" Elementary, My Dear Watson"  with Edward Hardwicke - 26/08/2003 
VERSION ORIGINALE
" Elémentaire, Mon Cher Watson" : Une interview avec Edward Hardwicke 
TRADUCTION FRANÇAISE
Well, I think he’s the audience. I think he is the, sort of, receptor of the idea. I think Watson really is every-man and one has to remind oneself that he’s working with, or associating with, a genius.
 
Conan Doyle wrote these extraordinary stories. I always think it’s the clash between the kind of beginning of everybody’s interest in science combined with the kind of Edwardian obsession with the Gothic. And it’s the clash of these two things in which Holmes represents the scientific mind who analyzes and people wanting explanations, which I think may be way Conan Doyle eventually turned to spiritualism; wanting some kind of explanation.
 
I spent some of my early years in Hollywood with my father who was under contract to RKO and amongst his very, very close friends was Nigel Bruce, who I remember very well. A lovely, avuncular, amusing man. Very good with children. I suppose I would have been about eight years old, and I remember him with great affection. I had no knowledge that the films were being made and it wouldn’t have meant a great deal to me at that age. But of course, subsequently, they became great heroes; he and Rathbone.
 
My father, Cedric Hardwicke, played Holmes in, umm, I think it was 1945, with Finley Currie playing Watson, and it was for the BBC. He only did the one, I think it was the Speckled Band. It’s memorable, mainly for Conan Doyle’s son, who talked before the actual play was recorded. Talked about his father and remembered being in a restaurant in a hotel in Edinburgh and his father identifying people, much as Holmes does.
Food is a-a very important part of the stories and certainly Watson is fond of his food . . . We eventually get to the inn and order some food and there’s a bowl of soup or something, I can’t remember exactly what it was, and one of my favorite moments is Watson was, umm, Holmes says to him, “How is it, Watson?” (and Watson replies) “It is disgusting, Holmes.” It was just a very nice comic moment that we share and I remember quite a few scenes in Baker Street where Holmes is having breakfast or they order – umm, Watson eats a great deal and Holmes doesn’t and picks at it.
 
One of my favorite films was “The Priory School” which was directed by John Madden, uh, I thought he did a wonderful job. It was a little film and, umm, I’m not suggesting that the others weren’t but there was something particularly filmic about what he did with it. I think it’s a very good story and the adaptation, I remember thinking, unlike some of them, was-was really, dare I say, didn’t improve Conan Doyle, but when you are translating text into a visual medium I think you have to take certain liberties and I think they did with that and I think they were all very positive. And I do remember it being – when I saw it I was very impressed by the way John Madden had put it together. Umm, uh, and-and the way the story had been adapted and it is certainly among my favorites of the series.
 
We filmed this – the final sequence in a cavern. I don’t know where it was, actually, I think it was somewhere in the peat district. But it was very dramatic and I thought it improved on the original story, dare I say it. Umm, and again John took advantage of the location and shot it very well and it was very exciting and very dramatic. And I think that’s to his credit, absolutely.
Jeremy was wonderful. In the end it was a bit like playing tennis with a great tennis player, if you manage to stick the racket in the right place he’s gonna hit it hard enough at you for the ball to just go back. I have people ask me about Jeremy and I have no reservations about the fact that I thought it was a great performance on song it was superb. And he had the ability, which I’ve never understood how he did it, to bring a kind of, a phrase I’ve used, a whiff of Edwardian acting onto the small screen which is, I mean, it’s minimalist television.
 
I think we shared a sort of sense of humor, umm, and he made it very easy, he would do extraordinary things, umm, I remember he used to walk around with one of those disposable cameras in his costume pocket and he would snap the crew, actors, whatever, and then every week he would pin these pictures upon the door of the studio. So everybody immediately went to look to see whether they were on the – Jeremy’s pictures. They were all . . . they were not great photographs, they were just snaps. But it had the effect of making it feel like a family team and Jeremy led it, no question about it, he led it.
 
