Jeremy Brett ... Sherlock Holmes Edward Hardwicke ... Dr. John Watson Daniel Massey ... J. Neil Gibson Celia Gregory ... Maria Gibson Catherine Russell ... Grace Dunbar Niven Boyd ... Marlow Bates Stephen MacDonald ... Mr. Ferguson Philip Bretherton ... Mr. Joyce CummingsBilly ... Dean Magri Rosalie Williams... Mrs Hudson
Conan Doyle: Le problème du Pont de Thor Lire l'article : "Jeremy Brett évoque son amour du tir à l'arc" EPISODE PRECEDENTProducteur : June Wyndham-Davies, Michael CoxRéalisateur :Michael SimpsonScénariste : Jeremy PaulDécorateur : Paul RowanMusique :Patrick Gowers28ème épisode tourné1ère diffusion : Angleterre: 28 fév. 1991 - ITV Network (28ème épisode diffusé); Etats Unis: 28 nov. 1991 - WGHB; France: 8 avril 1991 - FR3 (27ème épisode diffusé)Durée: 50 min
ÉCHOS DE TOURNAGEThor Place est le superbe manoir du XVIIIème siècle de Capesthorne Hall, situé près de Manchester. Le manoir est ouvert au public et souvent loué par ses propriétaires pour des tournages de films. Il est très connu pour sa précieuse collection de céramiques étrusques et grecques. La salle où est exposée cette collection devait être utilisée par l'équipe pour reconstituer la salle d'armes de Neil Gibson. Au départ, les céramiques devaient être enlevées, mais, vu le montant prohibitif de l'assurance demandée (3000 £), il fut décidé de les laisser où elles étaient et de les cacher derrière de faux murs. Un drame fut évité de justesse quand un incendie faillit se déclarer pendant le tournage de la scène où Grace Dunbar brûle le mot de Maria Gibson. Le feu, allumé dans la cheminée de la salle de classe, commença à se propager sans causer heureusement de dégâts.Les tournages en extérieur ont également eu lieu à St George's Hall à Liverpool et Abbey Gateway dans le Chester pour le bâtiment de la prison de Winchester.
ÉCHOS DE TOURNAGEDans cet épisode Jeremy joue aux côtés de Daniel Massey (1933-98) qui interprète Neil Gibson. Il fut un temps son beau-frère quand il était marié à sa première femme, l'actrice Anna Massey (24 Mai 1958-1962). Nés de l'acteur shakespearien Raymond Massey et de l'actrice britannique Adrianne Allen, Daniel et sa sœur ont passé la majeure partie de leur enfance à Londres avec leur mère, après le difficile divorce de leurs parents. Leur père, retourné aux États-Unis, réussit une formidable carrière, mais fut rarement présent. Anna dit avoir vu son père peut-être six fois au cours de toute sa vie. Raymond Massey est connu des holmésiens pour avoir incarné Sherlock Holmes dans une adaptation du Ruban Moucheté de 1930. L'histoire introduit Billy le jeune assistant des Irréguliers de Baker Street, dont la débrouillardise fournit une aide précieuse à Sherlock Holmes. Le Billy le plus célèbre fut Charlie Chaplin qui incarna au théâtre le groom de William Gillette. Jeremy Paul a fait un clin d'œil en hommage à Arthur Conan Doyle, en référence à son roman de science-fiction "Le Monde perdu" (The Lost World), écrit en 1912, décrivant un plateau isolé d'Amérique du Sud, encore peuplé d'animaux préhistoriques. Ainsi Grace Dunbar évoque devant les enfants les monstres antédiluviens qui peuplent les montagnes du Brésil, pays de leur mère.
EPISODE SUIVANT VIDEO CLIPL' Enigme du pont de Thor- The Problem of Thor Bridge -SAISON 3 - EPISODE 2
L'HISTOIRE(Février et mars 1922)Sherlock Holmes a enfin trouvé une nouvelle affaire. J. Neil Gibson, ancien sénateur des Etats-Unis et richissime propriétaire de mines d'or, le presse d'intervenir pour prouver l'innocence de la préceptrice de ses enfants, Grace Dunbar, accusée d'avoir tué sa femme. Le jugement est imminent et l’affaire semble entendue. Les faits, une lettre signée de sa main et le revolver caché dans sa chambre, accablent la jeune femme. Le "Roi de l’or" refuse tout net de coopérer avec le détective et d'avouer ses sentiments amoureux pour la gouvernante. Il claque la porte, écumant de rage. Son majordome Marlow Bates le décrit d'ailleurs comme un homme violent, un scélérat détesté par tous. Sa femme Maria, d’origine brésilienne, l'aimait passionnément malgré son indifférence et ses duretés. L’enquête s’annonce difficile. Après sa visite en prison, Holmes est vite convaincu de l'innocence de Grace Dunbar. Mais quelles preuves apporter à temps pour la sauver de la corde? La solution de l'énigme se trouve sur le pont de Thor, où Sherlock Holmes devra reconstituer la mise en scène de la mort de Maria Gibson.
