TRADUCTION FRANÇAISE
June Wyndham-Davies sur Wikipedia
LIEN INTERNET
VERSION ORIGINALE
Interview de June Wyndham-Davies
June Wyndham-Davies sur IMdB
JWD : June Wyndham-Davies
NW : Norma West
HC:  Helen Cohen (interviewer)
BM : Baptiste Marcel (interviewer)
 

HC: Pourriez-vous commencer par nous parler de votre travail et de votre rôle au sein de la série ?
 
JWD: J'avais fait une série à grand succès appelée Cribb, qui a rapporté beaucoup d'argent, et en conséquence, Granada fut en mesure d'entreprendre Sherlock Holmes. Maintenant, "Les Aventures"... - les 13 premiers épisodes, ont été produits par Michael Cox. Il vénérait Conan Doyle. L'une des choses les plus intéressantes est que... et je tiens à être créditée de ces propos,... était la suggestion de Jeremy Brett pour jouer Sherlock Holmes.
 
Peter Eckersley, qui était à la tête de cette dramatique, est décédé, et nous sommes allés à son enterrement. J'étais avec un réalisateur bien connu à cette époque, et ils lui demandèrent s'il aimerait diriger Sherlock Holmes. Il répondit : "Cela dépend de qui joue Sherlock Holmes". J'ai dit : "J'ai eu une excellente idée. Il me semble que ça devrait être Jeremy Brett".
JWD : June Wyndham-Davies
NW : Norma West
HC:  Helen Cohen (interviewer)
BM : Baptiste Marcel (interviewer)
 

HC: Could you start by telling us about your work with the series and your role within it?
 
JWD: I had done a very successful series called Cribb, and it made a lot of money, and as a result of that, Granada was able to take on Sherlock Holmes. Now, The Adventures... -the first 13 hours, was done by Michael Cox. He had a great love for Conan Doyle. One of the most interesting things is, and I like to be credited with this, was the suggestion of Jeremy Brett to play Sherlock Holmes.
 
Peter Eckersley, who was the head of drama, died, and we went to his funeral. I was with a quite well known director at that time, and they were asking him whether he would like to direct Sherlock Holmes. He said that it depends on who plays Sherlock Holmes. I said, "I've had a brilliant idea. I think it should be Jeremy Brett".
 
We can date it absolutely from that time of the funeral. They said it was a rather surprising thought, because he was considered to be a matinee idol at that time; very good looking, not the sort of man you would imagine Sherlock Holmes to be. Several months later, I suddenly heard on the grapevine that it was going to be Jeremy Brett, so I was very pleased about that.
 
Later on, it became my turn to take over as producer. I did The Return of Sherlock Holmes, 13 one hour episodes, The Sign of Four which was the first film on 35 millimetres that Granada had ever made. I think it's a very successful film. We have seen it on the big screen , and it really does very well. Then we went on to do The Casebook, but in between, Michael Cox came back to do six, and I went on to do several 2 hour movies.
 
HC: Jeremy Brett was often accused, especially in the tabloid media, of ham acting, which personally speaking I think extremely unfair. What do you think of this?
 
JWD: I've got a thing about tabloid journalists. They would not know ham acting if they saw it. The word ham comes from amateurs playing Hamlet. Jeremy was a brilliant actor, and I won't have otherwise. Towards the end, he did have difficulties with his respiratory system and getting the breath he wanted, and stature. Nobody knew better than him -the crumbling edifice if you like. But no, I won't have that. I think he was an idiosyncratic but quite definitive Holmes.
 
HC: During the series, there was hefty media coverage of the time when Jeremy had his breakdown. He suffered from maniac depression, which can make people fluctuate tremendously. Did this ever affect his acting, or the production?
 
JWD: It affected the series and the production because we would have weeks when he couldn't work. I can talk about this now that Jeremy has died, but he was 'sectioned' and he went to what, in the old days, we would have called an asylum. He had a dreadful time there, and I used to go and visit him there. It took a long time, but I eventually got Granada to foot the bills for him to go to a very special clinic. It's a rather remarkable story because he did so well there, and I was seeing him regularly. I went there to pick him up, and two tabloid newspaper man, from The Sun, had actually been clever enough to use his real name at the door, which is Jeremy Huggins. They went up to his bedroom where he was waiting for me, burst in with a camera, and said, "We have come to see if you have got AID's". He kicked them out.
 
Incidentally, I said his name was Huggins, do you know how he got the name Brett? When Jeremy told his father he was going to acting school and he was going to become an actor, his father simply said, "Well don't do it anywhere near where I am, because I don't want a shrieking lot of actors coming here." He said, "Don't use the family name." Jeremy said, "Well what name shall I use?" He said, "I don't care. Invent one if you like." Jeremy had only had one suit taylored for him at that point, so he looked inside his suit and it was by a taylor called Peter Brett. So he said, "Well, I'll use Brett". That's true!
 