He had one or two very crafty things he used to do. He was a terrible smoker, which didn’t help his health, and every morning on way to location he would buy sixty cigarettes which he would smoke during the day. And we filmed in a number of national trust houses in which smoking is forbidden. So Jeremy would get ‘round this because there would be a new director or somebody who didn’t know his habits. I knew bloody well what he was doing. And he’d call the director over and say, “I think, John, I think Holmes should smoke in this scene, I feel -” (John) said, “Oh, well, have a pipe.” (Jeremy would reply) “No, no, no, no. It requires a cigarette.” So he would then chain-smoke on the set, well everyone else was banned (begins laughing) Jeremy was smoking away. And they never picked it up, he would always find some way of doing that. And he had a black scarf which he would put ‘round his head . . . he had some very, very eccentric habits.
 
The series as a whole was a hugely happy time, umm, it’s obviously dominated by Jeremy, absolutely dominated by him. Umm, and the laughter, huge sort of gales of laughter. And dominated also by the most wonderful locations, I mean, we filmed in these beautiful, beautiful houses. Of which Cheshire is absolutely awash with marvelous nineteenth-century kind of folies which were built by business men and merchants and things. Although, curiously enough, the - uh-uh - most important one I suppose is Baskerville. We filmed that in an extraordinary house outside Stoke, which the location manager found by accident.
 
The whole series was a hugely happy occasion. Two wonderful producers, Michael Cox and June Wyndham-Davies, who were wonderfully knowledgeable about the stories. Lovely casts of people, these people were thrilled to be in it, they were thrilled to be in it. I made lifelong friends of a number of people I see frequently. And, as I say, dominated by Jeremy; hugely generous, umm, wonderfully eccentric.
 
But it was a very, very happy time and he’s deeply and sadly missed. I mean, I miss him, I miss – although we didn’t see a lot of each other after we’d finished he used to phone me in France and, uh, come up with jokes and he would never remember the tag and he’d have to put the phone down and ring back. But, umm, he was a-an extraordinary man and a great loss and sadly, I feel, not honored enough for what he did; he didn’t get any gongs for that performance. And it will be remembered, I’m sure, because I think he was an extraordinary Holmes.
In the sixties I was very fortunate to join the national theatre when Lawrence Olivier was running it and it was a kind of golden age for a bit. And sadly spoils you for everything else because all of us who were in that company look back now and think, ‘My God, how lucky we were.’ And Jeremy was part of that company. It was a very large group of actors, something like ninety of us, and we were divided into two separate companies and Jeremy was not – he and I were in different companies. So I never actually acted with him, though I used to see him a lot around the theatre. And, umm, he was much more a senior member of the company, really, he was very different to the Holmes that we all came to recognize as a great performance.
 
Yes, I was, luckily enough, doing a BBC Shakespeare of Titus Andronicus with Anna Calder-Marshall who is David Burke’s wife. And David suddenly came in one day and said, “Listen, umm, I can’t do – they may do another series of Sherlock Homes,” he said, “I can’t do it because I’ve accepted an offer to go to Stratford-on-Avon to work with Anna. We want to work together and we – it means we can have Tom,” their son, “with us. So, I’m gonna ring Granada and speak with Michael Cox and suggest that, perhaps, you might be considered.” So I said, “Oh, that’s fantastic!” And he rang Jeremy and it came - that’s how it happened. David couldn’t do it, because he wanted to go to Stratford, and so it fell to me.
 
I had seen them and I knew how the standard was hugely high. But as an actor it was thrilling to be asked to do it. Because we knew how good it was. And, umm, you know, I was familiar with the stories, not familiar enough as I subsequently became but I knew there was a, you know, a possibility of another ten or fifteen being done. And that was very exciting.
 
