LIEN INTERNET
TRADUCTION FRANÇAISE
Interview de Jeremy Brett (1988)
VERSION ORIGINALE
In 1988 Jeremy Brett, then at the height of his fame as TV’s ideal Holmes, decided to take the Victorian detective from the small screen and on to the stage. He appeared, with his second TV Watson, Edward Hardwicke, in the two-hander ‘The Secret of Sherlock Holmes.’
 
It was during the London run of this play that I interviewed Brett in his dressing room in the Wyndham Theatre. The interview was subsequently published –  heavily truncated and sanitised.
 
After moving house several times and spring cleaning regularly over the intervening years, I thought the taped interview lost. However, recently I found a copy of the tape that I had used in the transcription process. So here, after nearly twenty years, is the ebullient Mr Brett expressing his uncensored views on the character that dominated the last years of his career, his different approach to acting for the stage and the camera, his feelings about critics and fans, even why he changed his hairstyle while playing the great detective. His mood during the conversation moved from garrulous to defencive, and from expansive to reflective.
 
We first discussed the difference between playing Holmes on TV and on stage.  Although, Brett said he enjoyed stage work he told me he found it easier to portray the character through the medium of television.
 
“The thing about working on the stage that makes it harder is that film is so instantly near it can see right into the person’s soul. With someone so unbelievably isolated and closed, as Holmes is, it’s sometimes easier to get the internal workings of the private man across on camera. He is such a private creature… and with the camera you can slide in and see the flicker of things across his face. You can see little things that sometimes at the back of the theatre you can’t see. Little disappointments, little angers, little changes of mind. Of course, the other things you can get across on camera are his brilliant deductions and observations, but also his amazing intuition. And that’s easier to do on film.”
 
Brett explained that he hadn’t radically altered his characterisation for the transition from screen to stage, as he believed the techniques required were roughly similar.
 
“I call the camera lens the winking moose’s eye. A big brown moose eye that you look into and act toward. It’s also the shape of a rectangle and, therefore, you are aiming to fill that particular frame. So, if you are standing facing the camera that is the point of the triangle which you are aiming toward. Now in the theatre you just reverse the triangle and you are aiming outwards, in two different directions, so it’s wider.”
 
Brett found the relationship between Holmes and the theatre audience difficult at first. He said, he saw Holmes as, “a man of isolation…  a very private man.” So he strove in his performance to bring out the inner workings of the character. He told me he tried to show the audience Holmes’ “shyness… his sense of detachment,” personality traits he believed would have been amplified by the character’s “constant pursuance of his special subject,” But he did not let them see these aspects of the character from the start. To convey the feeling of lonely introspection he let them in gradually.
 
“I try not to look at them for the first fifteen minutes… I don’t even look at Watson very much either… I kind of gradually open up to them. That was the hard part of moving into the theatre. But my director [Patrick Garland] helped me with that. He said, ‘put a pane of glass down between you and the audience and don’t look at them, ignore them, and then after about fifteen minutes warm-through let them in.’”
 
I asked him how he approached playing a character like Sherlock Holmes.
 
“When I have been playing Holmes… and what I prefer to do is sink myself into the character and leave myself behind. I always take the image of a sponge – which is me. And I squeeze out the liquid of myself out and draw in the liquid of the character I am playing.
 
“To bring it off the printed page for myself, I invented little stories about him. About the loneliness of his university days, of his brilliance at sports, and his total removal from any kind of social activity… Which are little images I have had for the last six years of what it might have been like. To throw any more light one can possibly think of on to what might have made him and Mycroft so… typically Victorian I hasten to add… Probably he didn’t actually see his father till he was twelve, and his mother was just a lady moving through a passageway, because they were taken care of by a starch-crisp nurse… So, everything to bring a bit more illumination.”
 
Brett’s musings were incorporated into the play and added to the interest of the piece. The actor, who worked closely with the author in this regard, praised the handling of both the familiar and unfamiliar elements of the play’s text.
 
“I’ve got this marvellous author, Jeremy Paul, and we’ve done four together of the original short stories [on TV]. He did ‘The Speckled Band,’ ‘The Naval Treaty,’ ‘The Wisteria Lodge,’ and ‘The Musgrave Ritual.’ So I have known him over the last five, nearly six, years.
 