HC: During this very low point, the media coverage was awful. Did this affect the ratings, or production of the series?
 
JWD: It never affected the ratings. We always did a very good ten to twelve million. But he was hounded. We were all hounded. They were miserable, horrible creatures. They didn't take on board that he not only had a mental illness, but because he had rheumatic fever at seventeen years old, he had a serious physical illness too. He was on drugs for both, which had side effects. Production wise, of course we lost days and days. There were times when he had to be lifted in a chair to go upstairs, because he was so weak.
 
HC: In the last few episodes, you could see that he was ill. How did this affect his acting?
 
JWD: He had an inhaler that he had to use the whole time to get his breath. The make-up woman fanned him constantly because he dripped with sweat, absolutely dripped. We had to make very short takes and say, "Are you all right?" He would say, "Yes, my darling heart, I'm all right of course!" They gave him cortisone, which puffed him up, like Elvis Presley. We had a terrible time frankly. I found that I wanted to get away from Sherlock Holmes. I loved Jeremy, not just fond of him, but it was very debilitating for me as well.
 
NW: You were never really free of Jeremy. He wasn't a good sleeper at that time, so the telephone rang all night. He would expect you to be up and ready to go somewhere at four in the morning, to have a discussion about something. "My darling! I'm coming round. We must talk about this!" You would say, "But Jeremy, it's four in the morning. I'm trying to get some sleep. We have a six O'clock call. Please give me another hour."
 
The sound people had some difficulty on The Master Blackmailer because there were times with his breathing when they simply had to do things again, because you could hear him gasping. You couldn't have that with Holmes.
There was a lack of movement then -none of those lovely little skips and hops, and runs when other people would have walked. Those quick, pivotal turns on the spot. Those exclamations -there were none of these, and I don't know that we have anyone that will do it again.
 
One of the things he used to do was to watch you rehearsing. June, having been an actress herself knows the value of rehearsal. She also knows, having been a producer, if you have rehearsed before hand, you don't waste any time when you actually get on the set. If you have spent 10 days before, sorting out problems, you come and you do it. Everyone is there and ready to go at the same time. Jeremy always used to sit on the side and watch you rehearsing a scene. At the end of Blackmailer, there is a marvellous scene with Robert Hardy. A scene had been written, and it was fine, but it just didn't have any sparks. Jeremy was sitting at the side, and said, "Darlings! I think we should go back to the original." And so, we got the story out, and read it. Jeremy said "My darlings, it's so much better. That's what we are going to do!"
 
So, it was typed up for us, and we learnt it. It was in the old traditional style. Peter Hammond said to me, "When you play it, imagine that you are Tosca. This is an opera. Play it like that -it deserves it." And it did, and it worked. There are people that would say that was ham. I don't think it is. It's passionate, and people have become embarrassed by pure passionate emotion, and I think that is a tremendous shame.
 
JWD: I would absolutely agree with that. I can remember some of the lines -"He was a hound; kill the hound!" But it really, really worked. Doyle knew that when he wrote it.
 
HC: Is this the end of television Sherlock Holmes?
 
JWD: We had approximately ten years of it. Who can tell? I just don't know. Americans nearly always dictate in the end, by the amount of money they have in comparison to us, what they want to see. Well, we have still got a wonderful Watson if they decide to do it again. I think we have got the definitive -I don't know why they would want to do it again.
 
HC: Is there anyone who could even begin to step into Jeremy's shoes?
 
JWD: He was absolutely unique. There is a very good actor, who was in The Dying Detective -he played the wicked man (Jonathan Hyde)- he is a splendid actor, and was playing a vile man in that. I suppose he could take on Sherlock Holmes. I don't know anybody else.
 
HC: Would you agree that it would have to be a British actor, rather than an American?
 
JWD: Absolutely.
 
HC and BM: Thank you.
Some of these were because the stories had become quite difficult; they were about 2-3 pages long and not a lot happened. We had to consider how we could do certain things. The Vampire' was one - it was very short and we worked out that we could turn this into a film, particularly as there has been a lot of media pressure to do something like this. I don't know if you know this, but the two biggest audience pullers in the world are Sherlock Holmes and Dracula, so it was a very good idea to make this film. We got a lovely cast, we went to the most marvellous village for it, and I thoroughly enjoyed it - and people were frightened when they saw the film.
 
HC: Have you ever read any of the Conan Doyle stories, and what is your opinion of them?
 
JWD: Yes, of course. I had read them long before I did the series. I think he is a most marvellous writer. I also very much like the series done by the BBC about the time when he was training to be a doctor, and I think they would be very good to be done again.
 
