CETTE INTERVIEW EST DÉDIÉE AUX FANS DE JEREMY BRETT
 
Ces vingt dernières années, j'ai travaillé en tant qu'écrivain indépendant, en complément de n'importe quel "job quotidien" qui se présentait et faisait concurrence à cette activité, sollicitant mon temps et mon attention. J'ai consacré beaucoup de ce temps à écrire sur la vie théâtrale dans la grande région métropolitaine de Chicago et, à l'occasion au-delà.
 
Pour Joann, ma femme, prendre un congé dans son travail pouvait être justifié par trois événements: décès dans la famille, devoir de juré au tribunal, ou maladie grave. Une seule fois, si je me rappelle bien, elle fit une exception, et ce fut le jour que nous appelons d’habitude "Le Jour Où Joann a fait l’École Buissonnière" - celui où je suis allé interviewer l'acteur anglais Jeremy Brett, sur sa récente - à l’époque - série télévisée des Aventures de Sherlock Holmes sur PBS.
 
J'ai interviewé Jeremy Brett ce jour-là, et j'étais enchanté d'être l'unique interlocuteur pendant plus de ces 30 minutes d'entretien (avec Joann à la "place passager", bien sûr).
 
L’interview eut lieu aux studios WTTW, 23 N. Michigan (Illinois Center Building, 18ème étage), Chicago, Illinois. Plus tard, j'ai écrit une version condensée de l'interview et je l’ai vendue au Times of Northwest Indiana. Cet article, intitulé "Résoudre le mystère de Sherlock", parut dans le Times, le vendredi 22 Novembre 1991.
 
La vie continua, tandis que de nombreuses interviews et critiques rejoignaient l’article de Jeremy Brett/Sherlock Holmes dans mes archives. Avec le temps, j'oubliais que l'article du Times n'avait représenté que quelques minutes sur plus de la trentaine que nous avons passée ce jour-là, sous le charme de notre Sherlock idéal. Puis, récemment, quelque chose ranima le souvenir de cette  interview et j'ai découvert l’existence de nombreux sites web consacrés à Jeremy Brett, et en particulier son interprétation de Sherlock Holmes. En lisant ces sites, j’ai eu un fort désir de partager cette interview avec d’autres admirateurs de Brett et fans de Sherlock.
 
Comme la plupart des choses que nous entreprenons, il y a toujours des pépins inattendus à surmonter. J'ai d'abord dû trouver le texte intégral de cette interview réalisée quinze ans auparavant. J'ai trouvé ce vieux dossier, mais le document de onze pages était rempli de mots incomplets, car le transfert plus tard dans les traitement de texte avait, avec le temps, coupé des caractères de fin et des petits mots du document.
 
Étonnamment, l'examen du texte prouva que les affirmations selon lesquelles il est possible de lire un texte embrouillé et fragmenté sont essentiellement exactes, mais c'était un procédé de mot à mot de travail intensif et frustrant, certaines phrases n’étant pas compréhensibles. J'ai alors pensé, "Une minute ! Et si j’avais encore l’enregistrement original de cette interview ? " Il se révéla qu'après une nouvelle recherche intensive je l’avais conservé - dans ma bibliothèque des "Enregistrements - Anciens – Habituellement Inutiles".
 
L'intégralité de cette interview est présentée ci-dessous. Veuillez noter qu'elle est disposée comme suit :
 
La lettre " J " devant le texte, introduit une réponse de Jeremy Brett ; la lettre " K " indique une question ou un commentaire de " Kevin " (c’est moi).
Trois autres personnes apparaissent, brièvement, dans l'interview :
" Diane Srebro " était l’hôte de Jeremy Brett pour la Chaîne de Télévision Publique WTTW, et son nom complet est utilisé en face de ses commentaires.
" R " : Rob Brow, un photographe du Times, avec qui je m’étais arrangé pour prendre des photos de Jeremy pour les besois de l’article que j’avais prévu d’écrire pour le Times.
" Joann " : Ma femme, la troisième personne.
 
Veuillez également noter que je n’ai pas pu comprendre ce que disait Jeremy à un ou deux endroits, en dépit d'avoir repassé le segment  un nombre apparemment infini de fois (pour l’un des cas). Dans de telles situations, j’ai indiqué entre parenthèses qu’il n’était pas possible d’éclaircir ce passage.
 
Si vous vous demandez comment était cette expérience, il y a quinze ans, je peux seulement dire maintenant que je crois que Joann et moi étions probablement euphoriques quelques semaines après - et bien sûr, chaque fois que nous regardons un épisode de Sherlock Holmes, nous pleurons encore sa disparition si prématurée, tout en nous remémorant avec délectation notre brève rencontre avec Jeremy Brett.
 
Le 6 Novembre 1991, ici commence l’interview de Jeremy Brett à la mise en marche du magnétophone :
K: That's something you wouldn't object to . . .
 
J: No I certainly would not. He's (Sherlock Holmes) a great hero of mine, and he's kept my family in sandwiches for about the last nine years.
 
K: Which is not bad, either.
 
J: Not bad.
 
K: We were glad that we were able to arrange an interview with you . . .
 
J: Well it's a very exciting time, because I haven't been in Chicago for a while, but I love it so much. I've acted here twice before, [to Joann] once before you were born, I'm sure.
 
Joann: No.
 
J: I was playing Troilus, in "Troilus and Cressida."
 
K: Which theatre group were you with?
 
J: It was the Old Vic, and it was at the Shubert. Rosemary Harris was my Cressida, and Coral Browne, Vincent Price's late wife, was Helen of Troy, and John Neville was Thersites, and we played here in 1957--and I remembered it vividly because it was summer and I was honored by being given a yachting thing, at the Chicago Yacht Club for the time I was here--and I was [whooshing sound] in the day time and I loved it! And, then, I came back as recently as 1980, and this great critic of yours, this lady . . .
 
K: Hedi Weiss?
 
Diane Srebro: Cassidy.
 
K: Claudia.
 
J: Claudia--gave me a rave review for my "Dracula," and so we had a thrilling stay here that time. That, again, was at the Shubert. That was winter, and I stepped out of the Ambassador and went down to see my beloved Lake Michigan [My father, Joseph Murphy, emigrated from England to the United States as an adult--I always got a kick out of his pronunciation of "Michigan," which sounded like "Mitch-igan"--Jeremy pronounced it that way, also--kpm]--I mean, yours, too, but also mine, and the chill caught me, and I was dressed as badly as I am now.
 
K: Oh my.
 
J: I ran for my life! My nose was cold! My ears were cold! I hadn't realized just how cold it could be!
 
K: It can be murderous.
 
J: Yes.
 
K: We had a group come through here a couple of years ago that was duplicating La Salle's trek through the region, and they got to this part of the area and the winter was so uncharacteristically cold that it almost put an end to La Salle.
 
J: Really?
 
K: Yeah. Had it been like that when he'd gone through, perhaps he would not have made it. So they were almost devastated by it, and they were much more familiar with the region.
 
J: I think that's what makes Chicago so unbelievably special, is that lake. It's like what the sea does to Rio. I think that conjunction of water and industry and city is very, very, exciting.
 
K: Oh, yeah--Nicholas Pennell was doing a program at the Court Theatre last year, "Brief Lives," and I had interviewed him, and he was talking about Chicago, compared to some of the other world class cities.
 
J: He's a very nice lad.
 
K: His interest in it was the neighborhoods, the existence of neighborhoods still.
 
J: He moved. He was so good in "Forsyte Saga," and then he moved to Canada. And when I went to Canada in '76, I went with a little actress called Maggie Smith, and she was my Millamant when I played Mirabell in "The Way of the World." And on the other side of the company, there was Nick, and he was doing some absolutely beautiful work and had really become almost Canadian! The last time I saw him was when he came to England with Miss Smith, and they were doing "Virginia Wolff," and he was playing opposite her in that--in London.
 
K: We love him.
 
J: Nice man. Do give him my best when you speak to him. He's a nice man, Kevin. I hope I get a chance to talk to him again. Joann, he's been at Stratford for many a year now.K: Uh-huh.J: Yes. Bought a house. That's rooting, isn't it?
 
K :We made a special trip up there just to see him in a--oh gosh, what's the guy's name--like the hair-dresser--Sassoon--[World War I English poet, Siegfried Sassoon] play about Sassoon. We drove up just to see it, and drove back the next morning.
 
J: [To just-arriving Times photographer, Rob Brown.] Come in, come in! Hi, good morning!
 
R :How are you?
 
J: Very well, thank you.
 
K: The Times?
 
R: Rob Brown.
 
K: Rob! It's been a while!
 
R: No mustache.
 
K:Yes, that's the difference.
 
J: Dropped ten years. Took the 'tache off [Laughing.]
 
K: We'll get started, and do whatever you wish to do.
 
J: [To Rob Brown] I'll tell you what--get in as close as you can, and crawl across the table, but take me while I'm chatting. I always think they're better don't you?
 
R: Yeah.
 
K: Rob does some excellent work, too. He did that front piece section . . .
 
J: I'll show you, just to intimidate you, my favorite one so far. [Displays a photograph.] I think that one's quite fun.
 
K: [Laughs.]
 
R: That is good! It's really good.
 
J: Just to give you a standard.
 
K: Rob did Nick Pennell and Nick Rudall together when they were preparing for "Brief Lives" for a cover on one of The Times sections, and it was one of the best--for me--I looked at it and thought, "That's the way I think of these guys." He had captured them perfectly.
 
