock Holmes de Sir Arthur Conan Doyle... il ne s'agit pas du Sherlock Holmes - des histoires de Doyle. Je veux dire que les adaptateurs étaient allés si loin. Et le scénariste a dit : "Jeremy, tu es là pour jouer; alors vas-y, et c’est tout. " Et j’ai renversé la table et ma sole a atterri sur ses genoux.
 
Liane Hansen rit.
 
Jeremy Brett: Et c’est là que les frictions ont commencé. J’avais l’habitude d’emporter avec moi tout le Canon, à chaque... au début de chaque tournage, et de me battre pour Doyle. Au bout d’un an et demi environ, j’ai dit : "Écoutez, si vous ne vous décidez pas à faire un peu attention à moi, je peux me désengager", car c’était une telle lutte.  Mais c’est là que les Studios Granada sont intervenus, et ont été vraiment remarquables et merveilleux, ils m’ont accordé deux semaines de répétition au lieu d’une seule. Ainsi, la première semaine, je pouvais me battre pour Doyle, et la seconde semaine, je pouvais travailler avec mes partenaires. Et depuis, ça marche essentiellement comme ça.
 
Liane Hansen: Une des choses que vous semblez faire, contrairement aux autres acteurs qui ont interprété ce rôle, c’est de faire ressortir les aspects moins sympathiques du personnage. Même chez Basil Rathbone, vous aviez l’impression qu'il y avait -
 
Jeremy Brett: … Eh bien, Basil Rathbone est avant tout mon Sherlock Holmes.
 
Liane Hansen: Vraiment ?
 
Jeremy Brett: Oui. Parce que c’est lui que j’ai vu pour la première fois, et évidemment, je ne peux pas me voir, donc il est mon Sherlock Holmes.
 
Liane Hansen:  Mais est-ce que vous essayez d’imiter ce qu’il fait ou alors de l’éviter, afin de créer votre propre personnage ? Vous voulez vraiment en faire le vôtre.
 
Jeremy Brett: Eh bien, nous sommes - quelques uns en Angleterre - nous sommes ce que nous appelons des 'becomers'. En d’autres termes, vous devenez la personne que vous jouez.  Un peu comme Stanislavski. Pas… selon la Méthode, parce que sa Méthode est légèrement différente, mais vous devenez la créature, la personne que vous jouez. En d’autres termes, si je suis une éponge; vous extrayez votre propre substance et absorbez le fluide de la créature ou de la personne que vous jouez. Et j’ai donc dû essayer et lui donner vie. J’ai fait des erreurs épouvantables. Ce rôle ne me convient pas du tout, je suis un acteur romantico-héroïque. J'étais donc très conscient du fait qu’il me fallait cacher une sacrée part de moi-même, et  ce faisant, je crois que j’ai assez souvent l’air brusque, ou peut-être même parfois légèrement impoli. En fait, Dame Jean Conan Doyle, la fille de Doyle, qui est une de mes grandes amies, m’a dit une fois : "Je ne pense pas que mon père se représentait Qui-Vous-Savez comme quelqu’un de si impoli. " et j’ai répondu : "Je suis absolument navré, Dame Jean, j’essaye simplement de me cacher". Elle m’a vraiment dit une chose magnifique quand j’ai fait la pièce, en 1988, destinée en vérité à célébrer l’anniversaire de Qui-Vous-Savez - il a cent ans, ha-ha… C’est vraiment extraordinaire de fêter l’anniversaire d’un homme qui n’a jamais existé.
 
Jeremy Brett: Et, euh, elle est vraiment venue voir la pièce, et elle m’a écrit une lettre adorable dans laquelle elle disait : "Vous êtes le Holmes de mon enfance ". Et c’est pour moi la consécration suprême.
 
(extrait du Mystère de l’Anthropoïde)
 
Liane Hansen: Il est décrit comme un personnage émotionnellement froid, mais je pense que l'une des caractéristiques de votre interprétation, c'est d'apporter de la passion dans le rôle. Il ne s'agit pas d'une passion manifeste, mais c'est une passion qui vient, par exemple, lorsque vous jubilez ou que Qui-Vous-Savez jubile après avoir vaincu un adversaire, ou bien un mouvement de colère qui éclate quand les gens ne vous écoutent pas ou ne comprennent pas ce que vous dites. Il y a cette passion sous cette brusquerie et cette impolitesse, je crois que c'est cela qui le rend vrai, la raison pour laquelle votre interprétation a été si...
 