HC: Could you tell us a little about what it was to work with Jeremy Brett on the series?
 
JWD: Well now, a little bit you say? I could talk for hours and hours about Jeremy Brett. He was one of the most surprising people you could ever come across, because he had two sides. One, he was kind, loving, demonstrative and you couldn't ask to be with a better person. When his depression was upon him, and he suffered from depression of the worst kind, he was a different person entirely. I've never know anyone whose personality could change so much. he would become aggressive and not want to continue. I had so many conversations with Jeremy about not wanting to continue as Sherlock Holmes. He felt that Sherlock Holmes had turned him into a monster. Jeremy Brett was like that before he ever came to Sherlock Holmes, but it wasn't his fault and it certainly wasn't Sherlock Holmes fault.
 
HC: Did you work with both the actors who played Dr. Watson - David Burke and Edward Hardwicke?
 
JWD: I met David Burke when I was going to do The Return , the first of which was The Abbey Grange. He had just had a wonderful offer which was to go to Stratford Memorial Theatre and play, with his wife. He came to me, and he said, "This is terrible. You are going to take over, and I am leaving, and it looks so bad. I'm so sorry, but I can't miss this opportunity." One of the things I have done throughout my career, is that if an actor has had a chance that is going to enhance his career, I had never stopped him and I never would. It was Edward Hardwicke I chose to be Dr Watson, and I actually believe he was better.
 
HC: Was Edward Hardwicke different in style and approach to the series from the previous actor, David Burke?
 
JWD: Yes. David had a more 'modern' approach and a more abrasive personality. Edward is to me the definitive Dr. Watson. He has everything that Conan Doyle speaks of. He is the most lovely actor to work with and he is a great personal friend.
 
HC: When you first started making the series; bearing in mind the huge number and variety of previous adaptations of Sherlock Holmes, both national and international, how did you approach making your own series, and did you find that any of the previous adaptations had influenced your work?
 
JWD: I'll tell you quite honestly that I didn't want to do it. I went and I said, "Listen. I've done Victorian detectives until they are coming out of my ears and I don't want to do them anymore. I'm fond of Jeremy, but I don't want to have to take all of his problems, tribulations, etc." Because he was becoming very ill even then. Anyway, I was convinced that I had to do it. I decided that I must, from my own point of view, as there had been so many previous attempts, make it as visual as I could. So I took it out of what I considered to be the box-like theatre way of doing it, and made it hugely visual. I got the best film-makers I could find to direct, and Peter Hammond is one, in my opinion.
 
BM: One of the things that amazes us in France, is the beautiful landscapes, and cottages It is really typical England, and has a je ne sais quoi.
 
JWD: Well, we were very lucky. One of the worst things is trying to show London as it was in Victorian times, and Manchester cannot be London. Manchester was the home of our recording studios. So, we had to go to Liverpool and surroundings to be able to get the look of London. The big plus was that all around Manchester, into Cheshire and surrounds, there are some of the most wonderful mansions you could ever find, and some of the best scenery. We had such a choice.
 
HC: Previous Sherlock Holmes' tend to have been played as somewhat stilted, arrogant upper-class types. Jeremy Brett had an entirely different approach. He played a very explosive, enthusiastic, exuberant Sherlock Holmes. How much of this was him, and how much your adaptation?
 
JWD: Well, he was totally idiosyncratic. When he was asked if he would play Sherlock Holmes, he said straight away, "No !" He certainly would not. The irony about Jeremy Brett is that he was from a stiff, upper-class kind of family. He was Eton educated and went after that, much to his father's horror, to drama school. His father was ex-army, a Brigadier General, who had been gassed during the war. That's the family he came from. He was totally English upper class. You could hear it in his magnificent voice. I will tell you one thing, that Laurence Olivier told him when he joined the National Theatre. He said, that to be an actor you require two things. It is the voice of an orchestra, and the body of an athlete.
 
HC: What did Jeremy Brett think of the voice-overs of Sherlock Holmes for the international marketing of the series?
 
JWD: He said that the French had given him a good voice -he liked that, but he hated the German voice. He said it sounded too effeminate.
 
BM: The French voice was Jacques Thébault. He was also the voice of Patrick McGoohan in Danger Man and The Prisoner. He also is the voice of Bill Cosby in a few shows! He has a lovely deep voice.
 
HC: Most of the previous Watsons were played as idiots or buffoons to contrast sharply with the intellect of Sherlock Holmes. The Watsons in this series were completely different. They were played as sensitive, intelligent medical men. Can you tell us how this came about?
 