“The Abbey Grange” was the first one I was involved in. And a director called Peter Hammond, who subsequently did a lot of them, umm, did it and he gave a couple of notes which were hugely important to me and they made a lot of difference to the way I looked at the part. And I think it had been a deliberate choice, I think somebody thought, “He can help.” There was a sequence in “The Abbey Grange” where Holmes is pacing around trying to work this thing out and Hammond said to me, uh, “I want you to smoke.” And I-I said, “Yes, what, smoke what?” He said, “Cigarettes, I want you to smoke cigarettes.” So I (took a) cigarette and he said, “No, no, no,” he said, “Keep the cigarette very close to your face, don’t move it away too far.” And, it doesn’t really mean anything in its explanation but in the context of what we were doing it immediately made me think, “Yes, that suggests time and concentration.” And it somehow triggered something in the back of my head that made me think “Watson”, I don’t know why and I couldn’t explain it to you today.
 
But I remember saying to Jeremy, “I feel” – before that happened I remember saying to him – “I feel I’m disappearing inside my costume.” I just felt everything was too overwhelming and there wasn’t an awful lot for Watson to do and I do remember David saying that he found it very difficult to have to react a lot without having a lot of text. Jeremy subsequently found that he got a bit fed up, and I think understandably, with having to learn huge amounts of text and tried to get the writers to dispense a bit of it to Watson. So I picked up some of the kind of (begins to laugh) bits that Jeremy didn’t really want to do.
 
I remember one major problem which I had which was that I was always having to read things out of newspapers. And because I don’t – I have to wear glasses to read and couldn’t do it as Watson, so I was always learning vast quantities of newsprint, which I found very tedious.
 
The biggest compliment I had paid to me was, on several occasions, I was called “David”. People said, “David, can you move that way?” and I thought, “Well, there aren’t too many ripples here if they think I’m David Burke.” I really don’t know how I differed from David, I mean we were different. Subsequently I’ve read, people said I seem to be an older, graver Watson. That always worried me a bit because I thought – what I did feel very strongly about playing Watson with Holmes is that two people who work together in those circumstances have to have a lot of humor, there has to be a lot of laughter.
 
I consciously remember thinking every time there was an opportunity to bring out that sense of humor between the two people, the fact that you could smile about certain things that Holmes would say, or laugh at things that he would say, umm, seemed to me very important. It seems to me people who work together in a rather difficult job tend to laugh a lot.
 
There was a wonderful file which was passed around, The Baker Street File, which had, I mean, every single detail that appeared in the stories. And I remember, at one point, I think I had to use a fountain pen and, umm, I questioned, I said, “This seems very modern.” They said, “No, no, it’s not, it’s in the file,” and we looked it up; there it was. And I think somebody actually wrote and said – made some comment – and they were able to write back and say, “No, this is absolutely accurate.” And it was an amazing document, I think I’ve still got it somewhere. Umm, but it was a measure of the immense care that Granada took at that time with that series, I mean, there was just nothing that wasn’t studied and examined. It’s not easy doing period drama in modern England, I mean, you’ve got endless problems. The camera’s got endless problems with television aerials. And they had the most wonderful set of quickly remedied things, like I remember at one point we were filming in London and there were yellow lines on the road which you could see through that back window of the carriage which Jeremy and I were sitting in. So somebody came out and they had a roll of cobblestones, like a sort of – and they just went *fshh!* like that.
 
I think Michael Cox deliberately held back “The Empty House” until we’d done, I think, done two together, and felt sort of reasonably comfortable. Umm, I think “Empty House” is quite a tricky – uh – it’s tricky for Holmes because he’s got this kind of way-out disguise and then Watson fainting and everything, so it’s a bit – it’s a wonderful story but quite difficult and I was very grateful for the fact that it was kept back. And, and, by that time I’d got much – I’d felt much more confident about playing Watson.
 