“I sent him eight hours of tape. I just rattled off my ideas, and so when it comes to moments of leaving the canon – like when [Holmes] talks of his childhood – Jeremy [Paul] has taken them directly from the tapes.
 
“The thing I love about the play is that it gives Watson much more to say than the canon does, because naturally it was in the first person. I remember David Burke [the first Watson], when we finished ‘The Speckled Band,’ saying, ‘I had only thirty-six words to say in the entire film!’ And this play does give Watson a platform to speak. Which I think is vital.”
 
He referred several times to the ‘canon’, the original stories as written by Sir Arthur Conan Doyle, which he believed should be the touch stone for every actor playing Holmes. He, also, believed that it was important to have a good Watson, to give reality to Holmes, as he thought of them as two halves of a duality.
 
“Watson and Holmes are two halves of the same person. They are Sir Arthur Conan Doyle. It’s a brilliant creation their friendship, and it needs both, you can’t have the one without the other, it’s impossible.
 
“The play is about friendship, which I think, is terribly important, because, it’s a bygone thing. It’s a Victorian thing, it’s a Greek thing. But in the eighties it has lost its way through the rise of feminism – nothing wrong in that… But, men have lost all dignity in their personal friendships. And therefore, I think it’s quite foreign to the young, and, obviously, to the middle-aged as well… I mean two gentlemen sharing. It’s immediately suspect, or the ‘odd couple.’ So, that’s really what the play is about… it’s about love actually. I am so glad that several of the critics have managed to tune into that…  not in a jaundiced sense… That’s what we were aiming for, to show these two remarkable men.”
 
Brett hoped the play would, “persuade people to see that Doyle is the literary giant that he is. Because he wrote thrillers he has been dismissed really, and he is up there with Dickens. He has not yet been put historically, I think, into the right place. So, I am hoping this play will help.”
 
The play contained some of the best of Doyle’s writing. Passages usually cut out when the stories are dramatised. Brett cited two example, calling them, “beautiful pieces of prose.”
 
“The speech about flying through windows… and the speech about what a lovely thing a rose is, which is directly taken from ‘The Naval Treaty.’ In the play they are lifted verbatim from the page.
 
“When we move into the coup de theatre of the second half, I think it’s a divertissement of some density. But I don’t think it matters too much, and Dame Jean Conan Doyle has been very gracious about it, and has indeed have the Sherlock Holmes Society, who  have given it their blessing, because we come back full circle to them together in Baker Street, and maybe you have had a little tiny extra glimpse of these two remarkable men, that which you may not have seen before.”
 
The play also displayed the wit inherent in the original stories. With most of the humorous touches coming directly from Doyle’s originals.
 
“Yes they’re there. It’s extraordinary… But you see, when you are reading a thriller you don’t laugh… If I’ve done anything I’ve brought in a little humour, which, I believe, people are grateful for.”
 
The play brought Brett into contact with people who admired his TV portrayal. He admitted he found this, “slightly overwhelming.”
 
”First of all it’s thrilling. I’ve had people at the stage door, which I’ve not had for the last six years – because I have been filming and going back to the hotel. So I’ve had people asking for my autograph from Alaska, from Japan, from New Mexico, from Australia, from East Germany, New Zealand, from all over, all round the world.”
 
“One reads that we’ve sold the films to over seventy counties now. And, of course, it’s exciting that it’s being shown in China, as they’ve never heard of Sir Arthur Conan Doyle, so they’re reading the books.
 
“I think that’s one of the pleasing things, about the films particularly, that it’s taken people back to the books. So many children are coming to the show, and they’re carrying the canon! They’re into Doyle, that’s very exciting, television taking people back to literature, it’s incredible! Lovely”
 
During the course of filming the Sherlock Holmes TV series Brett changed the character’s hairstyle, from the traditional swept back look to a more radical, shorter, brushed forward cut. I asked him why the style had been changed.
 
