L'HISTOIRE(Février 1890)Mary Morstan demande à Sherlock Holmes d'enquêter sur la mystérieuse disparition de son père, officier aux Indes, il y a dix ans. Quatre ans après ce drame, elle a reçu une perle de très grande valeur. Ce don anonyme fut renouvelé chaque année, avec cette fois une lettre qui lui donne rendez-vous au Lyceum Theatre, accompagnée de deux amis. De là Mary, Holmes et Watson sont conduits chez Thaddeus Sholto. Cet extravagant personnage et son jumeau ont découvert le fabuleux trésor d'Agra caché par leur père et souhaitent en faire bénéficier Mary. Mais à Pondichery Lodge, Bartholomew Sholto a été assassiné dans des circonstances inexplicables. Le trésor a disparu ! La signature du "Signe des Quatre", les empreintes d'un homme avec une jambe de bois et d'une autre créature, mettent Holmes sur la piste d'une vengeance. Grâce au chien Toby et aux Irregulars de Baker Street, elle aboutit au bateau l'Aurora. Une course poursuite s'engage sur la Tamise. Quel pacte secret fut scellé jadis en Inde ? Quel destin tragique a frappé l'unijambiste Jonathan Small et son étonnant compagnon Tonga ?
EPISODE SUIVANTPRÉAMBULEA l'origine le scénario du "Signe des Quatre" fut écrit par John Hawkesworth en 1983, pour célébrer le centenaire de la création de Sherlock Holmes. L'intention première de Granada était d'introduire la série avec ce long-métrage spécial. Finalement la chaîne ITV avait refusé ce format pour des raisons budgétaires et par crainte de lasser les téléspectateurs avec une histoire trop longue et réalisée par une équipe encore inexpérimentée. Le film ne sera donc porté à l'écran qu'en 1987 après "Le Dernier Problème". Ainsi Granada se décida pour deux heures de film, comme l'avait fait Central avec succès, pour la série de l'Inspecteur Morse. Central avait l'avantage de moyens financiers conséquents et d'intrigues basées sur des romans de plus de 200 pages - les romans de Conan Doyle n'en comptaient qu'une vingtaine. Cela n'inquiéta pas les deux producteurs qui s'entendirent pour réunir une équipe consensuelle. Michael Cox choisit son scénariste favori, le vétéran de Granada John Hawkesworth, tandis que June Wyndham-Davies engagea son réalisateur de prédilection Peter Hammond.
UN BON SIGNENous retrouvons les thèmes chers à l'écrivain. Pays lointains et exotiques, avec l'évocation du fort d'Agra chez les féroces Cipayes et la Compagnie des Indes, trésor volé, pacte secret qui engendre trahison, vengeance et drame, personnages aux destins brisés et bien sûr faits étranges… Cette adaptation classique et de qualité reste dans l'ensemble fidèle au texte de Conan Doyle. Deux éléments importants de la nouvelle ont pourtant été supprimés. Le premier est l'habitude qu'a Holmes de se droguer pour tromper l'ennui qui l'accable entre deux enquêtes. Granada avait déjà utilisé le célèbre dialogue entre Holmes et Watson sur la "solution à sept pour cent de cocaïne" en ouverture d'Un Scandale en Bohème. Pensant que le synopsis du "Signe des Quatre" ne serait peut-être jamais utilisé, le pilote de la série brossait ainsi un portrait complet du détective. Le scénario du Signe des Quatre fut modifié pour ouvrir d'emblée sur l'arrivée de Mary Morstan au 221b et sa mystérieuse histoire. L'autre élément essentiel est le mariage de Watson avec Mary Morstan. Granada tenait absolument au concept que Holmes et Watson restent célibataires. La grande force des histoires de Conan Doyle réside dans l'amitié inébranlable entre les deux hommes, "la plus grande histoire d'amitié de toute la littérature", selon John Hawkesworth. On a pu dire qu’ils formèrent le seul couple heureux de l’Angleterre victorienne ! Jeremy allait aussi dans ce sens. Dans la série, leur duo n'aurait plus fonctionné avec la présence d'une femme. D'ailleurs Watson aime l'excitation, le danger que lui offre son ami et il n'aurait pas pu l'abandonner à son sort. Rien ne pouvait donc altérer leur relation indéfectible, pas même la belle Mary. Toute en nuances et retenue, la prestation d'Edward Hardwicke fait bien passer la montée touchante des sentiments du docteur envers la jeune femme. Leur complicité est immédiate. Malheureusement, le tendre Watson voit s'éloigner avec regret celle qui aurait pu être la femme de sa vie.
ALBUM PHOTOS DE L'ÉPISODE Conan Doyle: Le Signe des Quatre VIDEO CLIP 2 PHOTOS DE PRESSE ET DE TOURNAGE VIDEO CLIP 1 Jeremy Brett ... Sherlock Holmes Edward Hardwicke ... Dr. John Watson Robin Hunter ... Major Sholto John Thaw ... Jonathan Small Jenny Seagrove ... Miss Mary Morstan Ronald Lacey ... Thaddeus/Bartholomew Sholto Terence Skelton ... Captain Morstan Emrys James ... Athelney Jones Alf Joint ... McMurdoKiran Shah ... Tonga Rosalie Williams ... Mrs. Hudson
Long Métrage
Le Signe des Quatre- The Sign of Four -HORS SERIE 1
EPISODE PRECEDENT SUITEL'ESPRIT DOYLIENComme souvent chez Conan Doyle, on trouve deux parties. La première privilégie l'enquête et la seconde est rétrospective et narrative. Tous les protagonistes sont servis par un excellent casting et une mise en scène sans temps mort. L'humour affleure toujours sous le drame. Le film prend un ton plaisant dans ces moments jouissifs, typiquement holmésiens, tels la découverte du corps de Bartholomew Sholto et la recherche d'indices. La panique de l'extravagant Thaddeus Sholto contraste avec la maîtrise du logicien froid et pratique et forme un contrepoint comique. Comme à son habitude, Holmes mène ses investigations à l'écart de la police officielle et témoigne même d'un certain dédain moqueur à l'égard d'Athelney Jones. Son raisonnement sans faille contraste avec la lourdeur de l'inspecteur, qui assiste avec Watson aux subtiles déductions du détective. Il aime les taquiner en leur donnant des indices avec parcimonie sans en expliquer la signification, ou les piéger sous son déguisement. Athelney Jones reconnaît qu'Holmes aurait "pu devenir un acteur, et quel acteur !" et finit par admirer ses facultés si particulières. Finalement tous joignent leurs forces pour l'arrestation finale.
Producteur : June Wyndham-Davies, Michael Cox Réalisateur : Peter Hammond Scénariste : John Hawkesworth Décorateur : Tim Wilding Musique : Patrick Gowers 21ème épisode tourné1ère diffusion : Angleterre: 29 déc. 1987 - ITV Network (21ème épisode diffusé); Etats Unis: 27 oct./3 nov. 1988 - WGBH; France: 26 sept. 1989 - FR3 (21ème épisode diffusé)Durée: 1 h 42 min 40 sec
.
ACCUEIL RETOUR
 
Chargement des bibliothéques...