R: That's good to know. Thank you. One thing, Kevin, would you be comfortable sitting right here?K Sure.
 
R: That would give me . . .
 
J: A chance to get in?
 
K: Let me move these [My cassette recorders]. [To Jeremy.] I don't write well at all, and I can't read what I write.
 
J: I prefer these, but also I prefer them because I'm inclined, when someone's writing, to slow down for them, and then I lose my train of thought. I like these.
 
K: Good--I'm glad. One of the things that I wanted to deal with rather quickly was the fact that I don't trust press kits. For instance, the press kit that was given out prior to your arrival said that James Mason played Holmes. I know he played Watson.
 
J: Exactly.
 
K :In Murder by Decree.
 
J: That was with Chris Plummer.
 
K: Yeah, right, Plummer was Holmes. Sometimes they [Referring to the afore-mentioned press kit] almost hit the target but don't, and one of the things that they said about you and I found I couldn't accept it--they quote an unidentified critic as saying that you had captured Holmes' coldness perfectly, and as we watch--Joann and I--we don't see the coldness. We see barely suppressed, deep emotion that is controlled by tight intellect. But, as we see it, there is a depth of emotion there that just is barely constrained . . .
 
J: But, you must understand that I have upset the applecart completely! Really, seriously, because--I mean, over the last nine years I've upset the applecart--because my studios, God bless them, they're wonderful--Granada Studios--have allowed me--with me begging, of course--to do Doyle-- to do his stories. Also, to follow the Paget drawings which accompany the stories, for the look of him. And many Sherlockians whom I've met--there is a breed of mature people called "Sherlockian"--have their image, which is nothing to do with Doyle. Sherlockians believe that Watson wrote the stories, and that Doyle was the literary agent, but we know otherwise. But that's what they believe. So, I can be in a room in London, in Oslo, or Japan--we're now showing to 84 countries, and into the room will come Sherlockians--all dressed wrongly! He only wore the deerstalker in the country. He never smoked a calabash. That was brought in by William Gillette at the turn of the century. I think I know why. Because it's the one pipe that you can keep alight, and if you're acting on stage, you don't want your pipe to be going out all the time. He [Sherlock Holmes] smoked a long thin cherrywood in his disputatious moods, and the little clay pipe in his meditative moods. It's there at the beginning of "The Copper Beeches." So, when I started to do Doyle, I upset quite a few of the people who were the aficionados, because they were wearing the cliche. So, I get all sorts of different impressions, which I find fascinating! As far as playing it is concerned, of course I'm completely miscast, which is probably just as well, because it's much more challenging to play a part that you're not really suited for. I had to hide a lot of me, because I'm a heroic actor. You know, I was Olivier's young leading man at his National Theatre for four years. I played parts like King Arthur, Henry V, Macbeth. Those are very heroic. So, suddenly to be put into this constriction was different. And I'm afraid I peek through, and I try not to, and for me to play the cold, calculating person who is totally self-sufficient--which is exactly what Doyle wants--is difficult for me, because I love company.
 
K: Hmmm.
 
J: I really enjoy--[Reference to Rob and the camera] look at this lad, this great eye looking at me----I really enjoy company! And, so, I need a Watson [Laughing heartily] I mean, I need Watson-as a man-me--especially as it's played by David Burke and Edward Hardwicke. And that's the reason why, of course, the whole thing was set up, which is to put literature straight.K: Um-hmm.
 
J: For Doyle, in regard to Watson.
 
K :Yeah, thank God.
 
J: That he wasn't the fool.
 
K: Nigel Bruce.
 
J: I'll not mention any names.
 
K :I liked Nigel Bruce as an actor, but I think they constrained him quite a bit, too. He was capable of doing more . . .
 
J: Oh, yes.
 
K: ...than what they had him do.
 
J: But because he was Nigel, and I guess--it's interesting. I don't know. You see, Basil Rathbone is my Holmes, and always will be, because he's the one I saw.
 
K: Uh-hmm, we grew up with him.
 
J: That's right. But when one starts to take literature seriously and, for Doyle's sake, I'm thrilled, because his daughter is still alive. Dame Jean Conan Doyle is still very much alive and living in London. And, so, for the first time in a hundred years--unbelievably-- Doyle's stories are being done. And I can't think why they've never been done before.
 
K: I don't know, but I think we find it's much more credible to us--I don't believe in the "human machine," first of all. We [Joann and I] come out of the behavioral sciences. That's our background. I don't believe in the human machine. I think you can play that game, you can try, but people are not calculators with voices and, so, what you're showing, I think, is much more believable, in that I suspect that's where Holmes was.
 
J: But, I'll tell you what I had to do, because I've had a long talk with a very great, famous actor in England, called Robert Stephens--with an e--and he had just given a brilliant Falstaff at Stratford-upon-Avon, and we were talking last June about it. And he played Sherlock Holmes in the Billy Wilder film, "The Private Life of Sherlock Holmes," with Colin Blakely playing Watson, and he said, "You must remember, Holmes is hollow. And it's all brilliant trim, so you have to fill it, give him an inner life." And, of course, that's what an actor does. I'm what I call a "becomer." I'm one of those actors. You know, I squeeze myself out and draw in the moisture of the person I'm playing and--um--quite safe--[unclear phrase] on the sponge and that's the way you squeeze the moisture out of the sponge, just to hold the moisture of the character. But, with Holmes, one has to invent an inner life, because Doyle's given him this veneer. I call him a statue--like marble. And, truthfully, of course, he's better read. That's the truth. Doyle's stories are better read, and to be foolish enough to try and lift him and visualize him, then you come up against all sorts of problems. But, what I think is strange is that no one has ever trusted Doyle before my studios, Granada Studios--and we're doing the stories, and that's why they're selling to 84 countries...
 
K: Um-hm.
 
J: ...because they're doing Doyle!
 
K: It's not surprising. I think we destroyed the Tarzan series and made it rather ridiculous, whereas the story, itself, was a rather interesting story.
 
J: It's a wonderful story isn't it?
 
K: Yeah, but it has never come across on the screen. Frankenstein, the same thing...
 
J: That's right.
 
K: ...has never come across----What effect has Sherlock had on your career?
 
J: Made it! I think the place for romantic heroes was getting smaller and smaller. I mean, I can't see myself, really, in "The Terminator."
 
K: [Laughs in agreement.]
 
Joann: That's good!
 
J: Maybe I could just sort of creep in and move a little close to Al Pacino in "Goodfellows," but I'd have to wear a lot of makeup. Umm, no, I think that romantic heroes are sort of in low demand. The world needed heroes--in spite of what Tina Turner says.
 
K: Um-hm, um-hm.
 
J: And, um, well, what I didn't realize was "You-know-who: S.H." is a great hero to the children. That, I've learned over the last nine years, largely from the play I did. I commissioned a play called, "The Secret of you-know-who," for his 100th birthday.  
 
K: This is the one you're hoping to bring to the States yet.
 
J: I don't think I've got time now, because I'm going to complete the canon. That will take until 1995. Then, I think I'll just pass the torch on to Daniel Day Lewis, I think. Let him get on with it, because I'll be over the hill by then. Umm, it's the fact that I used to say to the house manager that there are so many empty seats. He'd say, "Mr. Brett, just look again. The lights are on, now. Look again." And, of course [motioning to show eyes just barely peeking over the back of the seats]--children! Little faces! Absolutely unbelievable! They adored him, and I think I know why. I think it's to do--this has all happened over the last year--this particular idea has only recently come to me--through a little boy, called Michael McClure II, age 8, of St. Louis, about four weeks ago. And he gave me a picture of Holmes killing a dragon. And I said, "Michael...," and he said, "Oh, he kills my dragons. I don't have nightmares anymore!
 
K: Oh, my!
 
J: Wow! Good news! Then, there are the children who recognize that Doyle has endowed his hero with all the antennae and sensibilities of a child--that's what his deduction and intuition is all about! Children lose it at the age of 8, I think, when they're told not to look out of the window, get on with their books, and it closes in. Whereas Doyle endowed "you-know-who" with all that. That's why the kids absolutely love him. He's also a great upholder of the law. So, when Mom and Dad are fighting, they say "I'll get S.H.," and they've got a little strength there. So, he is a hero to the children. Three-year-old Solomon is there in Dallas--a little aficionado--has all my films, and knows every word! I couldn't believe it! Solomon!
 
K: My mother's first foray into literature was through Sherlock Holmes. Despite parental censorship, she was able to get into it.
 
Joann: Through the priest.
 
K: It had a profound impact on her.
 
J: [Whispered, incredulously.] Really!
 
K :So, it goes back a long way, too.
 
J: I think Doyle has been taking care of children--of all ages--for a long time.
 
K: Do you have the opportunity, now, having become so involved in the Holmes series, to do much of other kinds of theatre work?
 
J: Yes, they're wonderful, and act like my angels, as I call them--the "money"--that's a theatrical term. "St. Peter"--Peter A. Steen--who is the head of Mobil, has been simply marvelous to me. I took a year off this year, and I did six films last year, which, I think you are seeing now in November--five, and the one next year for the Pledge--and I thought I'd better stop. I'd better see if I have got any hobbies left. Can I play the piano? Can I still ride a horse? Can I do my archery? The answer is, "Yes." And I discovered that by March [laughing], so it wasn't quite a year, but I rang up Peter and said, "If I said I was prepared to complete the canon, what would you say?" and he said, "You would have our blessing. It's our most successful series," he said, "but one thing"--and this is what's amazing--he said, "You must have breaks so you can go and do other things." [Overcome with emotion.] Stunning! So I will be going off--the last play that I did was, of course, "The Secret (of you-know-who)." The one before that was in '85, when I did "Aren't We All?" on Broadway with two brilliant little juveniles called Rex Harrison and Claudette Colbert, and little Lynn-y Redgrave. Claudette said a thing which I love her so much for. She said "I've given Rex top billing, but it's me they come to see!" [Laughs heartily.] And she's right! She's right. Go down to the stage door, and they've got photographs of her as Cleopatra still showing--with Clark Gable.
 