JWD: The thing is, if you read your Conan Doyle, he can't be a 'bumbler', or why else would Sherlock Holmes leave him in The Hound of the Baskervilles to get on with it. Sherlock is hardly in the Hound, just popping around the countryside. Just to mention Edward Hardwicke. His father was Sir Cedric Hardwicke, a famous English actor and star in Hollywood. As a little boy, this 'English set' were all there -C. Aubrey Smith, and Nigel Bruce whom he adored. Edward took a little bit of Nigel Bruce, and a little bit of his father, but essentially what comes through is himself.
 
HC: A major issue in Sherlock Holmes is his use of drugs. Throughout the canon he does abuse cocaine and other stimulants. How did you broach this issue, which is so sensitive in the modern world.
 
JWD: The first series had faithfully had him taking the seven per-cent solution. But, at an early point, we went to Cornwall for The Devil's Foot. I had been terribly worried, because we had the police coming to us about would we help the drug abuse issue. Here we have a leading man 'shooting up'. I approached Jeremy about this, saying, "I know you want to stick as closely as you can to the original, but how would you feel if we showed you giving it up?" As you know, he starts off very ill in The Devil's Foot. He went away and thought about it, and came back saying, "You are absolutely right. I will give it up." So we worked out how he would bury the apparatus in the sand, and we never went back to it again. There was a moment later in the series when Edward Hardwicke opens the drawer to see whether Holmes has taken the stuff out, but it was there undisturbed, to show that he has not used it.
 
HC: When the series started, the emphasis was very much on trying to keep it as close to the canon as possible, to the extent of seeing scenes taken from the original drawings by Sidney Paget in The Strand Magazine. A lot of the later ones, for example, The Master Blackmailer, and The Sussex Vampire actually strayed a long way from the canon. How do you feel about this?
 
JWD: We got to the point where we were truly running out of material to make a full hour. So, we would take bits and pieces and expand on them, like The Master Blackmailer. Charles Augustus Milverton is one of the most marvellous characters I think, but there is very little to show what he does in the story. We used writers that had adapted the previous stories most faithfully, and they would then invent certain bits. For example in The Dying Detective, the whole front of The Dying Detective was an invention which made the short story really work. We tried awfully hard and Jeremy fluctuated. Sometimes he would say , "This is the most wonderful script I've ever done", and then sometimes he would say, "Oh, but you have strayed from the original story." And to me afterwards would say, "It was rather good, wasn't it?" But never to them. And different people would write different things in various magazines. I would almost give up; I had got to the end of my tether.
 
HC: Mrs West, you mentioned that you played the major female role in The Master Blackmailer, and how you enjoyed putting your foot on the face of Charles Augustus Milverton having shot him. You also mentioned that you liked playing villainesses. This role is somewhat unusual in that she is a victim, but at he same time a killer. Could you tell us more about that?
 
NW: You have to understand that she has been completely and utterly driven to it. The lives of many people will be ruined if he goes ahead with his threat. I think the most interesting thing about the episode is that Sherlock Holmes and Dr. Watson witness the whole thing, and do nothing. That is extraordinary, especially when Holmes picks up her buckle and removes the evidence from the scene. She was a very straight forward woman who made a bad mistake. She fell in love, and did the worst thing -put something on paper. We must all remember not to do that! And then circumstances took over and one worked it through from there. It's a slow build of emotion. What am I going to do about this? How am I going to resolve it? It is going to affect other people's lives -this can't happen. It's a slow progression, like climbing stairs.
HC: Jeremy Brett a souvent été accusé, en particulier dans les tabloïds, de cabotinage, ce qui pour ma part, est je crois extrêmement injuste. Qu'en pensez-vous ?
 
JWD: J'ai une chose à dire à propos des journalistes de la presse à scandales.  Ils ne reconnaitraient même pas du cabotinage s'ils le voyaient. Le mot cabotinage provient des amateurs jouant Hamlet. Jeremy était un excellent acteur, et je ne veux pas dire autre chose. Vers la fin, il avait en effet des problèmes avec son système respiratoire pour obtenir le souffle qu'il souhaitait, et avec son poids. Personne ne le savait mieux que lui - l'édifice qui s'écroule si vous voulez. Mais non, je ne tolérerai pas ça. Je pense qu'il était un Holmes idiosyncrasique mais le Holmes absolument définitif.
 
HC: Pendant la série, il y eut une énorme couverture médiatique de l'époque où Jeremy fit sa dépression. Il souffrait de maniaco-dépression, qui peut faire énormément changer les gens. Cela a-t-il jamais affecté son interprétation, ou la production ?
 
JWD: Cela n'a jamais affecté les audiences. Nous avons toujours atteint un très bon chiffre de dix à douze millions. Mais il était traqué par la presse. Nous étions tous traqués. Ils étaient abjects, des créatures odieuses. Ils ne réalisaient pas qu'il avait non seulement une maladie mentale, mais, qu'à cause d'un rhumatisme articulaire aigu à dix-sept ans, il souffrait également d'une pathologie grave. Il était sous médicaments pour les deux, ce qui entraînait des effets secondaires. Du point de vue de la production, nous perdions bien sûr des jours et des jours. Il y avait des fois où il devait être soulevé dans une chaise pour monter à l'étage, tellement il était faible.
 