Well, at least at the beginning of “The Empty House” it’s Watson with Lestrade and Holmes is not there so you have a chance to kind of establish something before the star appears, as it were. And so it was good that I had a bit of a chance to get into it before that.
L'un de mes films préférés est "L'Ecole du Prieuré" qui a été réalisé par John Madden, euh, je pense qu'il a fait un travail formidable. C'était un petit film et, euh, je ne veux pas dire que les autres ne l'étaient pas, mais il y avait quelque chose de particulièrement cinématographique dans ce qu'il en a fait. Je pense que c'est une très bonne histoire et l'adaptation, je me souviens avoir pensé, contrairement à certains, qu'elle était vraiment, si j'ose dire, qu'elle n'améliorait pas Conan Doyle, mais quand vous transposez du texte dans un médium visuel, je pense que vous devez prendre certaines libertés et je crois qu'ils l'ont fait et à mon avis tous d'une façon très positive. Et je me souviens - quand je l'ai vu, j'ai été très impressionné par la manière dont John Madden l'avait montée. Euh, euh, et la façon dont l'histoire avait été adaptée et elle est certainement l'une de mes favorites dans la série.
 
Nous filmions ceci - la séquence finale dans une caverne. Je ne sais pas où c'était, en fait je crois que c'était quelque part dans une tourbière. Mais c'était très dramatique et j'ai pensé que cela enrichissait l'histoire originale, si j'ose dire. Hum, et de nouveau John tira partie de l'endroit en le filmant très bien, c'était très excitant et très dramatique. Et je pense que c'est son mérite, absolument.
 
Jeremy était merveilleux. En fin de compte c'était un peu comme jouer au tennis avec un excellent partenaire, si vous parvenez à tenir la raquette à la bonne place, il va la frapper suffisamment fort pour que la balle soit renvoyée. Les gens m'ont questionné sur Jeremy et je n'ai aucune doute sur le fait d'estimer que c'était une formidable interprétation qui marchait bien, c'était superbe. Et il avait la capacité, je n'ai jamais compris comment il y parvenait, d'apporter une sorte de, une expression que j'ai utilisée, une touche d'interprétation Edwardienne sur le petit écran qui est, c'est à dire, de la télévision minimaliste.
 
Je crois que nous partagions un genre de sens de l'humour, hum, et il rendait ça très facile, il faisait des choses extraordinaires, hum, je me souviens qu'il avait l'habitude de se promener avec un de ces appareils jetables dans la poche de son costume et il prenait l'équipe en photo, les acteurs, n'importe quoi, et ensuite chaque semaine, il épinglait ces photos sur la porte du studio. Ainsi tout le monde venait immédiatement regarder pour voir s'il était dessus - les photos de Jeremy. Elles étaient toutes ... ce n'étaient pas des photographies de grande qualité, c'était juste des instantannés. Mais cela avait pour effet de créer une sensation de famille dans l'équipe et Jeremy la dirigeait, pas de doute là-dessus, il la dirigeait.
 
Il avait l'habitude de faire une ou deux choses très astucieuses. C'était un fumeur invétéré, ce qui n'arrangeait pas sa santé, et chaque matin sur le chemin du plateau, il achetait soixante cigarettes qu'il fumait durant la journée. Et nous tournions dans de nombreuses maisons du patrimoine historique où fumer est interdit. Alors Jeremy réussissait à y couper, parce qu'il y avait un nouveau réalisateur ou quelqu'un qui ne connaissait pas ses habitudes. Je savais sacrément bien ce qu'il faisait. Et il appelait le réalisateur pour dire : "Je pense, John, je pense que Holmes devrait fumer dans cette scène, c'est mon sentiment -" John disait : "Oh, eh bien, prenez une pipe." Jeremy répondait "Non, non, non, non. Cela exige une cigarette. " Ainsi, il fumait cigarette sur cigarette sur le plateau, bien que ce soit interdit pour tous les autres (il commence à rire) Jeremy fumait à l'écart. Et ils ne l'ont jamais pris sur le fait, il trouvait toujours un moyen d'y parvenir. Et il avait une écharpe noire, qu'il enroulait autour de sa tête ... il avait quelques habitudes très, très excentriques.
Eh bien, je pense qu'il [Watson] représente le public. Je pense qu'il est en quelque sorte le récepteur de l'idée. Je crois que Watson est vraiment Monsieur Tout-le-monde et il faut se rappeler qu'il travaille avec, ou qu'il est associé à un génie.
 