“It’s so trivial it’s hardly worth mentioning… But, the thing is when you wear your hair as I was, and am wearing it again now, I have to gel my hair. Now gel is a very nasty thing to wear on a daily basis especialy when it’s as severe as it has to be. And sometimes when I have been filming I’ve had to gel twice in one day. And you really feel like a… It sets like cement, and it’s very uncomfortable. And I thought if I could get the same effect with short hair – and, I think, to a large degree I did – then I wouldn’t have to gel… gung my hair. So that’s why I did it and I think it worked. I think it made a nice change.”
 
Brett told me he had drawn inspiration for the style from one of Sydney Paget’s original ‘Strand Magazine’ illustrations of Holmes, “the one where [he] is drawing up his knees up under his chin. He is smoking the small clay pipe he uses when in one of his meditative moods.” The portrait, from ‘The Red-Headed League,’ shows the great detective in profile, and does resemble the hairstyle Brett had in later episodes of TV’s ‘The Return of Sherlock Holmes.’
 
“I have gone back to the old one, because the terribly dangerous thing about the short one was that it could also look modern. I remember when I first had it done, I walked down the street and saw someone walking toward me with almost exactly the same haircut, and I thought, oh god!
 
“The one I have now is also wrong, for me anyway, for it looks too much like Noel Coward. Nancy Banks Smith, who I call the Bag Lady of Fleet Street, was very unkind about ‘Scandal in Bohemia,’ she wrote that when I took my makeup off, as the disguise of the groom, there was Noel Coward underneath. And these little things get under your skin you know, and it really upset me that. So I thought I’d try something else… And anyway f..k her, if you’ll excuse the expression. Now I have gone back to this.”
 
Nancy Banks Smith, at the time the ‘Guardian’ newspaper’s TV critic, actually praised ‘Scandal in Bohemia.’ She described it as “luxurious, even luscious, way of passing the time.” Her remarks about Brett’s Holmes resembling Noel Coward were obviously light hearted. Brett’s reaction to the review seems to have been uncalled for in the extreme.
 
Brett told Holmes expert David Stuart Davies that he changed his hair so that, “I can play with [it], run my fingers through it, ruffle it… it’s something else to help me play the character.” His second Watson, Edward Hardwicke, believed he cut his hair because he had begun to hate the character of Holmes. It may have been a combination of the three different reasons Brett gave for the change (and Hardwicke’s conjecture) – the problem with gel, it added to the characterisation and as a reaction to criticism. However, I think the latter had the most weight, as he told me (after first blaming the gel) that his real upset at the criticism was why he thought he’d “try something else.” During the course of the interview he would often return to the subject of his reaction to Bank’s Smith remark.
 
For instance, he quite plainly told me, “It is true that little remarks can get under your skin. I mean little things like that… and that’s why I changed my hairstyle…” His then five year held resentment says less about Bank’s Smith’s review and more about his insecurities and emotional fragility. When I asked him how he reacted to negative criticism of his portrayal of Holmes – particularly from some sections of the American Sherlockian fan community – he changed suddenly from being friendly and open to being tetchy and defensive.
 
“I have had nothing but praise. I have received twelve plaques from twelve societies for being the best Holmes ever. I haven’t heard any negative criticism [from America]… I was over there in ’85 and I think we had got as far as number seven [in the first TV series] and I was given the plaque for the best Holmes ever then by the Sherlockians and the Doylians.”
 
Brett, however, did admit that he believed any actor playing Holmes would find it difficult, if not impossible, to achieve universal acceptance in the role.
 
“The trouble is… what you’re actually doing as an actor, if you’re playing a part as famous as this creation of Doyle, is all I’m doing is a brass rubbing. Everyone is Holmes men women and children. Everyone has their own image of Holmes, I have my own image of Sherlock Holmes, we all do. We all have a picture of him when we read the stories, and therefore, you’re just doing a kind of brass rubbing of it. A transparency of it, which one hopes isn’t going to upset the image the other people have of him.
 
“In New York I saw this six foot four Blackman, walking along with a deerstalker and meerschaum pipe, and I thought, there you are he’s tripping, he’s Sherlock Holmes today.
 