HC: Dans certains des derniers épisodes, on pouvait voir qu'il était malade. Comment cela a-t-il affecté son interprétation ?
 
JWD: Il avait un inhalateur qu'il devait utiliser tout le temps pour reprendre son souffle. La maquilleuse l'éventait sans cesse car il dégoulinait de sueur, totalement dégoulinant. Nous devions faire de très courtes prises et demander : "Tu vas bien ?" Il répondait : "Oui, mon petit cœur, bien sûr que je vais bien !" Ils lui ont donné de la cortisone, ce qui l'a gonflé, comme Elvis Presley. Franchement, nous avons vécu une période très éprouvante. J'en suis arrivée à vouloir quitter Sherlock Holmes. J'aimais Jeremy, j'éprouvais plus que de l'amitié pour lui, mais c'était très débilitant pour moi aussi.
 
NW: Vous n'étiez jamais vraiment libéré de Jeremy. Il dormait mal à l'époque, de sorte que le téléphone sonnait toute la nuit. Il vous demandait d'être debout et prêt à aller quelque part à quatre heures du matin, pour discuter de quelque chose. "Ma chérie ! Je viens te voir. Nous devons parler de ça !" Vous disiez : "Mais Jeremy, il est quatre heures du matin. J'essaie de dormir un peu. Nous devons nous lever à six heures. S'il te plaît donne-moi encore une heure."
 
Les preneurs de son ont eu du mal dans Le Maître-chanteur d'Appledore à cause de sa respiration par moments, et devaient tout bonnement refaire les choses, parce que vous pouviez l'entendre haleter. Ce qui n'était pas possible avec Holmes.
Il y avait un manque de mouvement à cette époque-là, plus de ces jolis petits sauts et ces petits bonds, de ces pas de course lorsque d'autres personnes auraient marché. Ces demi-tours rapides sur place. Ces exclamations, il n'y en avait plus, et je ne sais pas si quiconque le referait.
 
L'une des choses qu'il avait l'habitude de faire était de vous regarder en répétition. June, qui a été actrice elle-même connaît l'importance des répétitions. Elle sait aussi, ayant été productrice, que si vous avez répété au préalable, vous ne perdez pas de temps lorsque vous arrivez finalement sur le plateau. Si vous avez passé dix jours avant, mis au clair les problèmes, vous arrivez et vous vous y mettez. Tout le monde est là, prêt à y aller en même temps. Jeremy avait toujours l'habitude de s'asseoir sur le côté et de vous regarder répéter une scène. À la fin du Maître chanteur, il y a une scène merveilleuse avec Robert Hardy. Une scène avait été écrite, et très réussie, mais elle était tout simplement terne. Jeremy était assis sur le côté, et dit : "Chéris ! Je crois que nous devrions revenir à l'original." Et alors, nous avons sorti et lu l'histoire. Jeremy a déclaré : "Mes chéris, c'est tellement mieux. C'est ce que nous allons faire !"
 
Ainsi, ce fut tapé au propre pour nous, et nous l'avons appris. C'était écrit dans un style classique à l'ancienne. Peter Hammond m'a dit : "Quand vous le jouez, imaginez que vous êtes Tosca. C'est un opéra. Jouez le de cette façon, cela le mérite." Et ça l'a fait, ça a fonctionné. Il y a des gens qui disent que c'était du cabotinage. Je ne le crois pas. C'est la passion, et les gens sont devenus gênés devant la pure émotion passionnelle, et je pense que c'est une énorme honte.
 
JWD: Je suis absolument d'accord. Je me souviens de certaines lignes - "Il était tel un chien, tuez le chien !" Mais ça fonctionnait vraiment, vraiment bien. Doyle le savait quand il l'a écrit.
 
HC: Est-ce la fin de Sherlock Holmes à la télévision ?
 
JWD: Nous avons eu environ dix années avec lui. Qui peut le dire ? Je ne sais pas. Les Américains font presque toujours la loi à la fin, par la quantité d'argent dont ils disposent par rapport à nous, et ce qu'ils veulent voir. Eh bien, nous avons toujours eu un Watson merveilleux s'ils décident de le refaire. Je pense que nous avons trouvé le définitif, je ne sais pas pourquoi ils voudraient le refaire.
 
HC: Est-ce qu'il y a quelqu'un qui pourrait, ne serait-ce que commencer à suivre les traces de Jeremy ?
 