Conan Doyle a écrit ces histoires extraordinaires. Je pense toujours que c'est en quelque sorte l'opposition entre le début de l'intérêt de tout le monde pour la science, conjugué à l'obsession Edwardienne pour le gothique. Et c'est le choc de ces deux choses, où Holmes représente l'esprit scientifique qui analyse et les gens le désir d'explications, qui je pense a peut-être finalement conduit Conan Doyle au spiritualisme - en voulant une sorte d'explication.
 
J'ai passé une partie de mon enfance à Hollywood avec mon père qui était sous contrat à la RKO et parmi ses amis très, très proches, il y avait Nigel Bruce, dont je me rappelle très bien. Un homme charmant, paternel, drôle. Très gentil avec les enfants. Je suppose que je devais avoir environ huit ans, et je me souviens de lui avec beaucoup d'affection. J'ignorais que les films étaient réalisés et cela n'aurait pas signifié grand chose pour moi à cet âge. Mais bien sûr, par la suite, ils sont devenus de grands héros ; lui et Rathbone.
 
Mon père, Cedric Hardwicke, a joué Holmes en, euh, je crois que c'était en 1945, avec Finley Currie qui jouait Watson, et c'était pour la BBC. Il n'a fait que celui-là, je crois que c'était "Le Ruban moucheté". C'est mémorable, surtout en raison du fils de Conan Doyle qui a discuté avant l'enregistrement de la pièce définitive. Il parla de son père et se rappela, qu'étant au restaurant dans un hôtel à Edinburgh, son père identifiait les gens, tout comme le fait Holmes.
La série dans son ensemble fut une époque extrêmement heureuse, hum, évidemment dominée par Jeremy, totalement dominée par lui. Euh, et le rire, plutôt d'énormes éclats de rire. Et dominée aussi par les endroits les plus merveilleux, je veux dire, nous avons filmé dans ces magnifiques et très belles maisons. Dont le Cheshire est absolument envahi, ce genre de merveilleuses folies du dix-neuvième siècle qui ont été construites par des hommes d'affaires et des commerçants et d'autres. Bien que, assez curieusement, la - euh - la plus importante je suppose, est Baskerville. Nous avons filmé dans une maison extraordinaire, en dehors de Stoke, que le régisseur des repérages a trouvée par hasard.
 
La série toute entière fut l'occasion d'énormément de plaisir. Deux merveilleux producteurs, Michael Cox et June Wyndham-Davies, qui connaissaient remarquablement bien les histoires. Une distribution de gens adorables, ces gens étaient ravis d'être de la partie, ils étaient fous de joie d'en être. Je me suis fait des amis pour la vie dont je vois fréquemment un certain nombre. Et, comme je dis, dominée par Jeremy ; extrêmement généreux, merveilleusement excentrique.
 
Mais c'était une époque très, très heureuse et il nous manque profondément et tristement. Je veux dire qu'il me manque, je le regrette - même si nous ne nous voyions pas beaucoup l'un l'autre notre travail fini, il avait l'habitude de me téléphoner en France et, euh, trouvait des blagues et il ne se souvenait jamais de la fin et devait raccrocher le téléphone et rappeller. Mais, euh, c'était un homme extraordinaire et c'est une grande perte et malheureusement, je trouve qu'il n'a pas été suffisamment récompensé pour ce qu'il a fait, il n'a pas obtenu de récompense pour son interprétation. Et on se souviendra de lui, j'en suis sûr, car je crois qu'il a été un Holmes extraordinaire.
Je pense que Michael Cox attendit délibérément pour "La Maison vide" jusqu'à, je pense, que nous formions un duo ensemble et nous sentions suffisamment à l'aise. Euh, je pense que "La Maison vide"  est assez délicate - euh - c'est difficile pour Holmes car il a cette espèce de déguisement extravagant et ensuite Watson s'évanouit et tout le reste, c'est donc un peu - c'est une histoire magnifique mais très difficile et j'étais vraiment bien content qu'elle soit retardée. Et, d'ici là, j'avais beaucoup - je me sentais beaucoup plus en confiance pour jouer Watson.
 