“Then we had the Sherlock Holmes Society in New York, and they met me to give me this thing, and I walked in, and I was the only one dressed as a civilian. Everyone else was dressed as either Holmes, or Watson, or Moriarty, or Irene Adler, or as Mrs Hudson. But I suddenly thought, of course, what one is doing is only an impression, that’s all actors can do to a monument like this.
 
“Bennet the chairman of the Sherlock Holmes Society of London came down to see me in Guilford, and was terribly sweet. He showed me a picture of the unveiling of a statue of Holmes at the Reichenbach Falls. And it was back to the big ears, the hooked nose, and the deerstalker, and meerschaum pipe. But, that is the image, that is the cliché. That’s the way it will be for so many.”
 
However, Brett said he had one consolation:
 
“I have this lovely blessing over my head; Dame Jean Conan Doyle says I am the Sherlock Holmes of her childhood. That helps a lot… I don’t have to think of Nancy Banks Smith very often!”
 
By this point in the interview Jeremy Brett’s good humour had returned to a certain extent. When our conversation was almost drowned out by fire engine sirens from outside, he jokingly said, “I am sorry about this noise I think London’s on fire!”
 
I ended my original version of the interview with the following observation, which I believe still holds true nearly twenty years on:
 
‘Jeremy Brett’s Holmes is fundamentally faithful to Doyle’s original. The magnetism of his bravura performance attracts a new generation of admirers to the stories. In the years to come it will be his face they see when they read the books, and it will be his voice they hear when the great detective speaks. A  part of the monument, that is the legend of Sherlock Holmes, now has Brett’s name indelibly carved on it.’
En 1988, Jeremy Brett, alors au sommet de sa gloire en tant qu' Holmes idéal à la télévision, décida de transposer le détective victorien du petit écran à la scène. Il est apparu avec son deuxième Watson de la télévision, Edward Hardwicke, dans la pièce à deux voix "The Secret of Sherlock Holmes". Ce fut au cours de l’une des représentations de la pièce à Londres que j’ai interviewé Brett dans sa loge du Wyndham’s Theatre.
 
L’entretien fut publié ultérieurement - du moins dans une version lourdement tronquée et édulcorée - dans un fanzine à tirage restreint "Cox and Co".
 
Après plusieurs déménagements et des nettoyages de printemps réguliers au cours des années écoulées, je pensais avoir perdu l’enregistrement de l’interview. Cependant, j’ai récemment retrouvé une copie de la cassette que j’avais utilisée lors du processus de transcription.
Voici donc, presque vingt ans après, l'exubérant M. Brett exprimant ses points de vue inédits sur le personnage qui a dominé les dernières années de sa carrière, son approche différente de l'interprétation sur scène ou devant la caméra, ses sentiments envers les critiques et les fans, et même la raison pour laquelle il a changé de coiffure pendant qu’il jouait le grand détective. Au cours de la conversation, son humeur évolua de la volubilité à la défensive et de  l'épanchement à la réflexion.
 
Nous avons d'abord discuté de la différence entre jouer Holmes à la télévision et sur scène. Bien que Brett dise aimer le travail au théâtre, il me confia trouver plus facile d’incarner le personnage à travers la technique de la télévision.
 
"Ce qui rend le travail sur scène plus difficile, c'est qu'un film est si instantanément proche qu'il peut directement voir l'âme de la personne. Avec quelqu'un d'aussi incroyablement solitaire et renfermé tel que Holmes, il est parfois plus facile de saisir le fonctionnement interne de l'homme secret, à travers la caméra. C’est une créature si secrète… et avec la caméra, vous pouvez vous glisser et voir le moindre frémissement sur son visage.'
 
"Vous pouvez voir les petites choses qui, parfois, vous échappent du fond du théâtre. Petites déceptions, petites colères, petits changements d'idée. Bien sûr, vous pouvez montrer d’autres choses avec une caméra, ses déductions brillantes et ses observations, mais aussi son extraordinaire intuition. Et c’est plus facile à faire dans un film."
 
Brett expliqua qu’il n’avait pas radicalement modifié sa représentation pour la transposition de l’écran à la scène, puisqu’il croyait que les techniques nécessaires étaient à peu près similaires.
 