JWD: Il était absolument unique. Il existe un très bon acteur, qui était dans Le Détective Agonisant - il jouait le méchant (Jonathan Hyde) - c'est un acteur magnifique, il y interprétait un individu ignoble. Je suppose qu'il pourrait jouer Sherlock Holmes. Je ne vois personne d'autre.
 
HC: Croyez-vous que ce devrait être un acteur britannique, plutôt qu'un américain ?
 
JWD: Certainement.
 
HC et BM: Merci.
Tout cela remonte exactement à cette date de l'enterrement. Ils répondirent que c'était une idée plutôt surprenante, parce qu'il était considéré à l'époque comme un acteur idolâtré par les femmes, très beau, pas le genre d'homme que vous imagineriez être Sherlock Holmes. Plusieurs mois plus tard, j'ai tout à coup entendu par le téléphone arabe que ça serait Jeremy Brett, je fus donc très contente.
 
Plus tard, ce fut mon tour de prendre le relais en tant que productrice. J'ai fait le "Retour de Sherlock Holmes", 13 épisodes d'une heure, "Le Signe des Quatre", qui a été le premier film en 35 millimètres jamais réalisé par Granada. Je pense que c'est un film très réussi. Nous l'avons vu sur grand écran, et il fonctionne vraiment très bien. Puis, nous avons continué avec "Les Archives", mais dans l'intervalle, Michael Cox est revenu faire six films, et j'ai poursuivi avec plusieurs longs métrages de deux heures.
 
Certaines histoires étaient devenues très difficiles à adapter, elles ne comptaient qu'environ deux ou trois pages et il ne se passait pas grand chose. Nous devions étudier comment nous pourrions faire certaines choses. "Le Vampire" par exemple - c'était très court et nous avons réfléchi à la façon de l'arranger pour en faire un film, particulièrement à cause d'une forte pression médiatique pour réaliser quelque chose de ce genre. Je ne sais pas si vous savez que c'est Sherlock Holmes et Dracula qui attirent tous deux le plus d'audience dans le monde, c'était donc une très bonne idée de faire ce film. Nous avons trouvé une belle distribution, nous sommes partis tourner dans le plus merveilleux des villages, et je l'ai énormément apprécié - et les gens avaient peur en voyant le film.
 
HC: Avez-vous déjà lu des histoires de Conan Doyle et qu'en pensez-vous ?
 
JWD: Oui, bien sûr. Je les avais lues longtemps avant la série. Je pense qu'il est l'écrivain le plus merveilleux. J'aime aussi beaucoup la série réalisée par la BBC sur l'époque où il s'instruisait pour devenir médecin, et je pense qu'il serait très bien de la refaire à nouveau.
 
HC: Pourriez-vous nous dire un peu comment c'était de travailler avec Jeremy Brett sur la série ?
 
JWD: Eh bien à présent, un peu dites-vous ? Je pourrais parler pendant des heures et des heures de Jeremy Brett. Il était l'un des hommes les plus surprenants que vous ne pourriez jamais rencontré, car il avait deux faces. D'un côté, il était gentil, affectueux, démonstratif et on ne pouvait pas souhaiter la compagnie d'une meilleure personne. Lorsqu'il tombait en dépression, et il souffrait de la pire des formes, c'était un être totalement différent. Je n'ai jamais connu quelqu'un dont la personnalité puisse changer à un tel point. Il pouvait devenir agressif et ne pas vouloir continuer. J'ai eu tant de conversations avec Jeremy au sujet de son désir d'arrêter Sherlock Holmes. Il avait l'impression que Sherlock Holmes avait fait de lui un monstre. Jeremy Brett était déjà comme ça avant qu'il ne devienne Sherlock Holmes, mais ce n'était pas sa faute, et ce n'était certainement pas la faute de Sherlock Holmes.
 
HC: Avez-vous travaillé avec les deux acteurs qui ont joué le Dr Watson - David Burke et Edward Hardwicke ?
 
JWD: J'ai rencontré David Burke alors que j'allais faire le Retour, le premier épisode était "Le Manoir de l'Abbaye". Il venait juste de recevoir une merveilleuse proposition pour aller au Stratford Memorial Theatre et jouer avec sa femme. Il est venu me voir, et m'a dit : "C'est terrible. Vous allez prendre le relais quand je m'en vais, et cela fait si mauvais effet. Je suis vraiment désolé, mais je ne peux pas laisser passer cette occasion." Dans ma carrière, l'une des choses que j'ai faite, c'est que, si un acteur a la possibilité de développer sa carrière, je ne l'ai jamais arrêté et ne l'aurais jamais fait. J'ai choisi Edward Hardwicke pour être le Dr Watson, et je pense qu'effectivement il était meilleur.
 
HC: Edward Hardwicke était-il différent par le style et l'approche de la série par rapport à l'acteur précédent, David Burke?
 