K: One of the P.R releases that I read quite some time ago--probably an article, actually, somewhere, indicated that not only have you been in My Fair Lady, as Freddie, but also that singing was something that you are very much involved in.
 
J: Well, it's very sad, really, because I really wanted to be a singer more than anything else. I mean, I really wanted to be an opera singer. And I had the most--I know because I've heard it on record--the most marvelous soprano voice. So, when I was 8, 9, 10, 11, 12, I was singing things like "Ye Are Now Sorrowful," from the Brahms "Requiem." I was in every major cathedral in England. And "with histrionic tendencies. “
 
K: [Chuckles.]
 
J: ...I was accused of. I would act out these wonderful arias. And, then, the voice broke, and I went to Rome to make a film of "War and Peace," and I was there nine months, and I met a Professor [unclear name], a wonderful singing teacher, and she said, "You have a wonderful tenor voice. Now, are you going to take this seriously--which means, really, you should stop acting. You really have got to dedicate your life to this." And I made some noises in her room which nearly excited me as much as my soprano voice, but the trouble was that my soprano voice was completely and utterly natural. It was like Elizabeth Schwarzkopf. My tenor voice was work. And I sustained it for a while and, of course, the cream on top of the coffee was "My Fair Lady." But what is so sad about our profession is the fact that if you sing, you are not taken seriously as an actor. And I know Michael Crawford is not going to have that problem, because he came to singing late. But I'm talking of the beginning, and I had this real dilemma, and the last thing I sang was Danilo, in "The Merry Widow." And, then, I stopped, because I realized I was being thought of as a singing actor, and that's a different genre, apart. So, I stopped. It was a sadness--but, now, not really. I'd rather listen, oddly enough. Singing is extremely exacting, and I'm bowled over by, especially, the tenors, because it's not a natural placing of the voice. And your little cords work very, very, hard, indeed. You can't be in a draft. You very seldom---you can't speak for three days before you sing. It is a complete dedication. And when I see Pavarotti, or I see Placido, when I see Jose Carreras, it is a miracle of sound. And I don't miss that. I'd rather listen.
 
K: And perform. It mentioned that you wanted to start your own theatre in London.
 
J: No, not now. I tell you, it's all changed. I've done that. I did that in Canada. I went to Canada and I did a production of "The Tempest," in 1982. I produced it, directed it, and played Prospero. I hobbled away afterwards. I was exhausted. I also did it with Robin Phillips, the great Robin Phillips, who is still in Canada. We did a year of--company theatre, it was called--in Greenwich. Again, I tottered away. And I think my services would be most appreciated by possibly the new young Olivier, Kenneth Brannagh, and I may, at a given moment, go and offer my services and say "Can I sweep the stage?" or "Is there anything I can do for you?" I think I should join a company, not create one, and make my contribution that way as a--whatever--a talking head, whatever. "Pick my brains. Do you want to know anything about Lawrence Olivier, my mentor? Is there anything that he said that might help you?" One thing, of course, Olivier said, "Every actor should have a full orchestra at his beck and call, vocally, and the body of a god." And he had both and he was 57 at the time. So people could sort of bounce off me. I think to actually go, "Here I am, this is the new company," is misleading. I've got to go and do something with the National [Word unclear]. They keep asking me, too. And I will, but it's just a question of when.
 
K: I hope sometime you get an opportunity to do something with the Court, which is our local--I think--is our local classy theatre.
 
J: Well, you've got a springboard in this town of immense talent. I mean, Broadway is practically furnished by Chicago.
 
K: The region that--I do theater reviews primarily, not TV--and I cover community theater, and I'm amazed at the talent that we have. These are so-called amateurs, and they are anything but.
 
J: This is your "competence center" of the United States of America, theatrically.
 
K: Oh, yeah, I wouldn't argue with that.
 
J: I think this is where it happens. It's amazing. If you go through the cast lists of plays on Broadway, they're nearly all from one of your theaters here.
 
K: Um-hm. Yeah, we do furnish quite a few these days.
 
J: That's right.
 
K: Was the series success a surprise initially to you? And to Granada? Were you surprised by it?
 
J: [Pause.] Stunned! [He chuckles.] I mean, the thing was that none of us wanted to do it--least of all me. I thought, well, first of all, detection is not really my cup of tea. Um--I prefer history and pictures like our glorious Jane Seymour. No. And my son David said "Dad"--we went to this dinner when I was asked--and he said, "You don't really want to do it, do you?" And I said, "No, I don't. I think it's an old chestnut. It's been done." Anyway, it was taken away, because it was cancelled. So, I was thrilled, and I shoved off to Canada and did "The Tempest," and while I was doing Browning, in "The Barretts of Wimpole Street," with beloved Jane Lapotaire, as my Elizabeth Barrett--wonderful actress--I think you may have seen her play Edith Piaf on Broadway.
 
K: I missed the production.
 
J: She was a wonderful marvelous actress. And they came back to me. And in the time, my host in Barbados, Senator Dean--after I had done "The Tempest"--I was thinking of committing it to film, and I was looking for a location--and he had the canon. It had been given to him by his nephew. So, I read the stories, one a night. And, so, when they came back, I found all sorts of things that had not been done, so I thought, "Yes, I'd like to have a go." It was only six films--with an option for a further seven. Well, we finished the first six. They were sold at the Cannes Film Festival to 35 countries, straight off. So, we did the next seven. That took us to the end of '84. And, suddenly, people began to want to be in them. Guest stars wanted--queued up--to come in--lighting cameramen wanted to light it. The studio suddenly began to move toward it. Umm--I didn't have to fight quite so hard for Doyle, because every time I went to rehearsal, I'd put down the canon and say, "I love your adaptation. Bless you. Lovely, very nice, but don't you think that this is better?" Well, that went on. They used to dread my doing this!
 
K: [Chuckles.]
 
J: So, the first week of rehearsal was Doyle, getting back to Doyle. Then, the second week was practicing, and then, five weeks filming. Slowly, slowly, slowly, it began to dawn on all of us that Doyle was being heard. You see, in London, in1982, when I came back and tried to buy The Strand Magazine, I couldn't find one. I couldn't find Doyle's complete works. I did, eventually find one in Foyles, in London, and it was an American edition, which had been sent over and not been collected, and that's how I got one. Now, Doyle is everywhere. Everywhere! So, that's pleasing to Dame Jean, particularly, because she's the last of her line . . .
 
K: That's sad.
 
J: . . . and longs for Daddy to be in his proper place.
 
K :We have the American version. It's quite old now, but I'm glad we were able to get it.
 
J: It's in a red cover.
 
K: It's--yeah, I think so.
 
J: It is. That's the one I've got.
 
K: It's quite thick
 
J: That's right.
 
K :An excellent book. We enjoyed it very much. "Charles Augustus Milverton"--is that the sixth one that is going to be...?
 
J: No. That's the one I just completed. That is an incredible story! When you read something that says, "Lady Diane empties six shots into Milverton's chest, and rams the heel of her shoe into his mouth and screws it to the ground..." that's fine, but when you do it, it's not pretty. [Laughs.] And I had a wonderful leading lady in this last film. Dame Gwen Ffrangcon Davies. She's 101, which is intriguing, because Doyle, of course, would have seen her, because he died in 1930, and she was, of course, born in 1890, and we were filming, and she said, "That lady is improperly dressed." And I said, "What do you mean, Dame Gwen?" And she said, "Well, I know, because I was there. She would have on a hessian petticoat--very starched petticoat--and she would lift her dress as she walked across the gravel." Can't knock that, can't question that. She was there. So, that was thrilling. Lovely, lovely, lovely, lady.
 
K: When will we have the opportunity to see that?
 
J: That will be Christmas for us in England, and I think Christmas for you, next year.
 
K: Uh-huh.
 
J: I'm going back to do a pick-up shot on Monday and I think the composer moves in--the brilliant Patrick Gowers--the following day, and I think, December 17, there's a press showing in London and then, I think, it's coming out on January 2nd.
 
K :What kind of schedule are you on now, on this tour of the United States? Are you on a whirlwind tour, or do you get a chance to breathe?
 
J: Yes. I've had this holiday. This is all a gift from Mobil's "St. Peter." They said--I've just finished the movie--it's a two-hour special--"Would you like to see the world?" And I said, "Yes." They said, "Well, if you'll trust us, we'll get it all set up." And I said, "You must remember, I just finished filming and really need a 'hol'--(holiday)." And they said, "Fine." So, I flew to New York. I think it was about September 28th. And I had a week there. I had days off, so I could go to the galleries, or I could go to hear some opera. I even could tiptoe into a theatre. Then, I had a week in Los Angeles, in the Beverly Hills Hotel, where I could swim between interviews. So, I mean, I would, for example, swim three lengths, come out and meet someone. So, I got fit. And I had three days off there. Then, I went to Atlanta--no I didn't--I went to Dallas, which I fell in love with--absolutely fell in love with Dallas! I was in the city-within-the-city, called Loews Anatole Hotel. It was built for Reagan, in 1984. And I was in the tower, which is immensely high and very metaphysical--that's the only way I can put it--and, then, I went to Missouri-[Jeremy sings a snippet of "Across the Wide Missouri"] and I flew in, and I heard from this wonderful old man what I must do when I come back, and that is, take the "Mississippi Delta Queen" from St. Louis down to New Orleans. It's a very slow--[Makes a noise like a paddle-wheel boat] "bum-bum-bum bum"--boat, and it takes seven days, so I have to come back and do that. Then, of course, I went to Atlanta, which was on fire with excitement with the Olympics--and the Braves, while I was there. And, so, I wore my tomahawk, in spite of Jane Fonda . . .
 