Eh bien, au moins au début de "La Maison vide" il y a Watson avec Lestrade et Holmes n'est pas là, vous avez donc une chance de mettre en place quelque chose avant l'apparition de  la star, pour ainsi dire. Et ainsi c'était bien d'avoir un peu cette chance de m'introduire avant.
 
La nourriture tient une part très importante dans les histoire et certainement que Watson aime la nourriture... Nous finissons par entrer dans l'auberge et commandons à manger, il y a un bol de soupe ou quelque chose comme ça, je ne me souviens pas exactement de ce que c'était, et l'un de mes moments préférés est quand Watson était, hum, Holmes lui demande: "Comment est-ce, Watson ? " (et Watson répond) "C'est dégoûtant, Holmes. " C'était simplement un moment comique très agréable que nous partagions et je me souviens d'un assez grand nombre de scènes à Baker Street où Holmes prend son petit déjeuner, ou quand ils commandent - euh, Watson mange beaucoup et pas Holmes, il picore.
 


















souviens qu'il avait l'habitude de se promener avec un de ces appareils jetables dans la poche de son costume et il prenait l'équipe en photo, les acteurs, n'importe quoi, et ensuite chaque semaine, il épinglait ces photos sur la porte du studio. Ainsi tout le monde venait immédiatement regarder pour voir s'il était dessus - les photos de Jeremy. Elles étaient toutes ... ce n'étaient pas des photographies de grande qualité, c'était juste des instantannés. Mais cela avait pour effet de créer une sensation de famille dans l'équipe et Jeremy la dirigeait, pas de doute là-dessus, il la dirigeait.
 
Il avait l'habitude de faire une ou deux choses très astucieuses. C'était un fumeur invétéré, ce qui n'arrangeait pas sa santé, et chaque matin sur le chemin du plateau, il achetait soixante cigarettes qu'il fumait durant la journée. Et nous tournions dans de nombreuses maisons du patrimoine historique où fumer est interdit. Alors Jeremy réussissait à y couper, parce qu'il y avait un nouveau réalisateur ou quelqu'un qui ne connaissait pas ses habitudes. Je savais sacrément bien ce qu'il faisait. Et il appelait le réalisateur pour dire : "Je pense, John, je pense que Holmes devrait fumer dans cette scène, c'est mon sentiment -" John disait : "Oh, eh bien, prenez une pipe." Jeremy répondait "Non, non, non, non. Cela exige une cigarette. " Ainsi, il fumait cigarette sur cigarette sur le plateau, bien que ce soit interdit pour tous les autres (il commence à rire) Jeremy fumait à l'écart. Et ils ne l'ont jamais pris sur le fait, il trouvait toujours un moyen d'y parvenir. Et il avait une écharpe noire, qu'il enroulait autour de sa tête ... il avait quelques habitudes très, très excentriques.
 
La série dans son ensemble fut une époque extrêmement heureuse, hum, évidemment dominée par Jeremy, totalement dominée par lui. Euh, et le rire, plutôt d'énormes éclats de rire. Et dominée aussi par les endroits les plus merveilleux, je veux dire, nous avons filmé dans ces magnifiques et très belles maisons. Dont le Cheshire est absolument envahi, ce genre de merveilleuses folies du dix-neuvième siècle qui ont été construites par des hommes d'affaires et des commerçants et d'autres. Bien que, assez curieusement, la - euh - la plus importante je suppose, est Baskerville. Nous avons filmé dans une maison extraordinaire, en dehors de Stoke, que le régisseur des repérages a trouvée par hasard.
 
La série toute entière fut l'occasion d'énormément de plaisir. Deux merveilleux producteurs, Michael Cox et June Wyndham-Davies, qui connaissaient remarquablement bien les histoires. Une distribution de gens adorables, ces gens étaient ravis d'être de la partie, ils étaient fous de joie d'en être. Je me suis fait des amis pour la vie dont je vois fréquemment un certain nombre. Et, comme je dis, dominée par Jeremy ; extrêmement généreux, merveilleusement excentrique.
 