JWD: Oui. David avait une approche plus "moderne" et une personnalité plus mordante. Edward est pour moi le Dr. Watson définitif. Il possède tout ce dont parle Conan Doyle. C'est l'acteur le plus charmant dans le travail et c'est un grand ami personnel.
 
HC: Quand vous avez commencé pour la première fois à produire la série; en gardant à l'esprit le grand nombre et la variété des adaptations précédentes de Sherlock Holmes, à la fois nationales et internationales, comment avez-vous envisagé la façon de faire votre propre série, et avez-vous découvert que l'une des précédentes adaptations avait influencé votre travail ?
 
JWD: Je vais vous dire très honnêtement que je ne voulais pas le faire. Je suis allée dire : "Écoutez. J'ai produit des détectives victoriens jusqu'à ce qu'ils me sortent par les yeux et je ne veux plus jamais en faire. J'adore Jeremy, mais je ne veux pas prendre en charge la totalité de ses problèmes, ses troubles, etc... " Parce qu'il devenait très malade à  cette époque. De toute façon, j'étais convaincue que je devais le faire. J'ai décidé qu'il le fallait, de mon propre point de vue, puisqu'il y avait eu tellement de tentatives auparavant, le rendre le plus visuel possible. Je l'ai donc sorti de cette façon de faire que je considérais être un cadre théâtral, et l'ai rendu extrêmement visuel. J'ai trouvé les meilleurs réalisateurs que j'ai pu pour diriger, et Peter Hammond est l'un d'eux, à mon avis.
 
BM: L'une des choses qui nous surprend en France, c'est la beauté des paysages et des cottages. C'est vraiment typique de l'Angleterre, avec ce Je-ne-sais-quoi.
 
JWD: Eh bien, nous avons eu beaucoup de chance. L'une des pires choses est d'essayer de montrer Londres telle qu'elle était à l'époque victorienne, et Manchester ne peut pas être Londres. Manchester était le siège de nos studios d'enregistrement. Alors, nous devions nous rendre à Liverpool et dans ses environs pour pouvoir retrouver l'aspect de Londres. Le grand avantage c'était que tout autour de Manchester, dans le Cheshire et ses alentours, il existe quelques-uns des plus magnifiques châteaux que vous ne pourriez jamais imaginer, et quelques-uns des plus beaux paysages. Nous avions ces possibilités-là.
 
HC: Les Sherlock Holmes précédents ont tendance à avoir été interprétés de manière un peu guindée, une sorte d'aristocrate arrogant. Jeremy Brett a eu une approche totalement différente. Il a joué un Sherlock Holmes très explosif, enthousiaste, exubérant. Quelle était la part de lui-même, et la part de votre adaptation ?
 
JWD: Eh bien, il était totalement idiosyncrasique. Lorsqu'on lui a demandé s'il voulait jouer Sherlock Holmes, il a directement répondu, "Non !" Il ne voudrait certainement pas. L'ironie avec Jeremy Brett, c'est qu'il est issu d'une famille collet monté de la classe supérieure. Il a été éduqué à Eton et par la suite, à la grande horreur de son père, il est allé dans une école de théâtre. Son père était un ancien Général de Brigade de l'armée, qui avait été gazé pendant la guerre. Voilà de quelle famille il venait. C'était totalement l'aristocrate anglais. Vous pouvez l'entendre dans sa voix magnifique. Je vais vous raconter une chose, ce que Laurence Olivier lui a dit quand il a rejoint le National Theatre. Il a dit que, pour être acteur, vous avez besoin de deux choses. La voix d'un orchestre et le corps d'un athlète.
 
HC: Que pensait Jeremy Brett de la voix-off de Sherlock Holmes pour la commercialisation internationale de la série ?
 
JWD: Il a dit que les Français lui avaient donné une bonne voix, il l'aimait bien, mais il détestait la voix allemande. Il disait qu'elle était trop efféminée.
 
BM: La voix française était celle de Jacques Thébault. Il fut aussi la voix de Patrick McGoohan dans Danger Man et Le Prisonnier. Et également celle de Bill Cosby dans certaines de ses émissions ! Il a une belle voix grave.
 
HC: La plupart des Watson précédents étaient interprétés comme des idiots ou des bouffons dans le but de contraster très nettement avec l'intelligence de Sherlock Holmes. Les Watson dans cette série sont totalement différents. Ils sont joués comme des médecins sensibles et intelligents. Pouvez-vous nous dire comment cela s'est passé ?
 