"J’appelle l’objectif de la caméra L'Œil Clignotant de l'Elan. Un gros œil brun d’élan que vous fixez et vers lequel vous jouez. C'est aussi de la forme d'un rectangle, et vous avez donc pour but d'occuper ce cadre particulier."
 
"Donc, si vous êtes debout face à la caméra, c'est le point du triangle que vous visez. A présent au théâtre, vous inversez simplement le triangle, et vous regardez vers l’extérieur, dans deux directions différentes, ainsi le champ est plus large."
 
D'abord, Brett jugea difficile la relation entre Holmes et le public de théâtre. Il dit qu’il voyait Holmes comme "un homme solitaire … un homme très secret ". Il s'est donc efforcé de faire ressortir dans son interprétation les mécanismes intimes du personnage. Il me confia qu'il avait essayé de montrer au public la "timidité" de Holmes " … son sens de la "distanciation", traits de caractère, croyait-il, qui auraient été amplifiés par la "recherche permanente du personnage de son sujet de prédilection".
 
Mais il ne leur a pas laissé voir ces aspects du personnage dès le début. Pour transmettre ce sentiment d’introspection solitaire, il le leur laissait pénétrer progressivement.
 
"J’essaie de ne pas les regarder pendant les quinze premières minutes…  Je ne regarde même pas beaucoup Watson non plus… Je m’ouvre en quelque sorte progressivement à eux.  C'était le plus difficile en passant au théâtre. Mais mon metteur en scène [Patrick Garland] m’a aidé. Il m’a dit : "pose une vitre entre toi et le public, et ne les regarde pas, ignore-les, et ensuite, après une quinzaine de minutes d'échauffement, laisse les venir."
 
Je lui demandais comment il abordait l'interprétation d'un personnage tel que Sherlock Holmes.
 
"Depuis le temps que je joue Holmes ... ce que je préfère c'est me couler dans le personnage et rester moi-même en retrait. Je prends toujours l’image d’une éponge - ce que je suis. Et je me vide de ma propre substance et absorbe celle du personnage que je joue."
 
"En ce qui me concerne, pour le faire sortir de la page imprimée, j’ai inventé de petites histoires sur lui. Sur sa solitude à l’université, sur son brio en sport, et son retranchement total de toute forme d'activité sociale ... Ce sont les petites images que j’ai eues ces six dernières années, de ce qui aurait pu se passer. "
 
"Pour éclairer encore plus les choses, on peut éventuellement se demander ce qui les aurait rendu, lui et Mycroft, si… typiquement victoriens, je m’empresse d’ajouter...  Probablement, il n'a pas vu en réalité son père avant l’âge de douze ans, et sa mère n’était qu’une dame passant dans un couloir, parce qu’une gouvernante ferme et rigide s’occupaient d’eux… Voilà, tout ça pour éclaircir un peu les choses. "
 
Les inventions de Brett furent intégrées à la pièce et accrurent l'intérêt de l'œuvre. L’acteur, qui avait travaillé en étroite collaboration avec l’auteur dans ce but, fit l'éloge de l'exploitation des aspects à la fois connus et inconnus du texte de la pièce.
 
"J’ai eu cet auteur merveilleux, Jeremy Paul, et nous avons fait ensemble quatre des nouvelles originales [à la télévision]. Il a fait "Le Ruban Moucheté", "Le Traité Naval", "L’Aventure de  Wisteria Lodge" et "Le Rituel des Musgrave". Alors, je le connais depuis cinq, presque six ans."
 
"Je lui ai envoyé un enregistrement de huit heures. J’ai simplement laissé filer mes idées, et lorsqu'il s’agit des passages qui s'éloignent du Canon - par exemple quand [Holmes] parle de son enfance - Jeremy [Paul] s’est directement inspiré des cassettes.
 
"Ce que j’aime dans la pièce, c'est qu’elle donne beaucoup plus de texte à Watson que le Canon, car naturellement, elle est à la première personne. Je me souviens de David Burke [le premier Watson], disant à la fin du tournage du "Ruban Moucheté" : "Je n’avais que trente-six mots à dire dans tout le film !" Et cette pièce donne bien à Watson une tribune pour s’exprimer. Ce qui selon moi, est essentiel."
 