Mais c'était une époque très, très heureuse et il nous manque profondément et tristement. Je veux dire qu'il me manque, je le regrette - même si nous ne nous voyions pas beaucoup l'un l'autre notre travail fini, il avait l'habitude de me téléphoner en France et, euh, trouvait des blagues et il ne se souvenait jamais de la fin et devait raccrocher le téléphone et rappeller. Mais, euh, c'était un homme extraordinaire et c'est une grande perte et malheureusement, je trouve qu'il n'a pas été suffisamment récompensé pour ce qu'il a fait, il n'a pas obtenu de récompense pour son interprétation. Et on se souviendra de lui, j'en suis sûr, car je crois qu'il a été un Holmes extraordinaire.
Dans les années soixante, j'ai été très heureux de rejoindre le National Theatre lorsque Laurence Olivier le dirigeait et c'était un peu une sorte d'âge d'or. Et malheureusement cela vous gâche tout le reste, car nous tous, qui étions dans cette compagnie, regardons maintenant en arrière en pensant : "Mon Dieu, comme nous avions de la chance." Et Jeremy appartenait à cette compagnie. C'était un très grand groupe d'acteurs, nous étions quelque chose comme quatre-vingt-dix, et nous étions divisés en deux troupes distinctes et Jeremy n'était pas - lui et moi étions dans des troupes différentes. Ainsi je n'ai jamais vraiment joué avec lui, même si je le voyais beaucoup au théâtre. Et, hum, il était bien plus un membre éminent de la compagnie, vraiment, il était très différent du Holmes que nous avons tous considéré comme une remarquable interprétation.
 
Oui, j'avais la chance de jouer un Shakespeare de la BBC, Titus Andronicus, avec Anna Calder-Marshall, qui est l'épouse de David Burke. Et un jour David a fait soudain irruption et dit : "Écoute, euh, je ne peux pas le faire - il se peut qu'ils fassent une autre série de Sherlock Homes", il dit, "Je ne peux pas le faire parce que j'ai accepté l'offre d'aller travailler à Stratford-on-Avon avec Anna. Nous voulons travailler ensemble et nous - cela signifie que nous pouvons avoir Tom", leur fils, "avec nous. Alors, je vais appeler Granada et parler avec Michael Cox et suggérer que, peut-être, tu pourrais être pris en considération. " J'ai alors dit :" Oh, c'est fantastique! " Et il a appelé Jeremy et c'est arrivé - c'est comme ça que ça s'est passé. David ne pouvait pas le faire, parce qu'il voulait aller à Stratford, et donc ça m'est tombé dessus.
 
Je les avais vues et je savais à quel point le niveau était extrêmement élevé. Mais en tant qu'acteur c'était passionnant qu'on me demande de le faire. Parce que nous savions que c'était bien. Et, euh, vous savez, je connaissais bien les histoires, pas autant que par la suite, mais je savais qu'il y avait, vous voyez, une possibilité d'en faire dix ou quinze autres. Et c'était très excitant.
 
"Le Manoir de l'Abbaye" fut la première à laquelle j'ai participé. Et un réalisateur, appelé Peter Hammond, qui en a ensuite fait beaucoup, euh, la réalisa et me donna quelques notes qui ont été très importantes pour moi en m'indiquant de nombreuses nuances dans la façon d'envisager le rôle. Et j'imagine que cela a été un choix délibéré, je crois qu'on pensait : "Il peut nous aider."  Il y avait une séquence dans "Le Manoir de l'Abbaye" où Holmes fait les cent pas, essayant de travailler ce truc et Hammond me dit, euh, "Je veux que vous fumiez"." Et je répondis : "Oui, quoi, fumer quoi ?" Il dit : "Cigarettes, je veux que vous fumiez des cigarettes." Alors j'ai pris une cigarette et il a dit : "Non, non , non. Gardez la cigarette très près de votre visage, ne l'écartez pas trop". Et, cette explication ne signifiait vraiment pas grand-chose, mais dans le contexte de ce que nous faisions, cela m'a fait immédiatement penser : "Oui, cela suggère le temps et la concentration." Et en quelque sorte, cela a déclenché quelque chose au fond de ma tête qui m'a fait imaginer "Watson", je ne sais pas pourquoi et je ne pourrais pas vous l'expliquer aujourd'hui.
 
