ALBUM PHOTOS DE L'ÉPISODE Jeremy Brett ... Sherlock Holmes David Burke ... Dr. John Watson Gayle Hunnicutt ... Irene Adler Wolf Kahler ... Roi de Bohemia Michael Carter ... Godfrey Norton Max Faulkner ... John Tim Pearce ... Cabby Rosalie Williams ... Mrs. Hudson Will Tacey ... Clergyman
L'HISTOIRE (Juillet 1891)Une mystérieuse lettre arrivée au 221b, annonce la visite imminente d’un client. Sherlock Holmes reconnaît le roi de Bohème qui est venu sous un faux nom. Il lui demande d'écarter le scandale qui naîtrait, au moment de ses fiançailles avec une princesse, si révélation était faite de la liaison qu'il eut jadis avec la cantatrice Irène Adler. Le détective a trois jours jusqu'à la publication des bans, pour récupérer une photographie compromettante. Déguisé en palefrenier, il s’infiltre dans les lieux et, pour la première fois, ne reste pas insensible au charme féminin. S'étant fait recevoir, cette fois grimé en clergyman, il amène Irene Adler par une ruse, à révéler la cachette secrète de la photo. S'étant rendue compte qu'elle s'est trahie, elle part à l'étranger avec la photo. Cependant elle n'est plus dangereuse car elle aime un autre homme et vient de l'épouser. Holmes connaît l'un de ses rares échecs et ses plans furent déjoués par une femme. Il gardera un souvenir, mêlé d'admiration et de vénération de la belle aventurière. Pour Sherlock Holmes elle est et restera La Femme.
EPISODE SUIVANT VIDEO CLIPUn Scandale en Bohème- A Scandal in Bohemia -SAISON 1 - EPISODE 1
Le 24 avril 1984, l'épisode pilote de la série Granada fait découvrir le nouveau Sherlock Holmes aux téléspectateurs anglais. Le réalisateur Paul Annett a utilisé un stratagème de mise en scène pour entretenir le suspense. De retour au 221b, Watson appréhende l'état dans lequel il va trouver son ami et attise notre curiosité. L'attente se poursuit, tandis qu'il sermonne Holmes sur les dangers de la drogue et que nous ne voyons que l'arrière de la tête du détective. Paul Annett se donne du temps. Il sait que nous brûlons d'impatience de découvrir son expression. Puis, d'un mouvement lent, le visage superbement ciselé de Jeremy se retourne face à la caméra. Durant de longues secondes l'image se fige sur ses traits énigmatiques. Quel choc pour le téléspectateur ! Quel personnage magnétique et fascinant, véritable dessin vivant de Sidney Paget ! Sa voix s'élève enfin et nous captive par le magnifique monologue : "Mon esprit refuse la stagnation. Donnez-moi des problèmes, du travail. Donnez-moi le cryptogramme le plus abstrait ou l’analyse la plus complexe, et me voilà dans l’atmosphère qui me convient. Alors je puis me passer de stimulants artificiels. Mais je déteste trop la morne routine de l’existence ! Il me faut une exaltation mentale : c’est d’ailleurs pourquoi j’ai choisi cette singulière profession ; ou plutôt, pourquoi je l’ai créée, puisque je suis le seul au monde de mon espèce."
ÉCHOS DE TOURNAGEJeremy craignait dès le premier épisode de montrer tous les 'clichés' holmésiens à l'écran : Holmes et la drogue, Holmes jouant du violon, Holmes et La Femme, Holmes et le célèbre monologue "My mind rebels at stagnation" (extrait de la seconde nouvelle de Conan Doyle "Le Signe des Quatre") Holmes déguisé, etc. Au final l'histoire se tient bien et esquisse un portrait habile et réussi du détective. Dès l'origine, se manifeste la volonté de Granada d'être le plus fidèle possible aux textes et à l'univers de Conan Doyle. Le scénario reste très proche de l'œuvre originale et on retrouve des dialogues entiers extraits du Canon : le prologue de Watson sur Irene Adler, la célèbre réplique de Holmes "I am lost without my Boswell" (Sans mon historiographe, je suis un homme perdu), le dialogue sur la cocaïne. "Scandale" a été choisi pour ouvrir la série parce qu'il correspond à la première nouvelle du recueil de Conan Doyle, Les Aventures de Sherlock Holmes. Tourné en Juin 1983, il n'était cependant pas le premier épisode de la Granada (le premier étant "Le Cycliste solitaire"), mais le troisième. Le producteur Michael Cox désirait permettre aux acteurs de s'habituer à leur personnage et à l'équipe de prendre ses marques, avant de tourner cet épisode crucial sur lequel serait jugée la série.
PHOTOS DE PRESSE ET DE TOURNAGEProduction : Michael Cox, Stuart Doughty Réalisation : Paul Annett Scénario : Alexander Baron Décors : Michael Grimes, Margaret Coombes, Tim Wilding Musique : Patrick Gowers 3ème épisode tournéSérie 1: 1/71ère diffusion : Angleterre: 24 avril 1984 - ITV Network (1er épisode diffusé); Etats Unis: 14 mars 1985 - WGBH; France: 15 janvier 1989 - FR3 (4ème épisode diffusé)Durée: 52 min.
SUITE Conan Doyle: Un scandale en Bohême Les Aventures de Sherlock Holmes
ÉCHOS DE TOURNAGELe réalisateur Paul Annett raconta une anecdote, révélatrice du trac de Jeremy, lors du tournage de la scène où Holmes, de retour de Briony Lodge, retire son déguisement de garçon d'écurie, tout en parlant à Watson : "Jeremy devenait nerveux à l'idée de se voir à l'écran. Nous étions en train de filmer la scène de "Scandale" où Jeremy retire son maquillage de palefrenier assis, face à un miroir, au 221b. Nous avions deux caméras qui filmaient la scène parce que nous ne voulions pas recommencer et qu'il remette tous ces accessoires de palefrenier une nouvelle fois, le faux nez etc... Il était assis, se démaquillant quand tout à coup il oublia son texte. Cela n'arrivait jamais à Jeremy qui était un acteur très professionnel. Je lui dis: 'Jeremy, qu'est-ce qui t'arrive? Qu'est-ce qui se passe?' Il répondit : 'Je regardais dans le miroir et tout à coup j'ai vu Jeremy.' Je lui dis : 'Mais Jeremy c'est Sherlock - tu es Sherlock - et c'est lui que tu vois.' Parce qu'il enlevait un déguisement outrancier, il était paniqué de se voir lui même." Heureusement, Jeremy parvint à se reprendre et terminer cette scène difficile. L'unique prise fut la bonne !
.
ACCUEIL RETOUR
 
Chargement des bibliothéques...