Il fit plusieurs fois référence au "Canon", les histoires originales écrites par Sir Arthur Conan Doyle, qu’il considérait comme le fondement pour tout acteur jouant Holmes. Il pensait aussi qu’il était important d’avoir un bon Watson, pour donner du relief à Holmes, car il les envisageait comme faisant partie d'une dualité.
 
"Watson et Holmes sont les deux moitiés de la même personne. Ils sont Sir Arthur Conan Doyle. Leur amitié est une création brillante, et elle a besoin de tous les deux, on ne peut pas avoir l'un sans l'autre, c'est impossible. "
 
"La pièce traite de l’amitié, ce qui, je pense, est extrêmement important, parce que c'est une chose révolue. qui appartient à une époque révolue. C’est quelque chose de victorien, quelque chose de grec. Mais dans les années quatre-vingt, elle a perdu sa valeur avec l’essor du féminisme - il n’y a rien de mal à ça… Cependant, l’amitié intime entre hommes a perdu toute sa dignité. "
 
"Et je pense donc qu'elle est tout à fait étrangère aux jeunes, et, bien évidemment, aussi à l'âge mûr...  Je veux dire deux  gentlemen cohabitant. C’est tout de suite suspect, ou c’est le "couple improbable". Finalement, c’est le vrai sujet de la pièce… C’est l’amour, en fait. Je suis si heureux que plusieurs critiques aient été sur la même longueur d’onde… pas dans un sens négatif… C’est notre objectif de montrer ces deux hommes remarquables. "
 
Brett espérait que la pièce "convaincrait les gens de voir Doyle comme un géant de la littérature, ce qu'il est bel et bien. Parce qu’il a écrit des thrillers, il a vraiment été rejeté, alors qu’il est à la hauteur de Dickens. Il n’a pas encore été apprécié historiquement à sa juste valeur, je pense. Alors, j’espère que cette pièce servira à quelque chose. "
 
La pièce contenait certains morceaux d’anthologie de Doyle. Des pages qui sont généralement coupées quand les histoires sont adaptées. Brett en cita deux exemples,  les qualifiant de "belles pièces de prose."
 
"La tirade de "flying through windows" ... et celle de "what a lovely thing a rose is"  directement extraite du Traité Naval. Dans la pièce, elles sont tirées mot à mot du texte du livre.
 
"Quand nous arrivons au coup de théâtre de la seconde moitié, je pense que c’est un divertissement d'une certaine intensité. Mais je ne crois pas que cela soit très important et Dame Jean Conan Doyle a été très bienveillante à ce sujet, et même, nous avons la bénédiction de la Sherlock Holmes Society, parce que nous sommes revenus au point de départ, tous deux ensemble à Baker Street, et peut-être que vous avez eu un tout petit aperçu supplémentaire de ces deux hommes remarquables, que vous n'avez peut être pas vu auparavant."
 
La pièce mettait aussi en valeur l’humour implicite des histoires originales. La plupart de ces pointes d'humour provenant directement des textes de Doyle.
 
"Oui, ils sont là. on les retrouve. C’est extraordinaire… Mais vous savez, quand vous lisez un roman policier, vous ne riez pas ... Si j'ai fait quoi que ce soit, c'est d'avoir apporté un peu d'humour, et je crois que les gens en sont reconnaissants. "
 
La pièce avait mis Brett en contact avec des gens qui admiraient son interprétation du détective, à la télévision. Il admit qu'il trouvait cela, " légèrement écrasant."
 
"Tout d'abord c’est excitant. Des gens sont venus me voir en coulisses, ce qui ne m’était pas arrivé depuis six ans - parce que je tournais avant de rentrer à l’hôtel. Et là, des gens me demandaient un autographe, en provenance d’Alaska, du Japon, du Nouveau-Mexique, d’Australie, d’Allemagne de l’Est, de Nouvelle-Zélande, de partout, tout autour du monde."
 
"On peut lire que nos films ont été vendus dans plus de soixante-dix pays, maintenant. Et, bien sûr, c’est sensationnel de penser qu’ils sont diffusés en Chine, alors qu'ils n’ont jamais entendu parler de Sir Arthur Conan Doyle, ainsi ils lisent les livres.
 