K: [Laughs.]
 
J: And, then, I nipped up to Detroit and I put one foot in Canada, and beamed a smile on C.B.C. right across to Newfoundland and right off to Vancouver. So, that was nice. And one of my greatest fans is J.P., aged 6, of Resolute Bay, Alaska.
 
K: Oh, gosh!
 
J: And he wrote me this letter saying, "Please do more Sherlock Holmes. Makes my Daddy happy." So, I was able to say that I was going to . . . and I was able to wave to him.
 
K: Excellent.
 
J: Then, I went from there to Philadelphia, which is wonderful, because I love Philadelphia. Been there before. Washington, of course. Been there before. Love Washington! Seat of power--all those helicopters, going "whung-whung," all going off for their weekend holidays.
 
K :[Laughs.]
 
J: That was thrilling. Then it was Boston. A little snobbish for me, Boston, but all right. But WGBH is very important to me, because that's my wife's station. My late wife created "Mystery Theatre," "Classic Theatre," "Piccadilly Circus," and sustained "Masterpiece Theatre" for the last 17 years of her life.
 
K: Was she the original producer of . . .?
 
J: Yes.
 
K :Oh, God!
 
J: Joan Wilson.
 
K: Yes.
 
J: And she died. Really, this is in memoriam to her, this whole trip, really--and her children. [Pauses.] Yes, it has been a while to see that point of view. I've been able to talk about her, and make sure that she is remembered.
 
K: You mentioned your son, David, among the children . . .
 
J: David is . . . from my first marriage.
 
K: Are any of the children theatrically inclined?
 
J: No, none of them. David is now a painter, and a good one, an artist.
 
K: In the arts.
 
J: In the arts. Caleb is a lawyer. And a good one. And an extremely interesting person. He's just travelled the world, slowly, over three years, and he's really a very remarkable man. And my Rebecca--and she is--"the dimpled one," I call her. She has one dimple caused by a tooth brush when she was young. And she is remarkable! She has three glorious children, who I was with last week. The newest is called Christine. She's this big [holds hands about a foot apart]--with a mane of hair--born with a mane of hair! Incredible! They're lovely. So all that's been marvelous. This has been like a holiday.
 
K :How long will you be in Chicago?
 
J: I have to fly home, sadly, on Thursday night, because I've got to get myself turned around, to film by Monday. I was hoping I might be able to pinch one more day, but I must get back, because I can sleep it off--the jet-lag--and make quite sure I'm not too hollow-eyed.
 
Diane Srebro: Kevin, I hate to interrupt, but I've got somebody else.
 
K: Time? O.K., let's wrap it up. Are there things that we haven't discussed that we should have, before we wrap it up here? Anything that we didn't get from you that we should, in terms of questions asked?
 
J: Yes, there's just one, and that is Edward Hardwicke sends much love, but he's doing a play.K: That ties in with our conclusion: On behalf of Joann and me, and all of us who appreciate the series, we wanted to thank you both, because your characterizations--and the meshing of those characters--for us, are of a level of perfection that we delight in--we truly delight in. So, please, convey that to him.
 
J: Right.
 
K: Okay.[Kevin shook Jeremy's hand, and Jeremy blew a parting kiss at Joann.]
 
Kevin P. Murphy. April 17, 2006
THIS INTERVIEW IS DEDICATED TO JEREMY BRETT FANS
 
For the past 20+ years, I have worked as a freelance writer in addition to whatever "day job" happened to make competing claims on my time and attention. I spent much of that time writing about live theater in the greater metropolitan Chicago region and, occasionally, beyond that.
To Joann, my wife, taking time off from her work was something that was justified, perhaps, by three events: death in the family, jury duty, or major illness. Only once, as I recall, did she make an exception, and that was the day we commonly refer to as "Joann's 'Hooky' Day"--the day I was to interview English actor, Jeremy Brett, regarding his then-young Sherlock Holmes television series on PBS.
 
I did interview Jeremy Brett that day, and was delighted that I was the sole interviewer during the 30+ minute duration of that interview (with Joann "riding shotgun," of course).
 
The interview took place at the WTTW studios, 23 N. Michigan (Illinois Center Building, 18ème étage), Chicago, Illinois. Later, I wrote a condensed version of the interview and sold it to The Times of Northwest Indiana. That article, titled, "Solving the mystery of Sherlock," appeared in The Times on Friday, November 22, 1991.
 
Life went on, while many more interviews and reviews joined the Jeremy Brett/Sherlock Holmes article in my portfolio. In time, I forgot about the fact that the Times article had represented but a few minutes of the more-than-thirty that we spent being charmed by our ideal Sherlock that day. Then recently, something reawoke the memory of that interview and I discovered that there are a lot of web sites devoted to Jeremy Brett, and, especially, to his portrayal of Sherlock Holmes. Reading some of the material on those sites, I wanted very much to share the interview with other Brett devotees, and Sherlock fans.
 
Like most things we undertake, there are always the unexpected glitches to be overcome. I first had to find the full text of that interview, conducted 15 years earlier. I found that old file but the 11-page document was filled with partial words, because translation into later word processors over the years had dropped end characters and small words from the document.
 
Surprisingly, examination of the text proved that the assertions about people being able to read jumbled and fragmented text are essentially correct, but it was a labor-intensive, word-by-word process and, frustratingly, some phrases were not comprehensible. Then, I thought, "Wait a minute--what if I still have the original recording of that interview?" Another intensive search revealed that I had kept it--in my library of "Ancient--Frequently Useless-Recordings."
 
The full text of that interview is contained below. Please note that it is laid out as follows :
 
The letter "J" in front of text indicates that it is Jeremy Brett's response ; the letter "K " indicates a question or comment by "Kevin" (that's me).
Three other people appear, briefly, in the interview :
"Diane Srebro" represented Jeremy Brett's host, Public Television Station WTTW, and her full name is used in front of her comments.
"R": Rob Brown, a Times photographer, whom I had arranged to have photograph Jeremy, to support the article that I planned to write for The Times.
"Joann": My wife was the third person.
 
Please note, too, that in one or two places I could not clarify what Jeremy said, despite seemingly endless (in one instance) replaying of the segment. In such cases, I've indicated parenthetically that it wasn't possible to clarify that part.
 
If you'd like to know what that experience was like, fifteen years ago, I can only say now that I believe that both Joann and I were probably "high" for a couple of weeks afterward--and, of course, every time we view an episode of Sherlock Holmes, we again mourn his passing so prematurely, while delighting in the memory of our brief contact with Jeremy Brett.
 
The November 6, 1991, Jeremy Brett interview begins here, when the tape recorder was first activated :
K : Vous ne seriez pas contre…
 
J : Non, certainement pas. Sherlock Holmes est l'un de mes grands héros, et il a pris ma famille en sandwich depuis environ les neuf dernières années.
 
K : Ce qui n'est pas mal non plus.
 
J : Pas mal.
 
K : Nous avons été ravis d’avoir pu organiser une interview avec vous…
 
J : Eh bien c’est très excitant, parce que ça fait un moment que je ne suis pas allé à Chicago, mais je l'aime tant. J’y ai déjà joué deux fois, [s'adressant à Joann] dont une fois avant votre naissance, j’en suis sûr.
 
Joann : Non.
 
J : Je jouais Troïlus, dans "Troïlus et Cressida".
 
K : Dans quelle troupe de théâtre étiez-vous ?
 
J : A l’Old Vic, et c'était au Shubert [Theatre]. Rosemary Harris était ma Cressida, et Coral Browne, la défunte épouse de Vincent Price, était Hélène de Troie, et John Neville était Thersite, et nous avons joué ici en 1957 - et je m’en souviens nettement parce que c’était l’été, et on m’a fait l’honneur de me donner de quoi faire de la voile au Chicago Yacht Club, pour la durée de mon séjour - et je filais zou! [bruissement] dans la journée et j’adorais ça ! Et ensuite, je suis revenu pas plus tard qu’en 1980, et votre grande critique, cette dame…
 
K : Heidi Weiss ?
 
Diane Srebro: Cassidy.
 
K : Claudia.
 
J: Claudia... m'a fait une critique dithyrambique pour mon "Dracula" et du coup notre séjour ici à cette époque a été passionnant. Cette fois encore c’était au Shubert. C’était l’hiver, et je suis sorti de l’Ambassador [hotel] pour aller voir mon Lac Michigan bien-aimé [Mon père Joseph Murphy, a émigré adulte, de l’Angleterre vers les Etats-Unis - je m'éclatais toujours de sa prononciation de "Michigan" qui devenait "Mitch-igan" - Jeremy le prononçait de cette même façon - kpm] … Je veux dire, aussi le vôtre, mais également le mien, et le froid m’a saisi, et j’étais habillé aussi mal qu’à présent.
 
K : Bon sang.
 