Jeremy Brett:  … Eh bien, je - Ce que je devais faire, je veux dire, nous parlons - je parlais du becoming. Ce que je veux dire par là, c'est une vie intérieure. Watson décrit Qui-Vous-Savez comme un cerveau sans cœur; ce qui est difficile à jouer - difficile à devenir. Donc ce que j'ai fait a été d'inventer une vie intérieure. C’est-à-dire, je sais par exemple comment était sa nourrice; elle était couverte d'amidon. Elle faisait probablement sa toilette, Elle le frottait probablement, mais ne l’a jamais embrassé. Je pense qu’il n’a sans doute pas vu sa mère avant l’âge d'environ huit ans. Peut-être qu’il a distingué les effluves de son parfum et le bruissement de sa robe. Je suppose que l'époque du collège était assez compliquée, parce qu’il était très isolé. Il a sûrement vu une fille - de l’autre côté de la cour - et il est tombé amoureux, mais elle ne l’a jamais regardé... il a donc fermé cette porte. Et il est devenu un escrimeur brillant, bien sûr, comme nous le savons, et il est passé maître dans l’art de la boxe… un brillant athlète… et encore beaucoup de minuscules pe… petits détails que je dois en quelque sorte inventer pour remplir cette espèce de puits de… que Doyle a si habilement laissé de côté, car il a construit cet extraordinaire édifice, et vous - bien sûr, vous allez essayer de - je veux dire - Evidemment il vaut mieux le lire, c'est la vérité; il vaut mieux lire les œuvres de Doyle. Si vous êtes assez téméraire pour essayer de lui donner vie par les arts visuels… c'est même mieux à la radio ! Je préfèrerais l’écouter plutôt que de le voir. Voir est restrictif, vous savez.
 
Liane Hansen: Pourtant, vous développez un langage corporel pour lui, c’est-à-dire, dès qu’il réfléchit il fait une pyramide avec ses doigts et les dresse en face de son visage, et il… il fait des gestes de main plutôt excentriques.
 
Jeremy Brett:  Tout vient de Doyle.
 
Liane Hansen:  Tout vient de Doyle.
 
Jeremy Brett: C'est Doyle. Je n’arrivais pas à le croire, voyez-vous; tout y est. Il dit - un passage m’a vraiment déconcerté... il dit : "Holmes s’agite sur son siège et rit à gorge déployée" … Vous voyez, je n’aurais même jamais imaginé Holmes en train de rire.
 
Liane Hansen: Hum.
 
JB : J’ai donc dû entamer un extraordinaire voyage de découverte, et tout est là ! Chez Doyle. Et ce qui est extraordinaire, à mon avis, c’est que personne n’a jamais fait Doyle auparavant, et je trouve ça très déconcertant !
 
(extrait du Mystère de l’Anthropoïde)
 
Liane Hansen: Au fil de la production de ces séries et de leur tournage, vous a-t-il été difficile de changer de Watson en milieu de parcours ?
 
Jeremy Brett: Eh bien, ça a été dévastateur. Mon cher David Burke est venu me voir, et m’a dit : "Je… s’il te plaît, je dois rentrer chez moi, mon fils Tom a deux ans et je dois être avec lui pendant qu’il grandit."  Et j’ai dit : "Bien sûr ! Je comprends parfaitement."  Et, euh, il est donc retourné avec Anna, son adorable épouse, et le petit Tom. Et je me tenais là et agitais la main en signe d'adieu dans la gare de Manchester, où sont situés les studios en Angleterre, et j’ai pensé : "Qu’est-ce que je vais devenir, maintenant ? J’ai perdu un Watson. Mon meilleur ami. " Enfin, l’un de mes meilleurs amis; David Burke. Et, euh, c’était sa femme Anna qui a dit : "Il y a un homme dont l’état d’esprit est assez proche du tien, David."  Et Edward est arrivé, avec qui j’avais bien sûr travaillé au National Theatre. A propos, c’est le fils de Sir Cedric Hardwicke.
 
