Les Aventures de Sherlock Holmes
EPISODE SUIVANT Jeremy Brett ... Sherlock Holmes David Burke ... Dr. John Watson Nicholas Geake ... Charles Gorot David Gwillim ... Percy Phelps John Malcolm ... Tangey Eve Matheson ... Miss Tangey Pamela Pitchford ... Mrs. Tangey David Rodigan ... Inspector Forbes Ronald Russell ... Lord Holdhurst Alison Skilbeck ... Annie Harrison Gareth Thomas ... Joseph Harrison Rosalie Williams ... Mrs. Hudson
VIDEO CLIPLe Traité Naval- The Naval Treaty -SAISON 1- EPISODE 3
Producteur : Michael Cox, Stuart Doughty Réalisateur : Alan Grint Scénariste : Jeremy Paul Décorateur : Margaret Coombes Musique : Patrick Gowers 4ème épisode tournéSérie 1 : 3/71ère diffusion : Angleterre: 8 Mai 1984 - ITV Network (3ème épisode diffusé); Etats Unis: 28 mars1985 - WGBH; France: 8 janvier 1989 - FR3 (3ème épisode diffusé)Durée: 51 min 30 sec.
Conan Doyle: Le traité naval INTÉRÊT DOCUMENTAIREJeremy se passionna pour ce qu'il découvrit dans "Le Traité naval" à savoir le facteur classe. Issu de la haute bourgeoisie, Percy Phelps a des liens avec des gens riches et aristocrates qui l'ont promu dans sa carrière au gouvernement. Il est sur le point de se marier avec une jeune femme appartenant à une famille d'une couche sociale inférieure à la sienne, des fondeurs de fer du nord de l'Angleterre. Watson quant à lui, est de classe moyenne et a fréquenté la même école que Phelps. Les connexions entre ces classes sociales fascinaient Jeremy. C'est lui qui porta à l'attention de l'équipe cette notion souvent développée chez Conan Doyle. Le clivage inter-classes et leur structure rigide dans l'Angleterre victorienne sont clairement exposés dans cette histoire. La fine observation ironique qui réjouissait particulièrement Jeremy, consistait à remarquer que le Ministre des Affaires Etrangères avait fait ressemeler ses chaussures. Ce qui pourrait provoquer une secousse politique dans le pays en signifiant que le Ministre était lui-même incapable d'assumer l'achat d'une nouvelle paire de chaussures.
EPISODE PRECEDENTUN INSTANT DE POÉSIELe Traité naval est célèbre pour le monologue de la rose de Holmes. "What a lovely thing a rose is ! " Le détective s’approche de la fenêtre et, plongé dans une rêverie, s'extasie sur la beauté d'une rose écarlate qu’il tient entre ses doigts :"Quelle jolie rose ! ... Le raisonnement déductif n’est jamais aussi nécessaire qu’en matière de religion. Il peut avoir, bien conduit, toute la rigueur des sciences exactes. Les fleurs sont la meilleure preuve que nous ayons de la bonté divine. Tout le reste, la force qui est en nous aussi bien que la nourriture que nous mangeons, est indispensable à notre existence même. Mais cette rose, c’est du luxe ! Son parfum et sa couleur, nous pourrions nous passer d’eux. Ils ne sont que pour embellir notre vie. Tout le superflu nous est donné par gentillesse et, je le répète, les fleurs nous sont une bonne raison d’espérer."Jeremy aimait ce discours et tenait absolument à jouer cette scène qui montrait un Holmes poète, ému et sensible à la beauté de la nature. Une facette insoupçonnée de son caractère à dévoiler - devant un Watson médusé et presque inquiet, et le couple stupéfait et désappointé. L'acteur s'identifiait particulièrement à son personnage dans ces moments où Conan Doyle permettait à celui-ci de méditer sur le sens de la vie.
L'HISTOIRE (Octobre / Novembre 1893)Alors qu’il se livre à une expérience chimique pour résoudre une affaire de meurtre, Holmes reçoit la visite de Watson. Un événement tragique vient de briser la vie de son ancien camarade Percy Phelps, fonctionnaire au ministère des Affaires Etrangères. Alors qu'il ne s'était absenté qu'un bref moment de son bureau, on lui a subtilisé un document diplomatique ultra secret, un traité naval conclu entre l’Angleterre et l’Italie, dont il faisait la copie. Son honneur bafoué et sa carrière gravement compromise, Phelps en est tombé malade. Il est alité depuis 9 semaines à la campagne sous la garde de sa fiancée Annie et du frère de celle-ci qui lui a d'ailleurs cédé sa chambre. Sherlock Holmes accepte de se rendre au chevet du malade. Il doit récupérer le traité avant qu’il ne quitte le pays, ce qui mettrait en péril l'équilibre des forces européennes. Comme Percy Phelps va mieux et dort seul, il est victime d'une effraction dans sa chambre. Par prudence, Holmes l'éloigne à Londres avec Watson et reste à veiller toute la nuit. Malgré la longue attente et le danger, le détective parviendra à résoudre le mystère...
ÉCHOS DE TOURNAGEJeremy et Michael Cox souhaitaient insérer le dialogue au sujet des Boarding Schools, ces internats réservés à l'élite qui prônaient confort spartiate, brimades et discipline stricte. Cela n'a pas été possible. Jeremy aura plus tard l'opportunité d'en parler sur scène, dans la pièce de théâtre de Jeremy Paul : The Secret of Sherlock Holmes.Le tournage extérieur s'est déroulé dans la belle campagne du Cheshire, la maison de Percy Phelps étant l'une des maisons du village de Pott-Shrigley, et dans les environs de Manchester.David Gwillim (Percy Phelps) se souvient : "J'ai passé tout le temps où je ne tournais pas à arpenter la région. Un week-end j'ai marché pendant 80 kilomètres - inutile de vous demander pourquoi Percy était si pâle !" Quant à Alison Stilbeck (Annie Harrisson) elle raconte avec émotion les scènes en robe victorienne, où elle étouffait littéralement pendant l'été 1983 particulièrement caniculaire. Si bien qu'elle pensait jouer dans la comédie radiophonique anglaise populaire "The Navy Lark".
PHOTOS DE PRESSE ET DE TOURNAGEÉCHOS DE TOURNAGELe monologue de la rose avait été tronqué dans le script original, mais Jeremy, après l'avoir interprété, réussit à convaincre les scénaristes de le garder dans son intégralité. Il insista également pour que Percy Phelps explose de joie dans la scène finale lorsqu'il découvre le traité sous le couvercle d'un plat de service. Malgré la fidélité canonique de la scène, le réalisateur la trouvait trop exubérante. En fait elle correspond parfaitement à la réaction d'un homme très émotif dont les nerfs lâchent sous l'effet d'une joie intense. Jeremy est aussi à l'origine du geste délicat de Holmes qui offre une rose à Mrs Hudson. Par ces petites attentions réitérées, il a rendu leur relation plus complice tout au long de la série.La réalisation très soignée et un scénario à rebondissements, sans temps morts, produisent un excellent épisode qui met en valeur le suspense et l'intrigue policière. On retrouve un dialogue basé avec fidélité sur le texte de la nouvelle, et une prise d'image directement inspirée des dessins de Sidney Paget. Toujours perfectionniste, Jeremy prit les mêmes attitudes que son alter ego de crayon, dans le monologue de la rose. D'autres scènes sont copie conforme telle la rencontre avec Percy Phelps au cours du petit-déjeuner final.

ALBUM PHOTOS DE L'ÉPISODE.
.
ACCUEIL RETOUR
 
Chargement des bibliothéques...