J : J’ai couru pour sauver ma peau ! Mon nez était glacé ! Mes oreilles étaient glacées ! Je n'avais pas réalisé à quel point il pouvait faire froid !  
 
K : Ça peut être fatal.
 
J : Oui.
 
K : Un groupe est venu par ici il y a quelques années, ils suivaient les traces de La Salle [René Robert Cavelier de La Salle, explorateur français (1643-87)] dans la région, et ils sont arrivés dans cette partie-là, et l’hiver était si inhabituellement froid que La Salle a bien failli y rester.
 
J : Vraiment ?
 
K : Oui. S’il avait fait aussi froid lors de son exploration, peut-être qu'il ne l'aurait pas faite. Et donc, le froid a presque eu raison d’eux, et ils ont fait plus ample connaissance avec la région.
 
J : Je pense que ce qui rend Chicago si incroyablement unique, c’est ce lac. C’est comme la mer pour Rio. Je crois que la proximité de l’eau, des industries et de la ville est très, très stimulante.
 
K : Oh, oui… Nicholas Pennell donnait un spectacle au Court Theatre l’an dernier, "Brief Lives", et je l'avais interviewé, et il parlait de Chicago la comparant à certaines autres villes de niveau mondial.
 
J : C’est un très gentil garçon.
 
K : Ce qui l’intéressait, c’était les banlieues, le fait qu’il existe encore des banlieues.
 
J : Il a déménagé. Il était excellent dans "La Dynastie des Forsyte", et puis il a déménagé au Canada. Et quand je suis allé au Canada en 1976, je suis parti avec une petite actrice nommée Maggie Smith, qui était ma Millamant quand j’ai joué Mirabell dans "Le Train du Monde". Et dans une autre partie de la troupe, il y avait Nick, il faisait un travail absolument superbe et était vraiment devenu presque canadien ! Je l’ai vu pour la dernière fois quand il est venu en Angleterre avec Miss Smith, et ils jouaient "Virginia Woolf", il était son partenaire  - à Londres.
 
K : Nous l’aimons beaucoup.
 
J : Un gentil garçon. Transmettez-lui mes amitiés quand vous le verrez. C'est quelqu’un de sympathique, Kevin. J’espère que j’aurai l’occasion de le revoir. Il vient à Stratford depuis plusieurs années maintenant, Joann.
 
K : Hum..Hum…
 
J : Oui. Il a acheté une maison. C’est ce qu’on appelle s’enraciner, n’est-ce pas ?
 
K : Nous sommes allés spécialement là-bas pour le voir dans une… oh, bon sang, comment s’appelle ce type… comme le coiffeur… Sassoon… [Poète anglais de la Première Guerre mondiale, Siegfried Sassoon] dans une pièce de théâtre sur Sassoon. Nous avons fait la route juste pour le voir et sommes revenus le lendemain matin.
 
J : [Arrivée du photographe du Times, Rob Brown] Entrez, entrez ! Salut, bonjour !
 
R : Comment allez-vous ?
 
J : Très bien, merci.
 
K : Le Times ?
 
R : Rob Brown.
 
K : Rob ! Ça fait longtemps !
 
R : Plus de moustache.
 
K : Oui, ça fait la différence.
 
J : Dix ans de moins. Il a supprimé les bacchantes ! [rires]
 
K : On va commencer, et faire ce qu’il vous plaira.
 
J : [A Rob Brown] Voilà ce que je vous propose…  rapprochez-vous autant que possible, et faufilez-vous de l’autre côté de la table, mais prenez-moi pendant que je bavarde. A mon avis, elles sont toujours plus réussies, non ?  
 
R: Oui.
 
K : Rob fait également un excellent travail. Il a fait cette couverture…
 
J : Juste pour vous intimider, je vais vous montrer ma préférée jusqu'à présent. [Il sort une photo.] Je pense qu'elle est très amusante.
 
K: [Rires.]
 
R : Elle est bien ! Elle est vraiment très bien.
 
J : Simplement pour vous donner une idée.
 
K : Rob a pris Nick Pennell et Nick Rudall ensemble quand ils répétaient "Brief Lives" pour une couverture de l’une des rubriques du Times, et c’était l’une des meilleures - selon moi - je l’ai regardée et j’ai pensé : "C’est comme ça que je vois ces gars-là.". Il les avait saisis à la perfection.
 
R : Ça fait plaisir. Merci. Une chose, Kevin, ça ne te dérangerait pas de t’asseoir ici ?
 
K : Pas du tout.
 
R : Ça me permettrait…
 
J : … d'arriver à passer ?
 
K : Laisse-moi pousser ça [mes magnétophones]. [A Jeremy] J’écris vraiment très mal et je ne peux pas me relire.
 
J : Je préfère ces appareils, mais c’est aussi parce que, quand quelqu’un prend des notes, j’ai tendance à ralentir, et alors je perds le fil de mes pensées. J’aime bien ceux-là.
 
K : Tant mieux, j’en suis ravi. L’une des choses que je voulais évoquer assez rapidement, c’est le fait que je ne fais pas confiance aux dossiers de presse. Par exemple, le dossier de presse qui a été remis avant votre arrivée, indiquait que James Mason avait joué Holmes. Je sais qu’il a joué Watson.
 
J: Exactement.
 
K : Dans "Meurtre par Décret".
 
J : C’était avec Chris Plummer.
 
K : Oui, exact, Plummer jouait Holmes. Parfois, [se référant aux dossiers de presse mentionnés auparavant] ils réussissent presque leur coup mais sans succès, et l'une des choses qu'ils ont dite à votre sujet et que j'ai trouvée inadmissible - ils citent un critique anonyme disant que vous aviez parfaitement rendu la froideur de Holmes, et à vous regarder, Joann et moi - nous ne voyons pas de froideur. Nous percevons une profonde émotion à peine contenue et fermement contrôlée par l'esprit. Mais, pour nous, il y a là une intensité émotionnelle qui est tout simplement refoulée.
 
J : Mais vous devez comprendre que j’ai tout chamboulé entièrement ! Vraiment, sans plaisanter, parce que - je veux dire qu'au cours des neuf dernières années, j’ai tout chamboulé - car mes studios, Dieu les bénisse, ils sont merveilleux - les Studios Granada - m’ont autorisé - après  les avoir suppliés évidemment - à faire Doyle - à faire ses histoires. Et aussi à suivre les dessins de Paget qui accompagnent les récits, pour l'apparence de Holmes. Et beaucoup de Sherlockiens que j’ai rencontrés - il existe un groupe d'adultes appelé les "Sherlockiens" - ont leur propre image, qui n’a rien à voir avec Doyle. Les Sherlockiens croient que Watson a écrit les histoires et que Doyle était son agent littéraire, mais nous savons que c’est faux. Pourtant, ils en sont persuadés. Du coup, je peux me trouver dans une pièce à Londres, à Oslo, ou au Japon - nous sommes diffusés à présent dans quatre-vingt quatre pays - et les Sherlockiens vont entrer, tous affublés du mauvais costume ! Il ne portait la casquette de chasse qu’à la campagne. Il n’a jamais fumé une calebasse. Elle a été introduite par William Gillette au début du siècle. Je crois savoir pourquoi. Car c’est la seule pipe qui peut se maintenir allumée, et quand vous jouez sur scène, vous n’avez pas envie que votre pipe s’éteigne sans arrêt. Sherlock Holmes fumait une longue et fine pipe en merisier lorsqu’il était d’humeur à discuter, et la petite pipe en argile quand il avait envie de méditer. C’est le début des "Hêtres Rouges". Donc quand j’ai commencé à faire Doyle, j’ai dérangé pas mal de gens, les fidèles, parce qu’ils avaient le cliché en tête. Ainsi, je reçois toutes sortes d’avis différents, ce que je trouve fascinant ! En ce qui concerne le rôle, évidemment je suis une erreur totale de casting,  ce qui est probablement tout aussi bien, car c'est beucoup plus stimulant de jouer un rôle pour lequel vous n’êtes pas taillé. J’ai dû dissimuler une grande part de moi-même, parce que j'interprète les rôles de héros. Vous savez, pendant quatre ans j'ai été le jeune premier chez Olivier à son National Theatre. Je jouais le Roi Arthur, Henry V, Macbeth. Des rôles très héroïques. Alors, c'était différent de me retrouver tout à coup dans cette situation étouffante. Et j’ai peur de transparaître malgré tous mes efforts, et, incarner cet être froid et calculateur, totalement indépendant - ce qui est exactement ce que veut Doyle - est difficile pour moi parce que j’adore la compagnie.
 
K: Humm.
 
J : J’apprécie vraiment. [A propos de Rob et de l’appareil photo] regardez ce gaillard, ce grand œil fixé sur moi - j’apprécie vraiment la compagnie ! Et c’est pourquoi j’ai besoin d’un Watson [il rit de bon cœur], je veux dire que j'ai besoin de Watson - en tant qu'homme - surtout incarné par David Burke et Edward Hardwicke. Et c’est bien sûr la raison pour laquelle nous avons mis en place tout cela, pour rétablir la vérité littéraire.
 
K : Hum-mumh
 
.J : Pour Doyle, par égard pour Watson.
 
K : Oui, Dieu merci !
 
J : Ce n’était pas un imbécile.
 
K : Nigel Bruce.
 
J : Je ne citerai pas de noms.
 
K : J’aimais bien Nigel Bruce en tant qu’acteur, mais je crois qu’on ne lui a pas laissé beaucoup de marge non plus. Il était capable de faire mieux…
 
J: Oh, oui.
 