"Je pense qu'une des choses qui fait plaisir, en particulier avec les films, c'est de ramener les gens aux livres. Tellement d’enfants viennent au spectacle, et ont le Canon avec eux ! Ils sont avec Doyle, c’est formidable, la télévision redonne aux gens le goût de la lecture, c’est incroyable ! Magnifique !  
 
Pendant le tournage de la série télévisée des Sherlock Holmes, Brett changea la coiffure du personnage, passant du style traditionnel cheveux plaqués en arrière, à une coupe plus radicale, plus courte, peignée vers l’avant. Je lui demandai la raison de ce changement.
 
«C'est tellement insignifiant que ça ne vaut guère la peine d'en parler... Mais, le fait est que, quand vous portez une coupe comme je l'avais, et comme je la porte encore maintenant,  je dois mettre du gel dans mes cheveux. Il se trouve que le gel est très désagréable à porter tous les jours, surtout quand ça doit être de façon aussi stricte. Et parfois, quand je tournais, je devais en mettre deux fois par jour. Et vous avez vraiment l'impression d'être... Ça prend comme du ciment, et c’est très inconfortable."Et j’ai pensé que si je pouvais obtenir le même effet avec les cheveux courts - et, je crois, dans une certaine mesure, que je - dès lors, je n'aurais plus besoin de mettre du gel… d’agglutiner mes cheveux. Voilà pourquoi je l’ai fait, et je pense que ça a fonctionné. Je pense que c’était un bon changement.
 
"Brett me confia qu’il s’était inspiré pour créer son style de l’une des illustrations originales de Holmes par Sydney Paget, dans le Strand Magazine : "celle où il ramène ses genoux sous son menton. Il fume la petite pipe de terre qu’il utilise lorsqu’il est d’humeur à méditer." Le portrait en question, dans La Ligue des Rouquins, présente le grand détective de profil, avec une coiffure qui ressemble effectivement à celle de Brett dans les derniers épisodes de la série Le Retour de Sherlock Holmes."
 
Je suis revenu à l’ancienne, parce qu’il y avait quelque chose d’extrêmement dangereux avec la coupe courte : elle pouvait aussi sembler moderne. Je me souviens quand je marchais dans la rue, la première fois que je la portais, avoir vu quelqu’un s’avançant vers moi avec presque exactement la même coupe, et je me suis dit, oh mon Dieu ! "
 
"Ma coupe actuelle ne va pas non plus, à mon avis, car elle évoque trop Noël Coward. Nancy Banks-Smith, que j’appelle "The Bag Lady of Fleet Street", a été fort désobligeante à propos d’Un Scandale en Bohême, elle a écrit que, quand j’enlevais mon maquillage, après m’être déguisé en palefrenier, on voyait apparaître Noël Coward. Et ce genre de petites choses vous tapent sur les nerfs, vous savez, ça m’a vraiment contrarié. Alors j’ai pensé que j’allais essayer autre chose… Et de toute manière, si vous voulez bien me passer l’expression, qu’elle aille se faire... foutre. Maintenant, je suis revenu à ça. "
 
Nancy Banks-Smith, qui était à l’époque critique de télévision dans le journal The Guardian, avait en réalité fait l’éloge d’Un Scandale en Bohême. Elle l’avait décrit comme "une façon somptueuse et même délicieuse de passer le temps." Ses remarques, sur la ressemblance du Holmes de Brett avec Noël Coward, partaient manifestement d’une bonne intention.
La réaction de Brett face à la critique semble déplacée à l’extrême.
 
Brett avait dit au spécialiste David Stuart Davies qu’il avait changé de coupe afin "de pouvoir jouer avec [mes cheveux], passer mes doigts dedans, les ébouriffer ... c’est un autre élément pour m’aider à incarner le personnage ".
 