Mais je me souviens dire à Jeremy : "Je sens" - avant que cela arrive, je me rappelle lui dire - "J'ai l'impression de disparaître dans mon costume". Je sentais simplement que tout était trop écrasant et que Watson n'avait pas grand-chose à faire. Je me rappelle David [Burke] dire qu'il trouvait très difficile de devoir être très réactif sans avoir beaucoup de texte. Jeremy estima par la suite qu'il en avait un peu marre - et je trouve compréhensible qu'ayant d'énormes quantités de texte à apprendre, il essayait d'obtenir des scénaristes d'en donner un peu à Watson. Ainsi je récoltais quelques-unes de ce genre de bribes (il se met à rire) que Jeremy n'avait vraiment pas envie de faire.
 
Je me rappelle que le principal problème que j'ai eu, était de devoir toujours lire des choses dans les journaux. Et parce que je ne - je dois porter des lunettes pour lire et ne pouvais pas avec Watson - alors j'apprenais toujours d'immenses quantités d'informations, ce que je trouvais très fastidieux.
 
Le plus grand compliment que l'on m'ait fait, fut à plusieurs reprises, de m'appeler "David". Les gens disaient : "David, pouvez-vous bouger de cette façon ?" Et je pensais : "Eh bien, ça ne fait pas trop de vagues ici s'ils pensent que je suis David Burke." Je ne sais vraiment pas en quoi j'étais différent de David, je veux dire que nous étions différents. Par la suite j'ai lu que les gens disaient que je paraissais être un Watson plus âgé, plus grave. Cela m'a toujours un peu contrarié car je pensais - parce que j'étais convaincu en jouant Watson avec Holmes - que deux personnes qui travaillent ensemble dans ces conditions doivent avoir beaucoup d'humour, il doit y avoir beaucoup de rires.
 
Je me souviens avoir sciemment pensé à chaque fois qu'il y avait une occasion de mettre en évidence ce sens de l'humour entre les deux personnages, le fait que vous pouviez sourire de certaines choses que dirait Holmes, ou rire à d'autres, euh, me paraissait essentiel. Il me semble que les gens qui travaillent ensemble dans un travail plutôt difficile ont tendance à rire beaucoup.
 
Il y avait un dossier merveilleux qui circulait, The Baker Street File, qui contenait, c'est à dire, chaque petit détail qui apparaissait dans les histoires. Et je me rappelle à un moment, je crois que je devais utiliser un stylo à plume et, euh, j'ai demandé, j'ai dit : "Cela semble très moderne." Ils ont répondu : "Non, non, ça ne l'est pas, c'est dans le dossier" et nous avons cherché, ça y était. Et je pense que quelqu'un l'a vraiment écrit et dit - fit quelques observations - et ils étaient capables de répondre et dire : "Non, ce n'est absolument pas exact." Et c'était un document incroyable, je pense que je l'ai toujours quelque part. Euh, mais cela donnait la mesure de l'immense soin que Granada prenait avec les séries à cette époque, c'est à dire qu'il n'y avait absolument rien qui n'était pas étudié et examiné. Ce n'est pas facile de faire une dramatique d'époque dans l'Angleterre moderne, je veux dire que vous avez des problèmes innombrables. La caméra a eu sans arrêt des problèmes avec les antennes de télévision. Et ils avaient le plus merveilleux groupe pour corriger les choses rapidement, par exemple je me souviens qu'à un moment nous tournions à Londres et il y avait des lignes jaunes sur la chaussée que vous pouviez voir par la fenêtre arrière de la calèche où Jeremy et moi étions assis. Donc, quelqu'un est venu et ils avaient un rouleau de pavés, comme une sorte de - et ils y sont allés *fshh !* comme ça.
ACCUEIL
RETOUR