K : … que ce qu’on lui a fait faire.  
 
J : Mais parce que c’était Nigel, et je pense… c’est intéressant. Je ne sais pas.  Vous savez, Basil Rathbone est mon Holmes, et le restera toujours, car c’est lui que j’ai vu.
 
K : Hum-mumh, nous avons grandi avec lui.
 
J: C'est exact. Mais quand on commence à prendre l’œuvre au sérieux et par égard pour Doyle, je suis ravi, parce que sa fille est toujours en vie. Dame Jean Conan Doyle se porte encore très bien et vit à Londres. Et donc, pour la première fois en cent ans - c’est incroyable - on fait les histoires de Doyle. Et je ne comprends pas pourquoi elles n'ont jamais été produites auparavant.
 
K: Je ne sais pas, mais je pense que nous trouvons ça beaucoup plus crédible à nos yeux - tout d'abord je ne crois pas à cet  "homme-machine". Nous [Joann et moi] sommes les produits de la science du comportement. C’est notre milieu. Je ne crois pas à l’homme-machine. Je pense que vous pouvez jouer ce jeu-là, vous pouvez essayer, mais les gens ne sont pas des calculatrices qui parlent, et donc, ce que vous montrez est, selon moi, bien plus vraisemblable, et je crois que Holmes était ainsi.
 
J: Mais, je vais vous dire ce que j'avais à faire, parce que j'ai eu une longue conversation avec un très grand et célèbre acteur en Angleterre, qui s’appelle Robert Stephens - avec un "e" - et il venait d'incarner brillamment Falstaff à Stratford-sur-Avon, et nous bavardions à ce sujet en juin dernier. Et il a joué Sherlock Holmes dans le film de Billy Wilder, "La vie privée de Sherlock Holmes", avec Colin Blakely en Watson, et il a dit: "Tu dois te rappeler que Holmes est vide. Et il n'est qu'une enveloppe brillante et c'est pouquoi tu dois le "remplir", lui donner une vie intérieure." Et, bien sûr, c’est le travail de l’acteur. Je suis ce que j’appelle un "becomer". Je suis l’un de ces acteurs. Vous voyez, je m'extrais de moi-même et m'imprègne de la personne que je joue et - euh - sans aucun risque - vous êtes comme une éponge et c’est ainsi que vous extrayez le liquide hors de l’éponge, pour absorber simplement le liquide du personnage. Mais, avec Holmes, on doit inventer une vie intérieure, parce que Doyle l’a recouvert de vernis. Il m'évoque une statue - comme du marbre. Et véritablement, il vaut mieux le lire bien sûr. C'est la vérité. Il vaut mieux lire les histoires de Doyle, et si vous êtes assez fou pour essayer de l'en retirer et de le visualiser, alors vous affrontez toutes sortes de problèmes. Mais ce qui est étrange selon moi, c’est que personne n’a jamais fait confiance à Doyle avant mes studios - les Studios Granada - et nous faisons les histoires, et c’est pourquoi elles se vendent dans quatre-vingt quatre pays…  
 
K : Hum-mumh.
 
J : … parce qu’elles font Doyle !
 
K : Ça n’a rien de surprenant. Je pense que nous avons dégradé la série des Tarzan et l’avons rendue un peu ridicule, alors que l’histoire en elle-même, était assez intéressante.
 
J : C’est une histoire merveilleuse, n’est-ce pas ?
 
K : Oui, mais elle n'a jamais bien rendu à l'écran. C'est la même chose avec Frankenstein…
 
J : C’est vrai.
 
K : … ça n’a jamais marché… Quelle incidence a eu Sherlock sur votre carrière ?
 
J : Il l’a faite ! Je pense qu’il y avait de moins en moins de place pour les héros romantiques. Je veux dire, je ne peux vraiment pas m’imaginer dans "Terminator".
 
K : [Acquiesce en riant.]
 
Joann : C’est bien vrai !
 
J : Peut-être que je pourrais en quelque sorte me glisser aux côtés d’Al Pacino dans "Le Parrain"  mais je devrais être très maquillé. Euh, non, je pense que les héros romantiques sont un peu passés de mode. Le monde avait besoin de héros - n’en déplaise à Tina Turner [chanson "We Don’t Need Another Hero"].
 
K : Hum-mm, hum-mm.
 
J : Et, euh, eh bien, ce que je n'avais pas réalisé, c’est que "Qui-Vous-Savez" : " S.H." est un grand héros pour les enfants. Voilà ce que j'ai appris au cours des neuf dernières années, surtout grâce à la pièce que j’ai faite. J’avais commandé une pièce intitulée "Le Secret de Qui-Vous-Savez", pour son centième anniversaire.
 
K : C’est celle que vous espérez maintenant monter aux Etats-Unis.
 
J: Je ne pense pas avoir le temps en ce moment, parce que je vais terminer le Canon. Cela va durer jusqu'en 1995. Ensuite, je crois que je passerai tout simplement le flambeau à Daniel Day Lewis, j'imagine. Laissez-le continuer, car d'ici là je commencerai à me faire vieux. Euh, c'est le fait que je disais au régisseur qu'il y a tant de sièges vides. Il avait répondu : "M. Brett, il suffit de regarder de nouveau. Les lumières sont allumées maintenant. Regardez de nouveau." Et, bien sûr [faisant un signe pour montrer les coups d'œil furtifs tout juste au-dessus du dossier des sièges] les enfants ! Ces petits visages ! Absolument incroyable ! Ils l’adoraient, et je crois savoir pourquoi. Je pense qu'il y a un rapport avec... tout s'est passé l'année dernière... cette idée-là ne m'est apparue que récemment grâce à un petit garçon, du nom de Michael McClure II, huit ans, de Saint-Louis, il y a environ quatre semaines. Et il m'a offert un dessin de Holmes en train de tuer un dragon. Et j'ai dit, "Michael ..." et il m’a répondu : "Oh, il tue mes dragons. Je ne fais plus de cauchemars ! "
 
K: Ça par exemple !
 
J : Oh là là ! Bonne nouvelle !  Il y a donc les enfants qui ont conscience que Doyle a doté son héros de toutes les antennes et les sensibilités d'un enfant - toute sa capacité de déduction et d'intuition vient de là. Les enfants la perdent à l’âge de huit ans, je pense, quand on leur dit de ne pas regarder par la fenêtre, de se concentrer sur leurs livres, et elle disparaît. Alors que Doyle a doté "Qui-Vous-Savez" de tout ça. C’est pourquoi les enfants l’adorent totalement. C’est un grand justicier. Du coup, quand Maman et Papa se disputent, ils disent : "Je vais aller chercher S.H.", et ils retrouvent un peu de courage. Donc, c’est un héros pour les enfants. Salomon, trois ans, qui est à Dallas - un petit aficionado - a tous mes films et en connaît le moindre mot ! Je ne pouvais pas le croire! Salomon !
 
K : La première incursion de ma mère dans la littérature s’est faite avec Sherlock Holmes. Malgré la censure parentale, elle a réussi à y pénétrer...
 
Joann : Grâce au curé.
 
K : Ça l’a profondément marquée.J : [chuchotement incrédule.] Vraiment !
 
K : Si, ça remonte il y a longtemps en plus.
 
J : Je pense que Doyle s'est préoccupé des enfants - de tous âges - depuis longtemps.K : Avez-vous la possibilité, aujourd'hui, étant si impliqué dans la série des Sherlock Holmes, de vous consacrer davantage à d'autres genres de théâtre ?
 
J : Oui, ils sont merveilleux, et se comportent tels mes anges gardiens, comme je les appelle - "Money" ["Argent"] - c'est une expression théâtrale. "Saint Peter" - Peter A. Steen - qui est à la tête de Mobil, a été tout simplement merveilleux pour moi. Cette année, j'ai pris une année sabbatique, et j’ai fait six films l’année dernière, je crois que vous les voyez actuellement en novembre - cinq et celui pour le Plege l’an prochain [PBS Pledge : Promesse de don pour la chaîne PBS] et j’ai pensé que je ferais mieux d'arrêter. Que je ferais mieux de voir si j’avais encore des hobbies. Est-ce que je peux jouer du piano ? Est-ce que je peux monter à cheval ? Est-ce que je peux m’entraîner au tir à l’arc ? La réponse est, "Oui". Et je l’ai découvert en mars [rires], donc il n'y avait pas tout à fait un an, mais j’ai téléphoné à Peter et lui ai dit : " Si je te disais que je me sens prêt à terminer le Canon, que dirais-tu ? ", et il m’a dit : " Tu aurais notre bénédiction. C'est notre série la plus réussie.", m’a-t-il dit, " mais il y a une chose… " - et c’est ce qui est incroyable - il m’a dit : " Tu dois avoir des pauses de manière à pouvoir aller faire d'autres choses. " [Submergé par l'émotion.] Sensationnel ! Alors, je ferai des pauses - la dernière pièce que j’ai faite était bien sûr, "Le Secret de Qui-Vous-Savez". Celle d’avant, en 1985, quand j’ai joué dans "Aren't We All ? " à Broadway, aux côtés de deux tout jeunes talents prometteurs nommés Rex Harrison et Claudette Colbert, et la petite Lynn-y Redgrave. Claudette a dit une chose et je l'aime tellement pour ça. Elle a dit : "J’ai laissé la tête d’affiche à Rex, mais c'est moi que les gens viennent voir ! " [il rit de bon cœur] Et elle a raison ! Elle a raison. Allez jusqu’à l’entrée des artistes, et ils montrent encore des photos d'elle en Cléopâtre - avec Clark Gable.
 
