La Pierre de Mazarin- The Mazarin Stone -SAISON 4 - EPISODE 5
L'HISTOIRE(Octobre 1921)Sherlock Holmes est parti dans les Highlands, alors que son frère Mycroft comptait justement sur lui. La Pierre de Mazarin, un diamant parfait et inestimable, vient d’être dérobée au Musée de Whitehall. Sur l’insistance du gouvernement, Mycroft se charge seul de la retrouver, car le vol de ce joyau historique, qui devait retourner en France, pourrait mettre en péril l'Entente Cordiale. Mycroft connaît déjà le coupable. Le redoutable Comte Sylvius, un escroc sans scrupule qui a pu échapper à Sherlock Holmes dans le passé. Mais pas d'accusation sans preuves... Pendant ce temps, Watson se retrouve aux prises avec les sœurs Garrideb. Ces deux vieilles demoiselles, aussi pénibles que perspicaces, sont persuadées que leur frère Nathan court un grave danger, depuis qu'un certain John Garrideb a fait irruption dans leur vie. Il leur a proposé une affaire trop extraordinaire pour être honnête. Il s'agit d'un legs testamentaire de 15 millions de dollars à partager entre trois descendants mâles du nom de Garrideb. Mais étrange coïncidence ! Le soi-disant John Garrideb est en cheville avec le Comte Sylvius et les deux affaires semblent se rejoindre...
La nouvelle La Pierre de Mazarin, écrite à la troisième personne et publiée dans 'The Case Book of Sherlock Holmes' en novembre 1927, est en fait basée sur "Le Diamant de la Couronne, Une Soirée avec Sherlock Holmes", une pièce de théâtre en un acte écrite par Conan Doyle et jouée à Londres en 1921 avec Dennis Neilson-Terry dans le rôle de Holmes.L'absence du maître détective prive malheureusement les holmésiens du plaisir de voir une scène-clé très émouvante, qui aurait été magnifique entre Jeremy et Edward Hardwicke. La seule opportunité du Canon (extraite des Trois Garrideb) de révéler que Sherlock Holmes a bel et bien un cœur ! Quand Watson est blessé par une balle de revolver, les yeux durs de Holmes s'embuent de larmes et ses lèvres fermes frémissent d'inquiétude. Il dévoile enfin toute la profondeur de son affection pour son camarade, derrière le masque impassible ! "Pour la première fois de ma vie, je sentis battre le grand cœur digne du grand cerveau.", écrit Watson.On peut noter des erreurs commises par l'équipe Granada, comme de faire discuter Mycroft et Lord Cantelmere au beau milieu du Diogene's Club où l'on est censé avoir fait vœu de silence sous peine d'exclusion...
UN SHERLOCK HOLMES... SANS HOLMESCet épisode s'inspire des deux nouvelles de Conan Doyle : "Les Trois Garrideb" et "La Pierre de Mazarin" et se caractérise avant tout par l'absence de Holmes. La production a fait appel à Charles Gray pour remplacer Jeremy au pied levé, et reformer le duo avec Watson. Les détectives amateurs mènent deux enquêtes parallèles, qui vont finir par se rejoindre.Les deux sœurs Garrideb, invention du scénariste, ne sont pas sans rappeler Miss Marple par leur côté vieilles filles anglaises intrépides et apportent à l'histoire un humour efficace. Morceau choisi, la réplique à Watson blessé : "Voulez-vous que j'appelle un docteur, Docteur ?" Leur côté farfelu peut sembler caricatural, mais permet de mettre en opposition l'enquête de Watson qui paraît fantaisiste, voire ridicule, et celle de Mycroft qui relève de la sûreté de l'état. Le personnage du Comte Sylvius rappelle celui du baron Gruner. Comme lui, il est richissime, esthète et élégant. Il possède ses entrées dans la bonne société et fréquente même la famille royale, ce qui semble le rendre intouchable.
