L'Escarboucle Bleue- The Blue Carbuncle -SAISON 1 - EPISODE 7
ÉCHOS DE TOURNAGEJeremy dans cet épisode contribua fortement au tournage de la scène de la première cigarette au saut du lit. Holmes, tiré de son sommeil par Peterson, se précipite dans le salon pour trouver une allumette, sa chemise de nuit entrouverte lui battant les jambes. Fumeur invétéré lui-même, Jeremy connaissait les envies de nicotine irrépressibles du petit matin. Il savait que Holmes, également dépendant du tabac, devait les ressentir lui aussi et il les intégra dans son interprétation. Le grand détective mourant d'envie de tirer sur sa première cigarette de la journée n'est pas ici à son avantage. Heureusement Jeremy n'essaya jamais de montrer Holmes fumant sa première pipe, qui était composée des vieux restes de tabac froid récupérés dans les pipes fumées la veille, rangées dans son râtelier près de la cheminée. Peu râgoutant.
Jeremy Brett ... Sherlock Holmes David Burke ... Dr. Watson Frank Mills ... Peterson Frank Middlemass ... Henry Baker Ken Campbell ... James Ryder Desmond McNamara ... John Horner Amelda Brown ... Jennie Horner Brian Miller ... Inspector Bradstreet Rosalie Williams ... Mrs. Hudson Rosalind Knight ... Countess of Morcar
Producteur : Michael Cox, Stuart Doughty Réalisateur : David Carson Scénariste : Paul Finney Décorateur : Tim Wilding Musique : Patrick Gowers 7ème épisode tournéSérie 1 : 7/71ère diffusion : Angleterre: 5 juin 1984 - ITV Network (7ème épisode diffusé); Etats Unis: 25 avril 1985 - WGBH; France: 5 février 1989 - FR3 (7ème épisode diffusé)Durée: 51 min 50 sec
HOLMES versus WATSONCet épisode très réussi nous offre l'une des plus belles leçons de déduction de Holmes lorsqu'il examine le chapeau d'Henry Baker. C'était d'ailleurs la scène préférée de Michael Cox. A partir d'un vieux melon cabossé, il fait une description détaillée de son prppriétaire: son aspect physique, son caractère, ses manies, son mode de vie. Devant un Watson d'abord moqueur, puis confondu et enfin sidéré, le détective démontre l'infaillibilité de son raisonnement. Tous les détails sont ensuite corroborés par Henry Baker lui-même. Néanmois le docteur ne s'avoue pas si facilement vaincu. Il doute que Holmes puisse toujours avoir raison, en particulier au sujet du gaz. Dans une ultime tentative, Watson tente de piéger son ami, mais une fois de plus Holmes avait raison... Cette petite compétition intellectuelle est très amusante et les dialogues sont incisifs et percutants. Watson apparait comme un homme intelligent, fier et résolu, qui finalement éprouve une réelle admiration pour son ami. Dernière touche d'humour à la fin, quand Watson s'exaspère d'entendre Holmes jouer du violon.
ALBUM PHOTOS DE L'ÉPISODE EPISODE SUIVANT Conan Doyle: L'escarboucle bleue PHOTOS DE PRESSE ET DE TOURNAGE EPISODE PRECEDENT VIDEO CLIPDans cet épisode on pénètre dans la vie quotidienne de nos héros avec force détails. Cette volonté de recréer l'intimité en dehors de l'enquête, donne plus de crédibilité aux histoires et rend les personnages plus attachants. On voit Holmes dans son lit, alangui en chemise de nuit sur le sofa. Certaines de ses manies et quelques aspects de sa nature nous sont révélés. L'histoire s'écrit comme un conte de Noël, grâce au côté fantastique de l'escarboucle bleue, pierre mystérieuse venue de Chine et entourée de tragédies et de malédictions, puis à sa découverte miraculeuse dans le jabot de l'oie, incroyable cadeau qui provoque l'émerveillement et la fascination des protagonistes. L'atmosphère de Noël contraste ensuite avec le côté sordide de l'affaire. La veulerie du véritable voleur est parfaitement jouée par Ken Campbell. Elle est rendue plus méprisable et écoeurante encore par le dégoût manifeste de Holmes à son égard. Une fois encore, Holmes se substitue à la loi et rend son propre verdict. Il estime n'être pas chargé par la police de suppléer à ses déficiences. Il espère peut-être sauver l'âme de Ryder, qui ne se risquera plus à être malhonnête, alors qu'en prison, il deviendrait un gibier de potence. Noël est une fête propice au pardon.
Les Aventures de Sherlock Holmes
L'HISTOIRE(Janvier 1892)La veille de Noël, Sherlock Holmes est réveillé par Peterson, un commissionnaire qui lui confie une oie et un chapeau melon cabossé, ramassés sur le lieu d'une altercation entre ivrognes dans les rues de Londres. Holmes lui offre l’oie et garde le chapeau melon. En l’examinant, il en déduit une multitude de détails qui stupéfient Watson. Peu après, Peterson revient bouleversé. Son épouse vient de trouver une pierre bleue scintillante dans le jabot du volatile. Holmes réalise qu’il s’agit de l’Escarboucle bleue, pierre précieuse de valeur inestimable, qui vient d’être dérobée à la comtesse Morcar, à l’Hôtel Cosmopolitan. La police a déjà un coupable désigné : le plombier John Horner déjà condamné par le passé mais qui jure de s'être amendé et clame son innocence. Holmes retrouve le propripétaire du chapeau melon, Mr. Henry Baker. Ce dernier se révèle totalement étranger à l’affaire. Il remonte la piste de l’oie et tombe ainsi sur le véritable voleur au marché de Covent Garden. John Horner, valet au service de la comtesse, s'effondre et avoue à Holmes comment, après avoir compromis un innocent, il a caché la pierre en la faisant avaler à une oie qu'il a ensuite confondue avec une autre ! Après réflexion, Holmes libère Baker, l'accusation contre Horner étant levée et le voleur s'étant repenti. Holmes espère que son geste de clémence remettra l'homme sur le droit chemin.
.
.
ACCUEIL RETOUR
 
Chargement des bibliothéques...