UNE ÉNIGME RÉUSSIEL'épisode est une réussite grâce à une bonne histoire, à un scénario bien construit fidèle à l'œuvre originale, auxquels s'ajoutent un rythme enlevé (balades à vélo, tir à l'arc) et des moments d'émotion. Deuxième épisode tourné de la saison, la scène d'ouverture présente, comme souvent, les protagonistes sur les lieux de la tragédie à venir, installant d'emblée l'intensité dramatique. On retrouve ensuite Watson et Holmes émoustillé par sa nouvelle affaire, dans un échange animé à Baker Street. Le développement de leurs relations au travers de dialogues et de scènes de la vie quotidienne est une des caractéristiques du scénariste Jeremy Paul. Celui-ci tenait particulièrement à cet aspect de son travail sur l'univers holmésien, qu'il reconstitue avec soin, et a pu développer pleinement dans sa pièce "The Secret of Sherlock Holmes". Son style très maîtrisé et sans temps mort dynamise l'histoire. Le téléfilm propose une énigme originale et retorse conçue par Conan Doyle sur un sujet rarement abordé, le crime passionnel, vengeance aussi terrible qu'aveugle impliquant des innocents. Il présente des personnages forts, aux sentiments exacerbés, dans le magnifique cadre du domaine du Roi de l'or. Sous jacentes à l'intrigue, l'étude et l'évolution des caractères sont finement observées. Les portraits des deux femmes sont très forts. Maria Gibson, détruite par sa passion déçue et sa jalousie; la douce Grace Dunbar, victime courageuse et digne. Dur et arrogant à souhait, Daniel Massey campe le milliardaire Gibson au caractère indomptable et violent, dont l'attachement profond pour la gouvernante sera salutaire.
UN DÉTECTIVE INSPIRÉL'épisode nous offre des scènes cocasses typiquement holmésiennes, en particulier celles sur le pont de Thor : le détective s'allonge à même le sol en se faisant expliquer les circonstances de la mort de Maria Gibson, escalade avec vivacité la balustrade, joue au funambule et reconstitue les faits avec ingéniosité. Holmes est plein d'allant, vif et facétieux, opposé à un Watson digne et flegmatique face aux fulgurances et aux excentricités de son ami. Le processus holmésien en trois étapes est parfaitement illustré: observation des indices, déduction, synthèse. Mais l'instinct de Sherlock Holmes se manifeste également. Psychologue et perspicace, il connaît bien la nature humaine. Une fois encore Holmes supplée aux déficiences de la justice et, seul contre l'opinion générale, croit en l'innocence de l'accusée. Il le reconnaît lui même en affirmant qu'il a un instinct pour ce genre de choses. Il a eu dans la cellule de Winchester la révélation d'une certitude et son esprit agile lui permet alors de concevoir la solution de l'énigme.
Les Archives de Sherlock Holmes
PHOTOS DE PRESSE ET DE TOURNAGE ALBUM PHOTOS DE L'ÉPISODE.
Lire l'article de presse : "JB évoque son amour du tir à l'arc" ACCUEIL RETOURUN DÉTECTIVE ARCHERJeremy pratiquait le tir à l'arc depuis sa jeunesse. Son père lui donna sa première leçon alors qu'il n'avait que quatre ou cinq ans. Sa mère pratiquait également ce sport avec un arc léger qu'il conserva en souvenir après sa mort. A l'exemple de son père et de ses frères, Michael, Patrick et John, il devint membre à vingt et un ans du "Woodmen of Arden", prestigieux club d'archerie fondé en 1758 et situé non loin de chez lui, à Meriden dans le Warwickshire. Dès le premier jour de son admission, il reçut le titre de "Master Forester" pour avoir planter sa flèche au beau milieu de la cible à 100 yards (91,44 mètres) ! Archer émérite, Jeremy aimait particulièrement le tir à l'arc. Il regrettait de ne pouvoir pratiquer ce sport autant qu'il le souhaitait. Parfois dans le parc de Clapham Common qui jouxtait son appartement penthouse, on pouvait le voir tirer quelques flèches très tôt au petit matin juste avant l'arrivée des promeneurs.
.
 
Chargement des bibliothéques...