Liane Hansen: Mais en jouant avec, euh, Edward Hardwicke; avez-vous dû construire une nouvelle relation ou a-t-il simplement... a-t-il été alors capable de revêtir la cape de Watson aussi bien que Sherlock…
 
Jeremy Brett: Eh bien, Edward est un homme très, vraiment très remarquable. Une - probablement la plus aimable - une des personnes les plus aimables que j’aie jamais rencontrée dans ma vie. Et… il voulait s'adapter. Alors, il a regardé les treize films précédents… Résolu à essayer de ressembler un peu à David Burke, autant qu’il le pouvait, béni soit-il. Alors, il a mis une moumoute, je veux dire, une perruque, et, euh… des talonnettes dans ses chaussures. Et le premier film tourné ensemble était Le Manoir de L’Abbaye. Et nous courrions à travers un champ, (JB glousse) e il (continue en riant), il, bien sûr qu’il… ces talons étaient trop hauts, alors il n’arrêtait pas de glisser et de déraper. Et j’ai dit : "Oh, Edward, enlevez-les! Je vais plier les genoux pendant le reste du film!"
 
Liane Hansen rit.
 
Jeremy Brett: Et c’est comme ça que nous nous sommes adaptés et soudés.
Liane Hansen: Oh. . . Vous avez vécu une tragédie personnelle, entre les saisons; votre femme est morte. Jeremy Brett: Joanie.Liane Hansen: Joanie. Si je ne me trom…Jeremy Brett: … Oui, eh bien, Joanie, euh… En fait, la raison pour laquelle j'ai fait Aren’t We All ?, c’était pour être avec elle. (il bégaie) J’ai su à la fin du Dernier Problème en 1984 qu’elle avait un cancer, et les lumières se sont vraiment éteintes dans ma vie. Et, euh… je ne voulais plus le faire. Je n’en voyais plus l’intérêt, et … Nous allions faire tout le traitement en Angleterre, et puis nous avons décidé de le faire à Boston parce qu’elle … elle travaille pour W… W…travaillait pour WGBH. Vous savez, elle a créé Mystery !Liane Hansen: Je ne le savais pas !  Jeremy Brett: Si ! Elle a créé Classic Theatre. Et, euh, bref… Je l’ai perdue le 4 juillet 1985. Et la pièce terminée, je suis rentré en Angleterre, elle a duré jusqu’au 23, je ne sais pas comment j’ai assuré ces représentations… et, euh, j’ai dit au revoir aux enfants. Et mon contrat reprenait le 3 septembre de cette même année. Et on m’a dit : "Eh bien, Jerermy, ça t'aidera peut-être si tu te remets en selle ". Utilisez-vous cette expression ? En d’autres termes, si vous vous remettez en selle…Liane Hansen: Se remettre le pied à l'étrier.Jeremy Brett: Oui, c’est ça.Liane Hansen: Même expression.Jeremy Brett: Et, euh, j’ai tourné les cinq films suivants avec la plus effroyable mauvaise grâce, j'en ai peur. C’est-à-dire, je ne voulais simplement pas les faire. Et puis j’ai eu une d… d…  - ce que tout le monde sait maintenant parce que le TV Guide l’a publié par ici - j’ai eu, euh, une grave dépression. Et quand j’en suis sorti, entièrement grâce à mon fils chéri, David, qui a été pour moi un ami courageux dans cette épreuve… euh, je me suis remis en selle ! (il glousse) Et je… je me rappelle avoir dit : "Si je peux arriver à Manchester, ça ira ". Et puis j’ai fait Le Signe des Quatre et j’ai commencé à me sentir mieux, et ensuite, j’ai commencé à mieux apprécier Holmes, et je n’étais plus aussi fâ… - ça y est, je l’ai nommé - je n’étais plus aussi fâché contre lui. Euh… parce que je lui en voulais un peu.Liane Hansen: Vous lui en vouliez ? Jeremy Brett: C’est-à-dire qu'il - Je travaillais si loin de Joan, vous voyez, et il m’a pris t… tant de nos dernières… ce que nous… ce que j'ai réalisé être nos rares dernières années. Et, euh, je commence… Vous savez, le temps guérit toutes les blessures. Et, euh, et maintenant… En fait, Caleb, mon aîné, euh, qui me reste de Joan, dit qu’il ne m’a pas vu en si bonne forme depuis des années. Je l’ai vu à… il y a trois semaines, en Californie. Alors doucement, doucement, tout doucement.  Vous ne vous remettez jamais d’une telle perte. Vous vous y habituez, mais vous ne vous en remettez jamais.Liane Hansen: Vous avez tourné trente-quatre heures d’après les livres de Doyle ?Jeremy Brett: J’ai tourné trente-quatre films. Je n’arrive pas à m’en souvenir, il y a deux… il y a trois films de deux heures que je viens tout juste de terminer, il y a trois semaines, un film de deux heures, et deux autres; Le Signe des Quatre et l’ Étude en R…  non, pas l’Étude en Rouge - Le Chien des Baskerville. Et le reste, c’est des films d’une heure.Liane Hansen: Mm-hmm. Combien d’histoires reste-t-il ? C’est-à-dire...Jeremy Brett: Eh bien, je vais compléter le Canon. Grâce à Peter Speiner et aux Studios Granada. Liane Hansen: Tout le Canon ! Et après ? Je veux dire qu'alors serez-vous capable de le laisser derrière vous.
 
