Le journaliste Robert Aubry Davis a été fasciné par son hôte pendant cette heure de conversation intimiste à bâtons rompus avec Jeremy Brett. Il en a gardé un souvenir marquant et fut également bouleversé et déconcerté par ce qu'il advint à la fin de l'interview. Ce qu'il nous livre ci-après :
 


Beaucoup d'excellents artistes de la télévision britannique ont fait des pèlerinages obligatoires en Amérique, suscitant ainsi une sorte d'attente : un savoir-faire à l'ancienne, un degré d'humilité professionnelle et, lorsqu'à cela s'ajoute un charme dévastateur, comme ce fut le cas avec David Suchet (qui incarne Hercule Poirot), l'effet est irrésistible à la fois pour l'équipe sur le plateau et pour les spectateurs chez eux.
 

Mais  pour Jeremy Brett, on m'avait prévenu. J'avais eu la chance d'interviewer et même d'emmener un groupe de personnes, afin de rencontrer le légendaire John Hawkesworth (qui produisit The First Churchill, By The Sword Divided et un nombre incalculable d'autres programmes populaires de la BBC, également diffusés à la télévision publique aux Etats-Unis).
 

A cette époque, Monsieur Hawkesworth était très excité par sa "nouvelle" aventure, tenter de mettre fidèlement en images les Aventures complètes de Sherlock Holmes. Nous avons parlé du regretté Basil Rathbone (resté dans  les mémoires, le seul artiste digne d'être Holmes), mais il dit qu'il n'y avait qu'une seule personne vivante capable d'incarner tout ce que Conan Doyle avait créé : Jeremy Brett.
 
Donc, quelques années plus tard, c'était à la fois avec impatience et avec un léger frisson de terreur, que nous attendions l'arrivée de Monsieur Brett. Nous avions programmé une émission caritative à la télévision et une version de deux heures du célèbre programme de radio "Desert Island Discs" de la BBC (l'invité choisit cinq disques qu'il aimerait emporter sur une île déserte ; la musique servant de prétexte pour explorer sa vie et sa personnalité).
 

Le texte est la transcription de cette expérience…, mais ce que vous ne pouvez pas savoir, et qui n'a jamais été révélé jusqu'à présent, c'est comment tout cela a fini. Comme vous le découvrez, le morceau de musique choisi à la fin, est celui sur lequel Monsieur Brett et sa femme dansèrent lors du dernier réveillon du Nouvel An, avant sa mort ; en fait, l'un des derniers jours où elle allait bien.
 

Le fait que Monsieur Brett et sa femme partagent la même date de naissance (le 3 Novembre) et que leur lien se soit forgé pendant que Monsieur Brett jouait Sherlock Holmes (tout est expliqué dans l'émission), a encore intensifié l'expérience vécue par deux d'entre nous dans le studio (ma productrice, Juliette Weinstein était témoin de ce qui va être révélé).
 

Comme il écoutait la musique, Monsieur Brett se mit à nous raconter chaque détail de leur dernière soirée heureuse ensemble. Soudain (ce fut un choc pour nous) il s'effondra complètement, plié en deux par la douleur. Il commença à être secoué de sanglots. Juliette et moi échangeâmes un regard – cela dépassait l'émission, après tout...  et puis Monsieur Brett tomba sur le sol. D'abord, il se mit à ramper vers la porte. Puis – un cas sans précédent dans ma carrière professionnelle – tomba face contre terre, tel un soldat pris sous le feu. Se traînant de cette manière, il se glissa par la porte du studio.
 

Nous étions Samedi, l'immeuble était presque désert. Le disque se termina. Juliette et moi, revenus de notre quasi état second, nous précipitâmes vers la porte... et il était parti. Littéralement disparu. Du studio, de nos vies. En fait, ma femme était enceinte de notre fils et par un hasard stupéfiant, il naquit un 3 Novembre...
 

J'ai écrit à Monsieur Brett, quand je lui ai envoyé une copie de l'émission, et lui ai raconté l'étonnante coïncidence, mais il ne répondit jamais et mourut peu de temps après.
 

Existe-t-il quelqu'un, ayant eu un contact personnel avec Jeremy Brett, qui n'a pas été étonné, changé, frappé ?
 

Personne à ma connaissance. Et c'est cette histoire que vous avez lue pour la première fois.
 


Robert Aubry Davis.
RETOUR SUR LE SITE
Souvenirs d'une rencontre
RETOUR SUR LE SITE