JWD: Le fait est que si vous lisez Conan Doyle, il ne peut pas être un "patapouf", sinon pourquoi Sherlock Holmes l'aurait-t-il laissé continuer dans Le Chien des Baskerville. Sherlock est à peine présent dans Le Chien, il passe simplement dans le paysage. Juste pour évoquer Edward Hardwicke. Son père était Sir Cedric Hardwicke, un célèbre acteur anglais et la star de Hollywood. Petit garçon, toute la "Scène Anglaise" était là - C. Aubrey Smith, et Nigel Bruce, qu'il adorait. Edward a repris un peu de Nigel Bruce, et un peu de son père, mais c'est essentiellement lui-même qui en ressort.
 
HC: Le grand problème de Sherlock Holmes est sa consommation de drogues. Tout au long du Canon, il abuse de cocaïne et autres stimulants. Comment avez-vous abordé cette question, qui est si délicate dans le monde moderne.
 
JWD: La première série l'avait montré avec fidélité prenant la solution à sept pour cent. Mais à l'origine, nous sommes partis dans les Cornouailles pour tourner L'Aventure du Pied du Diable. Je m'étais sentie terriblement inquiète, car la police était venue nous voir pour solliciter notre aide concernant le problème de l'abus de drogue. Il y avait là le premier rôle en train de "se shooter". Je me suis approchée de Jeremy en évoquant ce sujet : "Je sais que tu veux coller le plus près possible à l'original, mais que ressentirais-tu si on le montrait abandonner cette pratique ?" Comme vous le savez, il commençait à être très malade dans L'Aventure du Pied du Diable. Il s'en alla réfléchir et revint en disant : "Tu as absolument raison. Je vais y renoncer." Nous avons alors mis au point la façon dont il enfouirait le matériel dans le sable, et nous ne l'avons plus jamais remontré. Il y a eu un moment plus tard dans la série lorsqu'Edward Hardwicke ouvre le tiroir pour voir si Holmes a pris la came, mais rien n'était déplacé, pour montrer qu'il n'y a pas touché.
 
HC: Lorsque la série a commencé, l'accent était mis davantage sur l'effort de se maintenir au plus près du Canon que possible, au point de voir des scènes tirées des dessins originaux de Sidney Paget dans le Strand Magazine. Plus tard beaucoup de films, par exemple Le Maître-chanteur d'Appledore et Le Vampire de Lamberley, se sont effectivement écartés loin du Canon. Quel est votre sentiment à ce sujet ?
 
JWD: Nous sommes arrivés au point où véritablement nous n'avions plus matière pour produire une heure entière. Ainsi, nous prenions des extraits et des parties et les développions, comme Le Maître-chanteur d'Appledore. Charles-Augustus Milverton est l'un des personnages les plus merveilleux à mon avis, mais ce qu'il fait dans l'histoire constitue très peu à montrer. Nous avons eu recours à des scénaristes qui avaient adapté les histoires précédentes le plus fidèlement, et ils inventèrent alors certains passages. Par exemple dans Le Détective Agonisant, toute la simulation du Détective Agonisant était une invention qui faisait réellement fonctionner cette courte histoire. Nous avons essayé avec énormément de difficultés et les fluctuations de Jeremy. Parfois, il disait : "C'est le scénario le plus formidable que j'ai jamais fait", et puis, parfois, "Oh, mais vous vous êtes écartés de l'histoire originale." Et ensuite il s'adressait à moi : "C'était plutôt bien, non ?" Mais jamais à eux. Et diverses personnes écrivaient des choses différentes dans divers magazines. Je voulais presque abandonner. J'étais au bout du rouleau.
 
HC: Mme West, vous avez indiqué que vous teniez le rôle féminin principal dans Le Maître-chanteur d'Appledore, et combien vous avez pris plaisir à piétiner le visage de Charles-Auguste Milverton après avoir tiré sur lui. Vous avez également mentionné que vous aimiez incarner les méchantes. Ce rôle est quelque peu inhabituel, en ce sens qu'elle est une victime, mais en même temps une meurtrière. Pourriez-vous nous en dire plus à ce sujet ?
 
NW: Vous devez comprendre qu'elle a été entièrement et complètement forcée de le faire. Les vies de nombreuses personnes seront détruites s'il persiste à les menacer. Je pense que la chose la plus intéressante de l'épisode, c'est que Sherlock Holmes et le docteur Watson sont témoins de tout ça, sans rien faire. C'est extraordinaire, surtout quand Holmes ramasse sa boucle et supprime la preuve de la scène. C'était une femme très franche qui a commis une terrible erreur. Elle est tombée amoureuse, et a fait la pire chose en l'écrivant sur le papier. Nous devons tous nous rappeler de ne pas faire ça ! Et alors les circonstances ont pris le dessus et on a travaillé à partir de ce biais-là. C'est une lente accumulation d'émotions. Qu'est-ce que je vais faire ? Comment vais-je faire pour trouver une solution ? Cela va détruire la vie d'autres personnes, cela ne peut pas se produire. C'est une progression lente, comme une montée de marches.
ACCUEIL
RETOUR