Son second Watson, Edward Hardwicke, pensa qu’il s’était coupé les cheveux parce qu’il avait commencé à détester le personnage de Holmes. Peut-être qu’il s’agissait d’une combinaison des trois raisons différentes évoquées par Brett pour ce changement (et de la supposition de Hardwicke) - le problème du gel, ajouté à l’identification au personnage et à la réaction face à la critique. Cependant, je pense que cette dernière raison comptait le plus, car il me dit (après avoir d’abord accusé le gel) que son réel bouleversement à la critique était la cause qui le poussa à "essayer autre chose".
 
Au cours de l’interview, il revint souvent sur sa réaction face à la remarque de Banks-Smith.Par exemple, il me confia franchement : "C’est vrai que ces petites remarques peuvent vous taper sur les nerfs. Je veux dire ce genre de petites allusions... et c'est la raison pour laquelle j'ai changé de coiffure... "
 
Ses cinq années de ressentiment en disent moins sur la critique de Banks-Smith que sur son manque d'assurance et sa fragilité émotionnelle. Quand je l’interrogeai sur sa réaction face aux critiques négatives suscitées par son interprétation du détective - en particulier celles de certains éléments de la communauté des fans holmésiens américains - il cessa brusquement d'être amical et ouvert, se montrant irritable et sur la défensive.
 
"Je n’ai reçu que des éloges. Douze sociétés m’ont envoyé douze plaques en tant que meilleur Holmes de tous les temps. Je n’ai entendu aucune critique négative [en Amérique] …  J’étais là-bas en 1985 et je crois que nous en étions au septième épisode [de la première série télévisée] et les "Sherlockians and the Doylians" m’ont alors décerné la plaque du meilleur Holmes qui soit."
 
Cependant, Brett admit volontiers qu'il croyait difficile, sinon impossible, qu'un acteur jouant Holmes parvienne à faire l'unanimité pour le rôle.
 
"Le problème est… ce que vous faites réellement en tant qu’acteur, si vous interprétez un rôle aussi célèbre que cette création de Doyle, c’est exactement ce que je fais, du décalquage. Tout le monde est Holmes, hommes, femmes et enfants. Chacun a sa propre image de Holmes, j’ai ma propre image de Sherlock Holmes, comme tout le monde. Nous avons tous une vision de lui quand nous lisons les histoires, et par conséquent, vous faites simplement un genre de travail de décalquage. Un calque, dont on espère qu’il ne va pas bouleverser l’image que les autres ont de lui.
 
"A New York, j’ai vu ce Noir de plus d’un mètre quatre-vingt-dix, qui se baladait avec une casquette de chasse et une pipe en écume de mer, et j’ai pensé : voilà, c’est son trip, aujourd’hui il est Sherlock Holmes."
 
"Ensuite, nous sommes allés à la Sherlock Holmes Society de New York qui m'a rencontré pour me donner ça, et je suis entré, j’étais le seul habillé en civil. Tous les autres s’étaient déguisés ou en Holmes, en Watson, en Moriarty, en Irene Adler, ou en Mrs Hudson. "Mais tout à coup, j’ai pensé, bien sûr on ne fait qu'une imitation, c'est tout ce que peuvent faire les acteurs face à un tel monument. "
 
"Bennet, le président de la Sherlock Holmes Society of London, est venu me voir à Guilford, et a été vraiment aimable. Il m’a montré une photo de l’inauguration d’une statue de Holmes aux Chutes de Reichenbach. Et là, retour aux grandes oreilles, au nez crochu, à la casquette de chasse et à la pipe en écume de mer. Mais c’est l’image, c’est le cliché. C'est ainsi que ça doit être pour beaucoup de gens."
 
Toutefois, Brett déclara qu’il avait une consolation :
 
"J'ai cette charmante bénédiction au-dessus de ma tête; Dame Jean Conan Doyle dit que je suis le Sherlock Holmes de son enfance. Cela aide beaucoup ... Je n'ai pas à penser trop souvent à Nancy Banks-Smith !"
 
A ce moment de l’interview, la bonne humeur de Jeremy Brett était revenue dans une certaine mesure. Lorsque notre conversation fut presque étouffée par les sirènes de pompiers à l'extérieur, il s’écria en plaisantant : "Je suis désolé pour ce bruit, je crois que Londres est en feu !"
ACCUEIL
RETOUR