K : L’un des communiqués de presse que j’ai lu il y a bien longtemps - en fait probablement un article, quelque part, indiquait que non seulement vous aviez joué Freddie dans "My Fair Lady", mais aussi que le chant était quelque chose qui comptait beaucoup pour vous.
 
J : Eh bien, c’est très triste, vraiment, car je voulais sincèrement devenir chanteur, plus que toute autre chose. Je veux dire, je voulais vraiment devenir un chanteur lyrique. Et j’étais doté de la plus - je le sais car j’ai entendu un enregistrement - de la voix de soprano la plus merveilleuse. Alors, quand j’avais huit, neuf, dix, onze, douze ans, je chantais des choses comme le "Ihr habt nun Traurigkeit" du Requiem Allemand de Brahms. J’ai chanté dans toutes les plus grandes cathédrales anglaises. Et "avec des tendances histrioniques ".
 
K : [rire étouffé]
 
J : ... on me le reprochait. Je chantais ces airs magnifiques avec exaltation. Et puis, ma voix a mué, et je suis parti à Rome tourner le film de "Guerre et Paix", j'y suis resté neuf mois et j’ai rencontré un professeur, un merveilleux professeur de chant, et elle m’a dit : " Vous avez une magnifique voix de ténor. À présent, allez-vous prendre cela au sérieux - ce qui signifie en fait, que vous devrez cesser d'être acteur. Vous devrez vraiment y consacrer votre vie. " Et dans sa classe, j’ai produit des sons qui m’exaltèrent presque autant que ma voix de soprano, mais l’ennui, c’est que ma voix de soprano était totalement et parfaitement naturelle. Comme celle d’Élisabeth Schwarzkopf. Ma voix de ténor était travaillée. Et je l’ai entretenue un certain temps, et bien sûr, la cerise sur le gâteau fut "My Fair Lady". Mais ce qui est si regrettable dans notre métier, c’est que si vous chantez, vous n'êtes pas pris au sérieux en tant qu'acteur. Et je sais que Michael Crawford ne va pas avoir ce problème, car il s’est mis au chant tardivement. Mais je parle de mes débuts, de ce vrai dilemme, et le dernier rôle que j’ai chanté a été Danilo, dans "La Veuve Joyeuse". Et ensuite, j’ai arrêté, parce que je me suis rendu compte qu’on me considérait comme un acteur-chanteur, et c’est un genre différent, à part. Alors, j’ai arrêté. C’était bien dommage - mais rétrospectivement, pas réellement. Je préfère écouter assez curieusement. Le chant est une discipline extrêmement exigeante, et je suis époustouflé surtout par les ténors, car ce n'est pas un placement naturel de la voix. Et vos petites cordes vocales travaillent vraiment très, très dur. Vous ne pouvez pas vous permettre n’importe quoi. Vous avez très rarement... vous ne pouvez pas parler pendant trois jours avant de chanter. C'est une consécration totale. Et quand je vois Pavarotti, ou quand je vois Placido, quand je vois José Carreras… c’est un miracle sonore. Et ça ne me manque pas. Je préfère écouter.
 
K: Et jouer. Il était mentionné que vous vouliez créer votre propre théâtre à Londres.
 
J: Non, pas maintenant. Je vous le dis, tout a changé. Je l’ai fait. Je l’ai fait au Canada. Je suis allé au Canada et j'ai monté une production de "La Tempête" en 1982. Je l'ai produite, mise en scène, et je jouais Prospero. Par la suite, j'allais mal. J'étais épuisé. Je l'ai également fait avec Robin Phillips, le grand Robin Phillips, qui est toujours au Canada. Nous avons dirigé pendant un an, ce qui s’appelait le Company Theatre, à Greenwich. Une fois de plus, ça m'a ébranlé. Et je pense que mon aide serait davantage appréciée par le nouveau jeune Olivier potentiel, Kenneth Brannagh, et il se peut qu'à un moment donné j’aille le voir pour lui offrir mes services et lui dire : "Puis-je balayer la scène ? " ou : "Puis-je  faire quelque chose pour vous ? " Je crois que je devrais rejoindre une compagnie, pas en créer une, et de cette façon apporter ma contribution en tant que... n’importe quoi... que conseiller, n’importe quoi. "Profitez de mes connaissances. Voulez-vous savoir quelque chose sur Laurence Olivier, mon mentor ? A-t-il dit quoi que ce soit qui puisse vous aider ? "Une chose, bien sûr, qu’Olivier a dite : "Chaque acteur devrait avoir à sa disposition la voix de tout un orchestre et le corps d'un dieu." Et il possédait les deux, il avait cinquante-sept ans à l’époque. Alors, je pourrais en quelque sorte soumettre mes idées aux gens. Je pense qu'en réalité il serait mensonger de dire : "Me voilà et voici la nouvelle compagnie".  Il faut que j'aille faire quelque chose avec le National. Ils n’arrêtent pas de me solliciter égalementent. C'est mon souhait, mais ce n’est qu’une question de temps.
 
K : J’espère qu'un jour vous aurez l'occasion de faire quelque chose avec le Court, qui est notre... je crois - notre grand théâtre local.
 
J: Eh bien, votre ville est un tremplin pour de grands talents. Je veux dire que Chicago est quasiment le vivier de Broadway.
 
K : La région... je fais essentiellement des critiques de théâtre, pas de télé - et je m’occupe de théâtre communautaire, et je suis stupéfait par les talents que nous possédons. Ce sont des soi-disant amateurs, qui sont tout, sauf ça.
 
J : C’est votre "centre de compétences" aux Etats-Unis d'Amérique, théâtralement parlant.
 
K : Oh oui, je suis bien d’accord.
 
J: Je pense que c'est là que ça se passe. C’est incroyable. Si vous examinez la distribution des pièces de Broadway, les acteurs viennent presque tous de l'un de vos théâtres.
 
K : Humm-mumh. Oui, on en procure pas mal ces temps-ci.
 
J : C’est exact.
 
K : Est-ce que le succès de la série vous a surpris au début ? Et Granada ? Vous a-t-il surpris ?
 
J : [Silence.] Stupéfait ! [petit rire]. Je veux dire, le fait était qu'aucun de nous ne voulait le faire... et surtout pas moi. J'ai pensé que, bon tout d'abord le travail de détective n'est pas vraiment ma tasse de thé. Euh… je préfère l’Histoire et les films comme ceux de notre superbe Jane Seymour. Non. Et mon fils David m’a dit : "Papa" - nous étions allés à ce dîner, quand on me l'a proposé - et il a dit : " Tu n’as pas réellement l’intention de le faire, n'est-ce-pas ? " Et j’ai répondu : " Non, pas du tout. Je pense que c'est un sujet rebattu. Il a été traité." De toute façon, le projet n’a pas été plus loin puisqu' il a été annulé. Donc j’étais enchanté, et j’ai filé au Canada faire "La Tempête", et dans le même temps je jouais Browning, dans "The Barrets of Wimpole Street", avec cette chère Jane Lapotaire qui faisait mon Elizabeth Barrett… une actrice merveilleuse - je pense que vous l’avez peut-être vue dans le rôle d’Édith Piaf à Broadway.
 
K : J’ai manqué cette production.
 
J : C’était une magnifique, une merveilleuse actrice. Puis ils m’ont relancé. Et entre temps, mon hôte à La Barbade, le sénateur Dean - après avoir fait "La Tempête" je pensais que je pourrais en faire un film, et je cherchais un lieu de tournage - et il possédait le Canon. Son neveu le lui avait offert. Alors, j’ai lu les histoires, une par soir. Et ainsi, quand ils m’ont relancé, j’ai découvert toutes sortes de choses qui n'avaient pas été faites, j’ai alors pensé : "Oui, j’aimerais essayer." Ce n'était que pour six films - avec une option pour sept autres. Eh bon, nous avons terminé les six premiers. Ils ont été immédiatement vendus à trente-cinq pays au Festival de Cannes. Nous avons donc fait les sept suivants. Cela nous a menés jusqu’à la fin 1984. Et tout d’un coup, les gens ont commencé à vouloir y participer. Des guest stars voulaient - faisaient la queue - pour participer ... les éclairagistes voulaient s’occuper de la lumière. Les studios ont soudain commencé à s’y intéresser de plus près. Hum… je ne devais pas me battre aussi durement pour Doyle, car chaque fois que j’allais répéter, je leur présentais le Canon en disant : "J’adore votre adaptation. Merci. Magnifique, très bien, mais ne pensez-vous pas que ceci est mieux ? " Enfin, ça a continué. Ils avaient horreur que je fasse ça !
 
K: [petit rire]
 
J : Donc, la première semaine de répétition, c’était Doyle, pour revenir à Doyle. Ensuite, la deuxième semaine, c'était les répétitions, puis, cinq semaines de tournage.  Lentement, très, très lentement, nous avons tous commencé à remarquer que Doyle trouvait un public. Vous savez quand je suis revenu à Londres en 1982, j’ai cherché à acheter les tirages originaux du Strand Magazine, je n'ai pas pu en trouver un seul. Je n’ai pas pu trouver les œuvres complètes de Doyle. Finalement, je les ai dénichées à Foyles, à Londres, et c’était une édition américaine, qui avait été expédiée et n’avait pas trouvé preneur, c’est comme ça que je les ai obtenues. À présent, Doyle est partout. Partout ! Alors, ça fait plaisir à Dame Jean, tout particulèrement, parce qu’elle est la dernière de sa lignée…
 
K : C’est triste.
 