Jeremy Brett: Eh bien, cela ne me dérange pas maintenant, c’est-à-dire… Euh, il fut un temps où les gens disaient : "Dans quelle mesure appréciez-vous de jouer Holmes ? ", et je disais : "Je ne traverserais pas la rue pour le rencontrer ". Ensuite, j’ai découvert que, bien sûr, enfin je voulais dire qu'il ne traverserait pas la rue pour me rencontrer. Puis quand j’ai joué la pièce, qui m’a beaucoup appris, parce que j’étais en contact avec les gens - parce qu'on est très isolé en tournage, et je me suis rendu compte du nombre d’enfants qui venaient le voir et de la façon… quel héros il était pour eux. J’ai pensé : "Oh, ça alors, je ne l’aurais jamais cru ", alors je me suis dit, "Mon Dieu, j’ai cette joie, de le faire pour des enfants". Et je crois savoir pourquoi les enfants l’adorent, c’est parce que Sir Arthur Conan Doyle a doté Holmes de toutes les sensibilités d’un enfant… jusqu'à l'âge de huit ans. Alors, à huit ans, bien sûr, on vous dit de ne pas regarder par la fenêtre, euh, de progresser dans votre syntaxe latine, et on commence à anéantir ces sens supérieurs. Holmes les possède.
 
Liane Hansen: Pensez-vous avoir appris quelque chose sur les pouvoirs d’observation qu’il possède, et dont vous avez besoin dans votre propre art pour devenir ces, heu, les personnages que vous jouez ?
 
Jeremy Brett: Non.
 
Liane Hansen: Non.
 
Jeremy Brett: Non. L’autre jour, quelqu’un m’a demandé... si je rêve de lui. Et heureusement, non.
 
Liane Hansen: Vous ne voulez pas rapporter votre travail à la maison.
 
Jeremy Brett: Non, c'est un  miracle n'est-ce pas ? Non. Mes rêves sont... Je rêve toujours de mon petit chien; Mr. Binks. Mon compagnon. En fait, je l’appelle mon chien des cieux.
 
Liane Hansen: Oh.
 
Jeremy Brett: Il est mort il y a 16 ans. Donc, si quelqu’un s’approche de trop près, par exemple Qui-Vous-Savez… Ouaf !
Ouaf ! (rires) - Non, il ne vient jamais. Heureusement. Et bon Dieu, ça suffit la journée !
 
Liane Hansen: Jeremy Brett. On peut voir Les Archives de Sherlock Holmes pendant les cinq prochaines semaines, dans le cadre de la série de PBS, Mystery!
ACCUEIL
RETOUR