Les Mémoires de Sherlock Holmes
Jeremy Brett ... Sherlock Holmes Edward Hardwicke ... Dr. John WatsonCharles Gray ... Mycroft Holmes Rosalie Williams ... Mrs. Hudson Richard Caldicot ... Nathan Garrideb Phyllis Calvert ... Agnes Garrideb Jon Finch ... Count Sylvius Barbara Hicks ... Emily Garrideb Denis Lill ... Inspector Bradstreet Gavan O'Herlihy ... John Garrideb James Villiers ... Lord Cantlemere
ALBUM PHOTOS DE L'ÉPISODEÉCHOS DE TOURNAGELes acteurs furent déçus de l'absence de Jeremy, dont selon lui ils ne furent prévenus qu'au début des répétitions. En particulier James Villers (Lord Cantlemere) qui était avec lui à la Preparatory School, l'équivalent anglais d'une école primaire privée. Helen Ryan, qui joue la princesse de Galles, a interprété ce même rôle dans la série de 1975 Edward VII. Elle a également joué Mrs McFarlane dans l'épisode L'Entrepreneur de Norwood.Mycroft Holmes n'apparaît que deux fois dans le Canon (L'Interprète grec et Les Plans du Bruce-Partington). Charles Gray avait interprété ce rôle en 1976 dans le film "La solution à 7%" tiré du roman de Nicholas Meyer. Il connaissait Jeremy pour avoir fait partie avec lui de la troupe du Old Vic Theatre et joué dans la pièce Troilus et Cressida de Shakespeare en 1956-57. Il joua également un 'gentil' et un 'méchant' dans deux James Bond avec Sean Connery : Henderson ("On ne vit que deux fois" en 1967) et Ernst Stavro Blofeld ("Les diamants sont éternels" en 1971).
Conan Doyle: Les trois GarridebNous retrouvons Mycroft Holmes sous un jour nouveau. Le frère aîné, l'homme de l'ombre, est ici en pleine lumière. Avec son corps massif, son regard d'acier et son sourire énigmatique passant de l'aménité à la dureté, Charles Gray en impose. Mycroft s'avère un enquêteur à l'esprit aussi vif que celui de son frère et au caractère bien trempé. Cette fois il ne dédaigne pas de passer à l'action, fait preuve d'énergie et intervient efficacement dans l'arrestation du Comte Sylvius. Il y a en lui un désir de vengeance à l'égard du Comte, qui a déjà échappé à son frère, mais aussi une envie de surpasser ce dernier dans son propre domaine. L'action se déroule sans temps mort, Mycroft et Watson sont à la hauteur du maître, les intrigues sont prenantes, parfois un peu confuses. Cela aurait pu fonctionner, si Peter Hammond n'était pas aux commandes. Nous retrouvons pour la troisième fois son style typique, qui semble s'alourdir au fil du temps. Effets de lumières à outrance, déclinaisons à travers des prismes colorés, jeux de transparence, reflets à travers vitres et miroirs, très gros plans... Cette palette d'effets de style veut donner une ambiance mystérieuse, mais finit par lasser. Le summum est atteint lors de l'arrestation du Comte Sylvius. Dans un brouillard factice, Mycroft apparaît et disparaît de façon surréaliste, le diamant virevolte dans ses mains et le ballet de ses feux fait écho au troisième œil de Holmes.
Producteur : June Wyndham Davies, Sally HeadRéalisateur :Peter HammondScénariste : Gary HopkinsDécorateur : Christopher TrueloveMusique : Patrick Gowers40ème épisode tourné1ère diffusion : Angleterre: 4 avril 1994 - ITV Network (40ème épisode diffusé); Etats Unis: 25 janv. 1996 - WGHB; France: 8 nov. 1996 - FR3 (41ème épisode diffusé)Durée: 50 min 20 sec
Conan Doyle: La pierre de Mazarin EPISODE SUIVANTUN HOLMES FANTOMATIQUEMalgré toute sa bonne volonté et son professionnalisme, Jeremy, trop malade, était incapable de tourner l'épisode. Son état s'étant encore dégradé à la fin du tournage du "Détective agonisant" - de mauvais augure - il dut retourner de longues semaines à l'hôpital. Maintenant, il était avéré que l'acteur principal était gravement malade et qu'il ne pourrait peut-être plus continuer la série. June Wyndham Davies essayait de trouver une solution. Fallait-il se contraindre à faire cet épisode sans Sherlock Holmes ? Pour des raisons contractuelles et de calendrier, le tournage de La Pierre de Mazarin ne pouvait pas être ajourné et le scénario fut modifié à la hâte pour y intégrer Mycroft Holmes à la place de son frère. Charles Gray tient donc ici le rôle principal, toujours secondé par Watson et sous le troisième œil vigilant de Sherlock Holmes. Quelques scènes avec lui ont été rajoutées plus tard, dès que Jeremy eut recouvré un peu de santé. La brève apparition du début, écrite par Jeremy et Peter Hammond, montre un détective en proie à la dépression, qui fait part à Watson de son besoin de se retirer dans les Highlands (the 'hight lands') pour tenter de se débarrasser des fantômes qui le hantent. L'idée était de donner un sens mystique à l'absence de Holmes. L'énigmatique allusion à son troisième œil, son esprit torturé par ses vieux démons - Moriarty depuis Reichenbach – ses apparitions fantomatiques, s'inscrivent dans cette propension à l'étrange.
EPISODE PRECEDENT VIDEO CLIP.
.
ACCUEIL RETOUR
 
Chargement des bibliothéques...