J :… et elle n’a qu’un désir, que son Papa soit reconnu à sa juste valeur.
 
K : Nous avons l’édition américaine. Elle n’est plus toute jeune, maintenant, mais je suis content que nous ayons pu l'obtenir.
 
J : La couverture est rouge.
 
K : C'est… oui, je crois bien.
 
J : C'est sûr. C’est celle que j’ai.
 
K : C’est assez volumineux.
 
J : En effet.
 
K : Un excellent livre. Il nous a beaucoup plu. "Charles Augustus Milverton" est-elle bien la sixième qui va être… ?
 
J : Non. C’est celle que je viens de finir. C’est une histoire incroyable ! Quand vous lisez quelque chose disant : "Lady Diane décharge les six coups de son revolver dans la poitrine de Milverton, lui écrase le visage avec le talon de sa chaussure et le piétine ..." ça va, mais quand vous le montrez, ce n’est pas beau à voir. [Rires.] Et j’avais une partenaire merveilleuse dans ce dernier film. Dame Gwen Ffrangcon Davies. Elle a cent un ans, ce qui est fascinant, car bien sûr Doyle aurait très bien pu la voir, puisqu’il est mort en 1930, et elle, bien sûr, est née en 1890, et pendant le tournage elle a dit : "Cette dame est mal habillée". Et j’ai demandé : "Que voulez-vous dire, Dame Gwen ? " Et elle a répondu : "Eh bien, je le sais, parce que j’y étais. Elle devrait porter un jupon en toile de jute - un jupon très amidonné - et soulever sa robe en marchant sur le gravier. " On ne peut pas réfuter ça, on ne peut pas en douter. Elle y était. Alors c’était passionnant. Une dame charmante, charmante, vraiment charmante.
 
K : Quand aurons-nous l’occasion de voir ça ?
 
J : Ce sera pour Noël chez nous en Angleterre, et je pense pour vous, Noël l'année prochaine.
 
K : Oui, oui.
 
J : Je vais rentrer pour refaire une prise de vue lundi, et je crois que le compositeur  - le génial Patrick Gowers - déménage le lendemain, et je pense qu’il y a une projection pour la presse le 17 décembre à Londres, et ensuite, le film sort le 2 janvier.
 
K : Quel est votre programme maintenant pour cette tournée aux Etats-Unis ? Faites-vous une visite éclair ou bien prenez-vous le temps de souffler ?
 
J : Oui. J’ai pris des vacances. Tout ça est un cadeau de  "Saint Peter" de Mobil. Ils m’ont dit - je venais juste de finir le film - c’est un hors-série de deux heures - "Aimeriez-vous voir du pays ? " Et j’ai répondu : "Oui". Ils ont dit : "Eh bien, si vous nous faites confiance, nous allons tout arranger". Et j’ai dit : "Retenez bien que je viens juste de terminer le tournage et j'ai vraiment besoin de vacances. " Et ils m’ont répondu : "D'accord". Alors, j'ai pris l'avion pour New-York. Je crois que c’était autour du 28 septembre. Et j’ai passé une semaine là-bas. J’avais des journées entières de liberté, alors je pouvais visiter des galeries, ou aller à l’opéra. J’ai même pu me faufiler dans un théâtre. Ensuite, j’ai passé une semaine à Los Angeles, au Beverly Hills Hotel, où je pouvais nager entre deux interviews. Alors, cela signifie que je pouvais par exemple faire trois longueurs, sortir de l’eau et rencontrer quelqu’un. Du coup, j’ai retrouvé la forme. Et là-bas, j’ai eu trois jours de libre. Ensuite, je suis allé à Atlanta - enfin non -  je suis allé à Dallas, dont je suis tombé amoureux... complètement tombé amoureux de Dallas ! J’étais dans la ville même, dans un endroit qui s’appelle le Loews Anatole Hotel. Il a été construit pour Reagan en 1984. Et j’étais dans la tour, qui est immensément haute et très métaphysique - je ne vois pas comment dire autrement, et ensuite, je suis allé dans le Missouri [Jeremy chante un extrait de "Across the Wide Missouri"], et j’ai pris l'avion, et ce merveilleux vieil homme m’a dit ce que je devais faire quand je reviendrais, c’est à dire prendre le "Mississippi Delta Queen" de Saint Louis à la Nouvelle-Orléans. C’est un bateau très lent... [Il imite le bruit d’un bateau à roues à aubes. ] "bum-bum-bum bum" et le voyage prend sept jours, alors, il faut que je revienne pour le faire. Ensuite, bien sûr, je suis allé à Atlanta qui était en effervescence avec les Jeux Olympiques - et les Braves [équipe de baseball]. Du coup, j’ai porté mon tomahawk, n’en déplaise à Jane Fonda…
 
K: [Rires]
 
J : Ensuite, j’ai fait un petit détour par Detroit, mis les pieds au Canada, et transmis le bonjour sur C.B.C. partout à Terre-Neuve et jusqu'à Vancouver. C’était donc très agréable. Et l’un de mes plus grands fans est J. P., six ans, de Resolute Bay, dans l’Alaska.
 
K : Ça alors !
 
J : Et il m’a écrit cette lettre qui disait : "S’il vous plaît, faites d’autres Sherlock Holmes. Ça rend mon Papa heureux." Du coup, j’ai pu lui dire que j’allais le faire… et j’ai pu le saluer de la main.
 
K : Excellent.
 
J : Ensuite, je suis allé de là à Philadelphie, ce qui est merveilleux, car j’adore Philadelphie. J’y suis déjà allé. Washington, bien sûr. J’y suis allé. J’adore Washington ! Le siège du pouvoir... tous ces hélicoptères qui passent, vroum-vroum, ils partent tous en week-end.
 
K : [Rires]
 
J : C’était passionnant. Ensuite, Boston. Un peu snob pour moi Boston, mais pas mal. Mais WGBH compte énormément pour moi, car c’est la chaîne de ma femme. Ma défunte épouse a créé "Mystery Theatre", "Classic Theatre", "Piccadilly Circus", et co-produit "Masterpiece Theatre" pendant les dix-sept dernières années de sa vie.
 
K : Elle était la productrice initiale de… ?
 
J : Oui.
 
K : Mon Dieu !
 
J : Joan Wilson.
 
K : Oui.
 
J : Et puis, elle est morte. Tout ce voyage, c’est réellement en sa mémoire, vraiment… et pour ses enfants. [Pause.] Oui, il m’a fallu du temps pour voir les choses sous cet angle. J’ai pu parler d’elle, et m'assurer qu’on ne l’oublie pas…
 
K : Vous avez mentionné votre fils, David, parmi vos enfants…
 
J : J’ai eu David… de mon premier mariage.
 
K : L’un de vos enfants a-il un penchant pour le théâtre ?
 
J : Non, aucun d'eux. David est peintre à présent, et un bon peintre, un artiste.
 
K : Dans les arts.
 
J : Dans les arts. Caleb est avocat. Et un bon avocat. Et quelqu’un d’extrêmement intéressant. Il vient juste de faire le tour du monde; tranquillement, pendant trois ans, et c’est vraiment un homme très remarquable. Et ma Rebecca… elle est… je l’appelle "Miss Fossette". Elle a une fossette, causée par une brosse à dents quand elle était petite. Et elle est extraordinnaire ! Elle a trois enfants magnifiques, que j’ai vus la semaine dernière. La petite dernière s’appelle Christine. Elle est grande comme ça [il écarte les mains d’une trentaine de centimètres] avec plein de cheveux - elle est née avec une crinière de cheveux ! Incroyable ! Ils sont adorables. Donc tout ça était vraiment merveilleux. C'était comme des vacances.
 
K : Combien de temps resterez-vous à Chicago ?
 
J : Je dois malheureusement prendre l’avion jeudi soir pour rentrer à la maison, car je dois reprendre le tournage lundi. J’espérais pouvoir gagner un jour de plus, mais je dois rentrer, comme ça je peux le faire passer en dormant - le décalage horaire - et m'assurer de n'avoir pas trop les yeux cernés.
 
Diane Srebro : Kevin, je suis navrée de vous interrompre, mais il y a quelqu’un d’autre après.
 
K : C’est l’heure ? O.K., on va boucler. Y a-il des choses que nous n’avons pas abordées et que nous aurions dû faire avant qu’on remballe ? En ce qui concerne les questions posées, y-a-t-il quelque chose que nous n'avons pas appris sur vous et que nous aurions dû ?
 
J : Oui, juste une chose, c’est qu' Edward Hardwicke vous fait toutes ses amitiés, mais il est en train de jouer une pièce.
 
K : Ce qui nous amène à notre conclusion : Au nom de Joann, de moi-même et de tous ceux d’entre nous qui aimons la série, nous voulions vous remercier tous les deux, parce que vos interprétations - et les liens tissés entre ces personnages - atteignent à nos yeux un niveau de perfection dont nous nous délectons… dont nous nous délectons véritablement. Alors, je vous en prie, faites-lui passer le message.
 
J : D’accord.
 
K : Ok.[Kevin serra la main de Jeremy, et Jeremy envoya un baiser d’adieu à Joann.]
 
Kevin P. Murphy. Le 17 avril 2006.
Interview par Kevin P. Murphy, 6 Novembre 1991
TRADUCTION FRANÇAISE
VERSION ORIGINALE
ACCUEIL
RETOUR